Jean-Pierre Veran
formateur, expert associé France Education International (CIEP), membre professionnel laboratoire BONHEURS, CY Cergy Paris Université
Abonné·e de Mediapart

687 Billets

1 Éditions

Billet de blog 2 nov. 2017

Jean-Pierre Veran
formateur, expert associé France Education International (CIEP), membre professionnel laboratoire BONHEURS, CY Cergy Paris Université
Abonné·e de Mediapart

Musique et éducation : des enjeux politiques aussi ?

La musique est plus qu’une activité artistique. Le dernier numéro de la Revue internationale d’éducation de Sèvres explore ses multiples impacts individuels et collectifs, et éclaire, à travers des pays très différents, ses enjeux politiques.

Jean-Pierre Veran
formateur, expert associé France Education International (CIEP), membre professionnel laboratoire BONHEURS, CY Cergy Paris Université
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La coïncidence ne manque pas de sel : alors que le ministre demandait de faire de la dernière rentrée une « rentrée en musique », la Revue internationale d’éducation de Sèvres a consacré son dossier du numéro de septembre 2017 au thème Musique et éducation[1].

Ce qui frappe dans ce dossier, c’est, comme l’écrit Emmanuel Bigand, coordonnateur du numéro, dans son introduction[2], « le pouvoir transformationnel de la musique » sur l’individu, dès la première enfance, comme sur la société.

Au fil des articles se dessinent les liens entre musique et plasticité cérébrale, développement émotionnel, coopération sociale, accomplissement personnel, mais aussi avec construction nationale à Trinidad et Tobago, identités au Sénégal, communauté scolaire au Danemark, transmission intergénérationnelle et animation artistique d’un territoire en Mayenne, cohésion sociale et transformation décoloniale en Afrique du Sud, intégration au Venezuela.

La musique vaut sans doute mieux qu’une rentrée en musique une fois l’an. Bien plus qu’un loisir, elle est aussi autre chose qu’une activité artistique, qu’un luxe éducatif. Elle engage, selon Laura Ferrari, une stimulation cérébrale se traduisant par des changements neuronaux importants. Pour Laurel J. Trainor, son impact sur la réussite de la vie future est fonction de son influence sur le développement social et émotionnel des enfants. Que l’on examine la musique traditionnelle indienne, comme Shantala Hedge, ou la pratique du pan à Trinidad et Tobago, comme Aurélie Helmlinger, ou la musique traditionnelle au Sénégal, comme Moussa Sy, on constate que les connaissances musicales stricto sensu ne sont qu’une facette des domaines d’apprentissage développés par la musique, grâce à la médiation du gourou, du captain ou du griot : ses bénéfices globaux se traduisent en compétences neuronales, psychosociales, et politiques. On constate également combien un enseignement académique de la musique peut susciter le désintérêt des élèves sénégalais quand une intense tradition chorale peut, dans un lycée de Copenhague, constituer, selon Henrik Reeh, le socle de la communauté lycéenne. Denis Waleckx analyse pour sa part l’impact d’un dispositif partenarial comme Orchestre à l’école en France. Associant éducation nationale, culture et collectivités territoriales, il induit de multiples retombées positives pour les élèves engagés, mais aussi pour les politiques éducatives, artistiques et culturelles de chaque territoire concerné. Renforcement des compétences musicales et comportementales, projets ambitieux mettant en relation les participants avec des professionnels reconnus, transmission entre pairs et entre générations, sentiment d’appartenance renforcé à un territoire et à une culture universelle, que l’on soit élève mayennais ou sénégalais, le bénéfice est identique. C’est sans doute une des clés de l’essor d’un réseau mondial, à partir d’un projet né dans un garage de Caracas, avec onze musiciens, et de la reconnaissance internationale qui lui a été accordée au festival de Salzbourg en 2013 ou à la Scala de Milan en 2015. El Sistema a lié dès le départ objectifs sociaux et culturels : refus d’opposer absence de sélection et excellence, en développant la persévérance individuelle et collective et la valorisation des talents dans le respect des règles de vie. En Mayenne comme au Vénézuela, l’implication de la famille et de la collectivité, l’adaptation au territoire sont essentielles.

Ce dossier confirme s’il en était besoin le bien fondé d’une pratique musicale diversifiée à l’école, qui ne se résout pas à un simple enseignement, mais se développe également dans la pratique chorale et orchestrale. La circulaire n° 2016-201 du 13-12-2016 sur les chorales scolaires[3] souligne leur impact sur la motivation scolaire, le développement de la sensibilité, de l’autonomie, du sens de la responsabilité, du respect des règles, de l’esprit critique, de l’engagement. Les chorales, selon la circulaire, sont « un élément de l’identité scolaire » fédérant toutes les composantes du parcours artistique et culturel : fréquenter, pratiquer, s’approprier.

Au travers de ce dossier, la musique apparaît non pas seulement comme un enseignement disciplinaire, mais comme un apprentissage individuel et collectif fondamental, un enjeu politique au sens plein du terme.

_____________________________________________________________

[1] https://ries.revues.org/5853

[2] https://ries.revues.org/5928

[3] http://www.education.gouv.fr/pid285/bulletin_officiel.html?cid_bo=110814

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Après l’embargo sur le pétrole russe, l’Europe dans le brouillard
Annoncée depuis des mois, la guerre du pétrole contre la Russie est une réalité depuis lundi 5 décembre. L’Europe a engagé un embargo, les membres du G7 imposent un plafonnement du prix du baril à 60 dollars pour les pays tiers. Avec quelles conséquences ? Personne ne sait.
par Martine Orange
Journal
Devant la cour d’appel, Nicolas Sarkozy crie son innocence
Rejugé pour corruption, l’ancien chef de l’État s’en est pris à une enquête illicite selon lui, et a réaffirmé ne rien avoir commis d’illégal en utilisant la ligne téléphonique « Paul Bismuth ».
par Michel Deléan
Journal
Les enjeux d’un second procès à hauts risques pour l’ancien président
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert sont rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes