Jean-Pierre Veran
formateur, expert associé France Education International (CIEP), membre professionnel laboratoire BONHEURS, CY Cergy Paris Université
Abonné·e de Mediapart

650 Billets

1 Éditions

Billet de blog 4 juin 2017

Jeunes favorisés et défavorisés face au numérique : quelles fractures éducatives?

Les élèves favorisés et défavorisés utilisent-ils Internet différemment ? Selon l’OCDE, la réponse à cette question est positive, ce qui renforce le rôle de l’école dans l’accès de tous les jeunes aux meilleures potentialités du numérique.

Jean-Pierre Veran
formateur, expert associé France Education International (CIEP), membre professionnel laboratoire BONHEURS, CY Cergy Paris Université
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Une étude de l’OCDE[1] a fait le point, en 2016, sur les usages numériques des jeunes selon leur milieu social. Ses principaux résultats tiennent en quelques données clés.

D’abord, si, dans les pays les plus développés, 98% des jeunes ont accès à internet à l’école et à la maison (ils sont plus de 90% en France), il n’en va pas de même dans d’autres pays : dans ceux-là, ils n’y ont accès qu’à l’école ou pas du tout. Par exemple, « parmi les élèves les plus défavorisés, 50 % des élèves en Turquie, 45 % au Mexique, 40 % en Jordanie, et 38 % au Chili et au Costa Rica, n’ont accès à internet que par le biais de l’école ».

Ensuite, l’origine socio-économique des jeunes ne joue pas nettement sur le temps passé en ligne. « En 2012, les élèves défavorisés d’Allemagne, de Belgique, de Corée, du Danemark, de Finlande, de HongKong (Chine), d’Islande, de Norvège, de Shanghai (Chine), de Suède, de Suisse et du Taipei chinois passaient au moins 15 minutes de plus en ligne par jour de week-end que leurs pairs favorisés ».

Mis la relative égalité d’accès ne signifie pas égalité d’usage : «Durant leur temps libre, les élèves défavorisés préfèrent en général chatter qu’utiliser le courrier électronique. Ils sont également bien moins susceptibles de suivre l’actualité ou d’obtenir des informations pratiques sur Internet, peut-être en raison de leurs compétences de navigation et de compréhension de l’écrit souvent plus limitées que celles de leurs pairs favorisés. En revanche, les élèves défavorisés jouent autant aux jeux vidéo que leurs pairs favorisés ».

Surtout, l’étude souligne «l’existence d’un lien étroit entre d’une part, les différences socio-économiques observées dans l’utilisation d’Internet et la capacité d’utiliser les outils numériques au service de l’apprentissage, et d’autre part, les différences se faisant jour dans certaines compétences académiques plus traditionnelles».

Elle conclut nettement : « Pour avancer sur le chemin de l’égalité des chances à l’ère du numérique, il s’avère bien plus efficace de garantir que chaque enfant atteigne au moins un niveau de compétences de base en compréhension de l’écrit que de généraliser ou de financer l’accès à des outils et services de dernier cri ».

On peut tirer de cette étude quelques  leçons utiles.

Il serait inexact de considérer que les prétendus « digital natives » sont, par effet générationnel, égaux devant le numérique.

Il est essentiel de donner à l’éducation aux médias et à l’information une place primordiale dans la formation de tous les élèves. L’accès de tous à une culture numérique, permettant notamment à chacun de planifier et effectuer une recherche, d’évaluer la qualité des informations et la fiabilité des sources, est un impératif de justice.

Dans cette éducation aux médias et à l’information, la maîtrise de compétences académiques  traditionnelles (capacités de lecture et de compréhension) est essentielle.

Pour ce qui concerne la France, ces éléments semblent conforter la préoccupation de favoriser les apprentissages des élèves issus de milieux populaires en développant le dispositif « plus de maîtres que de classe » en éducation prioritaire depuis la loi de refondation de 2013, ou en envisageant,  lors de ce nouveau quinquennat, de limiter nettement les effectifs des cours préparatoires dans ces mêmes territoires. Ils  confortent également une approche de l’éducation aux médias et à l’information réalisée dans tous les enseignements et non pas dévolue à un enseignement unique.


[1] OCDE (2016) Pisa à la loupe - 2015-07 (juillet) Les élèves favorisés et défavorisés utilisent-ils internet différemment ?  http://www.oecd-ilibrary.org/docserver/download/bad3b740-fr.pdf?expires=1496577296&id=id&accname=guest&checksum=EB44575436138E4412CBB5EF02A06521

Voir aussi : OCDE (2015), Students, computers and learning : making the connection, PISA, éditions OCDE, Paris (synthèse disponible en français sur http://www.oecd.org/fr/edu/scolaire/Connectes-pour-apprendre-les-eleves-et-les-nouvelles-technologiesprincipaux-resultats.pdf).

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Élisabeth Borne à Matignon : Macron choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Le maire écologiste de Grenoble fait voter l’autorisation du burkini sous les invectives
Lundi soir, malgré les pressions et après un conseil municipal interminable, Éric Piolle a fait adopter, sur le fil, un changement du règlement intérieur des piscines municipales. Les militantes qui se sont battues pour pouvoir porter le burkini reviennent, pour Mediapart, sur la genèse de leur combat. 
par Pauline Graulle et David Perrotin
Journal
Libertés fondamentales : Darmanin désavoué par le Conseil d’État
La dissolution du Groupe antifasciste Lyon et environs (Gale), prononcée par le gouvernement à l’initiative du ministre de l’intérieur, est suspendue. Les trois dernières dissolutions du quinquennat se sont soldées par des revers devant la justice. 
par Camille Polloni
Journal
À Bobigny, les manœuvres de l’académie pour priver des enseignants d’un stage antiraciste
La direction académique de Seine-Saint-Denis a été condamnée en 2020 pour avoir refusé des congés formations à des professeurs, au prétexte de « désaccords idéologiques » avec Sud éducation. D’après nos informations, elle a retoqué de nouvelles demandes en tentant de dissimuler, cette fois, ses motivations politiques. Raté.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Picasso et la sorcière
[Rediffusion] Picasso, Dora Maar et la culture du viol
par Nina Innana
Billet de blog
Présenter le monde tel qu'il devrait être : contre la culture du viol
[Rediffusion] Dans les médias, au cinéma, sur les réseaux sociaux, dans les séries, de trop nombreuses voix continuent de romantiser et d'idéaliser les violences sexuelles. L'influence de ces contenus auprès des jeunes générations inquiète sur la meilleure
par daphne_rfd
Billet de blog
La condescendance
Je vais vous parler de la condescendance. De celle qui vous fait penser que vous ne savez pas ce que vous voulez. De celle qui vous fait penser que vous savez moins que les autres ce que vous ressentez. De celle qui veut nier votre volonté et qui vous dit de vous calmer et que « ça va bien s'passer » (comme le disait M. Darmanin à la journaliste Apolline de Malherbe le 8 février 2022).
par La Plume de Simone
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart