Rythmes scolaires : quelles perspectives en 1946 ?

Il y a plus de 70 ans, la question des horaires à l’école n’a pas échappé à l’attention des membres de la commission ministérielle d’étude chargée de la réforme de l’enseignement. Un éclairage historique utile à l’heure où le conseil supérieur de l’éducation est saisi d’une proposition de décret concernant l’organisation de la semaine scolaire dans le premier degré.

Aujourd’hui, le conseil supérieur de l’éducation doit formuler en urgence un avis sur deux décrets préparés par le ministre de l’éducation nationale, dont un porte sur l’expérimentation possible d’un retour à la semaine de 4 jours dans l’enseignement élémentaire, semaine portée à 4 jours et demi lors du quinquennat précédent.

Pour apporter un éclairage historique sur ce débat, il n’est pas inintéressant de revenir sur les propositions qui avaient été faites en 1946 par la commission ministérielle d’étude dans son projet de réforme de l’enseignement, dit Rapport Langevin-Wallon[1]. En effet, on n’a cessé, ces derniers mois, d’établir des liens entre le président nouvellement élu et le fondateur de la cinquième République, qui fut aussi l’homme de la Libération. C’est donc l’occasion d’examiner dans le domaine éducatif la réalité de ces liens.

Rappelons d’abord qu’à l’heure actuelle, selon le décret du 24 janvier 2013[2], la semaine d’école pour les élèves du premier degré comporte 24 heures d’enseignement hebdomadaire sur neuf demi-journées, incluant le mercredi matin ; une journée de classe de maximum 5 heures 30 et une demi-journée de maximum 3 heures 30 ; une pause méridienne de 1 heure 30 au minimum[3]. Des activités pédagogiques complémentaires aux heures d’enseignement sont organisées en groupes restreints afin d’aider les écoliers rencontrant des difficultés dans leurs apprentissages, d’accompagner le travail personnel des autres élèves ou de mettre en place une activité prévue par le projet d’école, le cas échéant en lien avec le projet éducatif territorial. Avec une semaine scolaire réduite à quatre journées, les élèves du premier degré concernés auront donc à nouveau une journée scolaire de 6 heures.

Pour la commission ministérielle d’étude de 1946, « pour fixer le temps consacré par l’enfant à l’école, il faut tenir compte de ses possibilités physiologiques et de ses besoins psychologiques ». Ils poursuivent : « Il ne devra pas excéder, entre 7 et 9 ans, 2 heures par jour et 10 heures par semaine ; de 9 à 11ans, 3 heures par jour et 15 heures par semaine ; de 11 à 13 ans, 20 heures par semaine ; de 13 à 15 ans, 25 heures par semaine ». Et ils ajoutent : « dans cet horaire seront incluses les séances de « travail dirigé ». Ce travail sera véritablement dirigé de 11 à 15 ans. Il sera seulement contrôlé durant le 3e cycle et complètement libre dans les dernières années ».

La suite du propos ne manque pas d’intérêt, à l’heure où le ministre affiche une volonté de substituer aux injonctions venues d’en haut la libération des énergies sur le terrain. « Ce résultat sera surtout obtenu par l’entente entre les maîtres, qui devront se concerter dans les conseils de classe, dont les réunions périodiques seront fréquentes. L’horaire prescrit devra être plus indicatif que rigide ».

Il ne s’agit pas ici de considérer les propositions du rapport Langevin-Wallon comme apportant les solutions aux problèmes que nous nous posons aujourd’hui, mais de mesurer que les questions que nous agitons sept décennies plus tard ont été en leur temps abordées avec clarté et simplicité, avec ambition également. De cela peut-être, pourrions-nous utilement nous inspirer.

____________________________________________________________________

[1] La réforme de l’enseignement, projet soumis à M. le ministre de l’Education nationale par la commission ministérielle d’étude (1946), dit Rapport Langevin-Wallon

http://www.esen.education.fr/fileadmin/user_upload/Modules/Ressources/Rapports/langevinW.pdf

[2] https://www.legifrance.gouv.fr/eli/decret/2013/1/24/MENE1301789D/jo

[3] http://www.education.gouv.fr/cid66696/la-reforme-des-rythmes-a-l-ecole-primaire.html&xtmc=horairesdupremierdegreacute&xtnp=1&xtcr=3

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.