Jean-Pierre Veran
formateur, expert associé France Education International (CIEP), membre professionnel laboratoire BONHEURS, CY Cergy Paris Université
Abonné·e de Mediapart

659 Billets

1 Éditions

Billet de blog 17 janv. 2016

Redoublement : le changement à bas bruit ?

S’il est une caractéristique de la forme scolaire française bien établie dans la culture des personnels, des élèves et des parents, c’est bien le redoublement, censé sanctionner des résultats insuffisants pour envisager le passage dans la classe supérieure. Or, en ce domaine, l’évolution est nette.

Jean-Pierre Veran
formateur, expert associé France Education International (CIEP), membre professionnel laboratoire BONHEURS, CY Cergy Paris Université
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

S’il est une caractéristique de la forme scolaire française bien établie dans la culture des personnels, des élèves et des parents, c’est bien le redoublement, censé sanctionner des résultats insuffisants pour envisager le passage dans la classe supérieure. Or, en ce domaine, l’évolution est nette. Le décret  N°2014-13277 du 18 novembre 2014[1] modifiant les dispositions du code de l’éducation concernant les paliers d’orientation et le redoublement qui entre en vigueur à compter des procédures d’orientation 2015- 2016, semble accompagner un mouvement amorcé depuis longtemps de renoncement à une pratique dont la vanité est démontrée par les études nationales et internationales.

L’édition 2015 de L’Etat de l’école[2] montre en page 31 l’évolution des redoublements de 1986 à 2014 : ils sont passés, au collège, de 15% en 5e et 3e, de plus de 10% en 6e et 4e à moins de 5% ; au lycée, ils sont passés de 15 à 20% en seconde et terminale à entre 5 et 10%, et de 12% en première à moins de 5%. Ainsi, relève la même étude page 40, «depuis 2003, l’ensemble du second degré a perdu 166 500 élèves, du fait de la baisse des redoublements ou de la taille des générations (…) La durée de scolarisation diminue légèrement dans le secondaire du fait, en partie, de la baisse des redoublements ». Dans le premier degré, entre 2008 et 2014, selon les évaluations CEDRE[3], « il apparaît que le pourcentage d’élèves « en retard » a baissé, passant de 15,3 % à 11,4 %, conséquence directe de la diminution des redoublements, tandis que les performances des élèves « à l’heure » ne présentent pas d’évolution significative», signale l’étude en page 50.A l’issue de la 3e, le pourcentage de redoublements passe, entre 2006-7 et 2013-2014, de 6 à 3,5%. Au lycée « le taux d’accès au niveau IV de formation est passé de 34 % en 1980 à 71 % en 1994 (toutes voies de formation comprises) grâce à une nette baisse des redoublements en première provoquant un afflux d’élèves en terminale».

Est-ce à dire pour autant que la mise en œuvre en cette année scolaire du décret du 18 novembre 2014 passera inaperçue ? Sans doute pas.

En effet, notons d’abord que désormais le redoublement ne figure plus dans les propositions ou les décisions d’orientation possibles. Le décret en effet « souligne enfin le caractère exceptionnel du redoublement et en précise les modalités de mise en œuvre, avec notamment la nécessité d'un accompagnement spécifique des élèves concernés ». Il insiste sur l’accompagnement pédagogique des élèves.

Dans le premier degré, il indique qu’ « à titre exceptionnel, le redoublement peut être décidé pour pallier une période importante de rupture des apprentissages scolaires. Il fait l'objet d'une phase de dialogue préalable avec les représentants légaux de l'élève. La décision de redoublement est prise après avis de l'inspecteur de l'éducation nationale chargé de la circonscription du premier degré. En cas de redoublement, un dispositif d'aide est mis en place, qui peut s'inscrire dans un programme personnalisé de réussite éducative. Aucun redoublement ne peut intervenir à l'école maternelle, sans préjudice des dispositions de l'article D. 351-7

Dans le second degré, il en va de même selon l’article 27 du décret : «  À titre exceptionnel, un redoublement peut être mis en œuvre pour pallier une période importante de rupture des apprentissages scolaires. Il intervient avec l'accord écrit des représentants légaux de l'élève ou de l'élève lui-même, lorsque ce dernier est majeur, après que le conseil de classe s'est prononcé et à la suite d'une phase de dialogue avec le chef d'établissement, conformément à l'article L. 311-7 du présent code. La décision de redoublement est notifiée par le chef d'établissement aux représentants légaux de l'élève ou à l'élève lui-même lorsqu'il est majeur. Lorsqu'un élève est autorisé à redoubler, un accompagnement pédagogique spécifique est mis en place, qui peut comprendre notamment un  programme personnalisé de réussite éducative. »

Hormis ce cas précis, le redoublement ne pourra être demandé par la famille ni proposé par l’établissement. Seul le maintien dans la classe d’origine est prévu par les articles D331-35 (cf. Art. 16 du même décret) et D331-37 du code de l’éducation. Il intervient uniquement à l’issue des classes de 3e ou de 2nde, lorsque les représentants légaux sont en désaccord avec la décision d’orientation définitive.

