Jean-Pierre Veran
formateur, expert associé France Education International (CIEP), membre professionnel laboratoire BONHEURS, CY Cergy Paris Université
Abonné·e de Mediapart

624 Billets

1 Éditions

Billet de blog 2 juil. 2019

Examens scolaires français: la vraie nature de l’«élitisme républicain»?

A l’heure du clap de fin pour les examens scolaires, une note d’information récente de la DEPP, portant sur les résultats de la session 2018 du Diplôme national du brevet, apporte un éclairage cru sur les réalités très socialement marquées de notre école de « l’égalité des chances » et de « l’élitisme républicain ».

Jean-Pierre Veran
formateur, expert associé France Education International (CIEP), membre professionnel laboratoire BONHEURS, CY Cergy Paris Université
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En cette fin d’année scolaire marquée par les épreuves retardées du diplôme national du brevet et l’admission aux baccalauréats, il est bon de revenir sur la Note d’information de la DEPP n° 19.17, parue en mai dernier, qui analyse la session 2018 du Diplôme national du brevet (DNB)[1].

Tout est dit dès le chapô de la note : la taux de réussite est en baisse de 1,7 point par rapport à 2017, et, surtout, « la série présentée au DNB est très marquée socialement et scolairement, tout comme la réussite à l’examen ».

Très concrètement, les chiffres parlent d’eux-mêmes. « En termes de réussite, 97 % des enfants issus d’un milieu très favorisé réussissent leur examen contre 79 % des enfants issus d’un milieu défavorisé, soit près de 20 points d’écart ».Voilà donc où nous en sommes en 2018, dans l’école de l’égalité prétendue des chances : un écart de réussite de 20% entre les collégiens issus d’un milieu très favorisé et ceux issus d’un milieu défavorisé.

Mais l’inégalité est partout, et pas seulement dans le taux de réussite. « 63 % des candidats de la série professionnelle ont du retard dans leur scolarité lorsqu’ils se présentent à l’examen. C’est le cas de 12 % des candidats de la série générale". Le retard scolaire, qui est le révélateur du redoublement,  lui aussi est scolairement réparti, selon que les élèves  se présentent en série générale ou en série professionnelle. On atteint là un écart record de plus de 50%.

Déterminants scolaires et sociaux se renforcent : « Dans la série professionnelle, plus de la moitié des candidats proviennent d’un milieu social défavorisé ; ce n’est le cas que de 33 % des candidats dans la série générale ». Et les déterminants sociaux sont les plus significatifs, puisque, à série égale, on constate un écart significatif dans la réussite comme dans l’obtention de mentions : « Quelle que soit la série présentée, les élèves de milieux très favorisés réussissent mieux que les autres : l’écart entre leur taux de réussite et celui des élèves issus d’un milieu défavorisé est de 17,3 points en série générale, et de 12,8 points en série professionnelle. De surcroît, parmi les candidats en série générale, 72 % des enfants de cadres décrochent une mention « Très bien » ou « Bien », contre 33 % des enfants d’ouvriers ».

On s’interroge de manière continue sur la meilleure manière d’évaluer notre système éducatif. Les données officielles de la dernière session de l’examen de fin de scolarité obligatoire sont, de ce point de vue,  riches d’enseignement. On peut y lire en effet comme un concentré de la logique ségrégative de notre système éducatif prétendument porteur d'égalité. L‘élitisme républicain y apparaît pour ce qu’il est : socialement inégalitaire et discriminant. Ce n’est pas la suppression annoncée de l’ENA qui changera la donne. C’est dès le début, de bas en haut, que l’enseignement scolaire mériterait une refondation véritable porteuse d'équité sociale et scolaire. Il n’est pas sûr qu’on en prenne le chemin.

_________________________________________________________

[1]https://cache.media.education.gouv.fr/file/2019/06/7/depp-ni-2019-19-17-diplome-national-du-brevet_1131067.pdf

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Défense
Néonazis dans l’armée : l’insupportable laisser-faire du ministère
Un militaire néonazi, dont le cas avait été évoqué il y a huit mois par Mediapart, a été interpellé en novembre par des douaniers. L’armée, elle, ne l’avait sanctionné que de vingt jours d’arrêts. Ce cas pose une nouvelle fois la question de la grande tolérance de l’institution vis-à-vis de militaires fascinés par le Troisième Reich. D'autant que Mediapart a encore découvert de nouveaux cas.
par Sébastien Bourdon et Matthieu Suc
Journal — Gauche(s)
Union des gauches : Hidalgo et Montebourg tentent de rebattre les cartes
La candidate du PS et le candidat de la Remontada à la présidentielle ont appelé, dans la journée, à une candidature commune à gauche, en offrant de se retirer. Les pressions en faveur de l’union ainsi que les mauvais sondages expliquent aussi ce retournement. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Droite
À droite, mais à quel point ? Valérie Pécresse sommée de placer le curseur
La candidate LR à l’élection présidentielle est confrontée à une double injonction : retenir les électeurs d’Éric Ciotti, tentés par un basculement à l’extrême droite, sans rebuter pour de bon la droite « modérée » qu’embrasse Emmanuel Macron. Le premier défi de sa campagne. Et le principal ?
par Ilyes Ramdani
Journal
Condamné par la justice, le ministre Alain Griset quitte le gouvernement
Le ministre délégué chargé des PME a démissionné, mercredi, après avoir été condamné à six mois de prison avec sursis et trois ans d’inéligibilité avec sursis pour avoir menti dans sa déclaration de patrimoine et d’intérêts. Emmanuel Macron lui avait maintenu sa confiance, malgré des éléments accablants. Alain Griset a fait appel de cette décision.
par Sarah Brethes et Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot
Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en erea, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi