Jean-Pierre Veran
formateur, expert associé France Education International (CIEP), membre professionnel laboratoire BONHEURS, CY Cergy Paris Université
Abonné·e de Mediapart

633 Billets

1 Éditions

Billet de blog 2 nov. 2017

Musique et éducation : des enjeux politiques aussi ?

La musique est plus qu’une activité artistique. Le dernier numéro de la Revue internationale d’éducation de Sèvres explore ses multiples impacts individuels et collectifs, et éclaire, à travers des pays très différents, ses enjeux politiques.

Jean-Pierre Veran
formateur, expert associé France Education International (CIEP), membre professionnel laboratoire BONHEURS, CY Cergy Paris Université
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La coïncidence ne manque pas de sel : alors que le ministre demandait de faire de la dernière rentrée une « rentrée en musique », la Revue internationale d’éducation de Sèvres a consacré son dossier du numéro de septembre 2017 au thème Musique et éducation[1].

Ce qui frappe dans ce dossier, c’est, comme l’écrit Emmanuel Bigand, coordonnateur du numéro, dans son introduction[2], « le pouvoir transformationnel de la musique » sur l’individu, dès la première enfance, comme sur la société.

Au fil des articles se dessinent les liens entre musique et plasticité cérébrale, développement émotionnel, coopération sociale, accomplissement personnel, mais aussi avec construction nationale à Trinidad et Tobago, identités au Sénégal, communauté scolaire au Danemark, transmission intergénérationnelle et animation artistique d’un territoire en Mayenne, cohésion sociale et transformation décoloniale en Afrique du Sud, intégration au Venezuela.

La musique vaut sans doute mieux qu’une rentrée en musique une fois l’an. Bien plus qu’un loisir, elle est aussi autre chose qu’une activité artistique, qu’un luxe éducatif. Elle engage, selon Laura Ferrari, une stimulation cérébrale se traduisant par des changements neuronaux importants. Pour Laurel J. Trainor, son impact sur la réussite de la vie future est fonction de son influence sur le développement social et émotionnel des enfants. Que l’on examine la musique traditionnelle indienne, comme Shantala Hedge, ou la pratique du pan à Trinidad et Tobago, comme Aurélie Helmlinger, ou la musique traditionnelle au Sénégal, comme Moussa Sy, on constate que les connaissances musicales stricto sensu ne sont qu’une facette des domaines d’apprentissage développés par la musique, grâce à la médiation du gourou, du captain ou du griot : ses bénéfices globaux se traduisent en compétences neuronales, psychosociales, et politiques. On constate également combien un enseignement académique de la musique peut susciter le désintérêt des élèves sénégalais quand une intense tradition chorale peut, dans un lycée de Copenhague, constituer, selon Henrik Reeh, le socle de la communauté lycéenne. Denis Waleckx analyse pour sa part l’impact d’un dispositif partenarial comme Orchestre à l’école en France. Associant éducation nationale, culture et collectivités territoriales, il induit de multiples retombées positives pour les élèves engagés, mais aussi pour les politiques éducatives, artistiques et culturelles de chaque territoire concerné. Renforcement des compétences musicales et comportementales, projets ambitieux mettant en relation les participants avec des professionnels reconnus, transmission entre pairs et entre générations, sentiment d’appartenance renforcé à un territoire et à une culture universelle, que l’on soit élève mayennais ou sénégalais, le bénéfice est identique. C’est sans doute une des clés de l’essor d’un réseau mondial, à partir d’un projet né dans un garage de Caracas, avec onze musiciens, et de la reconnaissance internationale qui lui a été accordée au festival de Salzbourg en 2013 ou à la Scala de Milan en 2015. El Sistema a lié dès le départ objectifs sociaux et culturels : refus d’opposer absence de sélection et excellence, en développant la persévérance individuelle et collective et la valorisation des talents dans le respect des règles de vie. En Mayenne comme au Vénézuela, l’implication de la famille et de la collectivité, l’adaptation au territoire sont essentielles.

Ce dossier confirme s’il en était besoin le bien fondé d’une pratique musicale diversifiée à l’école, qui ne se résout pas à un simple enseignement, mais se développe également dans la pratique chorale et orchestrale. La circulaire n° 2016-201 du 13-12-2016 sur les chorales scolaires[3] souligne leur impact sur la motivation scolaire, le développement de la sensibilité, de l’autonomie, du sens de la responsabilité, du respect des règles, de l’esprit critique, de l’engagement. Les chorales, selon la circulaire, sont « un élément de l’identité scolaire » fédérant toutes les composantes du parcours artistique et culturel : fréquenter, pratiquer, s’approprier.

Au travers de ce dossier, la musique apparaît non pas seulement comme un enseignement disciplinaire, mais comme un apprentissage individuel et collectif fondamental, un enjeu politique au sens plein du terme.

_____________________________________________________________

[1] https://ries.revues.org/5853

[2] https://ries.revues.org/5928

[3] http://www.education.gouv.fr/pid285/bulletin_officiel.html?cid_bo=110814

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette
Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française