Cela signifie notamment la fin des commissions d’appel en 6e et 4e, et leur maintien en fin de 3e et 2nde. Renversement de situation significatif, une procédure d’appel pour statuer sur le bien-fondé des demandes de redoublement émanant des familles et refusées par l’établissement, quel que soit le niveau de classe concerné. Les modalités de cette procédure seront précisées ultérieurement.

A travers l’exemple de l’évolution du redoublement en France, on voit comment le changement est possible, en éducation, sur un temps long, sans susciter de fortes polémiques ni mobiliser manifestants et grévistes. A bas bruit, ce qui allait de soi dans les années 80 devient de plus en plus exceptionnel, et désormais, ce sont les parents qui pourront faire appel contre un refus de redoublement et non contre une décision de redoublement. Progressivement on passe de la sanction de la difficulté scolaire par le redoublement à sa résolution par l’accompagnement pédagogique. A ceux qui désespèrent parfois du changement en éducation et de la résistance inexpugnable de la forme scolaire française, les évolutions que signale la livraison 2015 de L’Etat de l’école et que sanctionne ce décret apportent un démenti bienvenu.


[1] http://www.education.gouv.fr/pid25535/bulletin_officiel.html?cid_bo=84055

[2] http://cache.media.education.gouv.fr/file/etat25/48/1/depp-etat-ecole-2015_484481.pdf

[3] Cycle des évaluations disciplinaires réalisées sur échantillon http://www.education.gouv.fr/cid81218/methodologie-du-cycle-des-evaluations-disciplinaires-realisees-sur-echantillon-cedre-en-fin-d-ecole-et-fin-de-college.html

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Amérique Latine
Au Mexique, Pérou, Chili, en Argentine, Bolivie, Colombie, peut-être au Brésil... Et des défis immenses
Les forces progressistes reprennent du poil de la bête du Rio Grande jusqu’à la Terre de Feu. La Colombie est le dernier pays en date à élire un président de gauche, avant un probable retour de Lula au Brésil. Après la pandémie, les défis économiques, sociaux et environnementaux sont immenses.
par François Bougon
Journal
À Perpignan, l’extrême droite s’offre trois jours de célébration de l’Algérie française
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire Louis Aliot (RN) met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à « l’œuvre coloniale ».
par Lucie Delaporte
Journal — Énergies
Gaz russe : un moment de vérité pour l’Europe
L’Europe aura-t-elle suffisamment de gaz cet hiver ? Pour les Européens, le constat est clair : la Russie est déterminée à utiliser le gaz comme arme pour faire pression sur l’Union. Les risques d’une pénurie énergétique ne sont plus à écarter. En première ligne, l’Allemagne évoque « un moment Lehman dans le système énergétique ».
par Martine Orange
Journal — Terrorisme
Attentat terroriste à Oslo contre la communauté gay : « Ça nous percute au fond de nous-mêmes »
La veille de la Marche des fiertés, un attentat terroriste a été perpétré contre des personnes homosexuelles en Norvège, tuant deux personnes et en blessant une vingtaine d’autres. En France, dans un contexte de poussée historique de l’extrême droite, on s’inquiète des répercussions possibles. 
par Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Roe VS Wade, ou la nécessité de retirer le pouvoir à ceux qui nous haïssent
Comment un Etat de droit peut-il remettre en cause le droit des femmes à choisir pour elles-mêmes ? En revenant sur la décision Roe vs Wade, la Cour suprême des USA a rendu a nouveau tangible cette barrière posée entre les hommes et les femmes, et la haine qui la bâtit.
par Raphaëlle Rémy-Leleu
Billet de blog
Cour Suprême : femme, débrouille-toi !
Décision mal-historique de la Cour Suprême états-unienne d’abroger la loi Roe vs. Wade de 1973 qui décriminalisait l’avortement. Décision de la droite religieuse et conservatrice qui ne reconnaît plus de libre arbitre à la femme.
par esther heboyan
Billet de blog
Droit à l’avortement: aux États-Unis, la Cour Suprême renverse Roe v. Wade
La Cour Suprême s’engage dans la révolution conservatrice. Après la décision d'hier libéralisant le port d’armes, aujourd'hui, elle décide d'en finir avec le droit à l'avortement. Laisser la décision aux États, c’est encourager l’activisme de groupes de pression réactionnaires financés par des milliardaires évangéliques ou trumpistes. Que se passera-t-il aux élections de mi-mandat ?
par Eric Fassin
Billet de blog
L'avortement fait partie de la sexualité hétéro
Quand j'ai commencé à avoir des relations sexuelles avec mes petits copains, j'avais la trouille de tomber enceinte. Ma mère a toujours dépeint le fait d'avorter comme une épreuve terrible dont les femmes ne se remettent pas.
par Nina Innana