Jean-Pierre Veran
formateur, expert associé France Education International (CIEP), membre professionnel laboratoire BONHEURS, CY Cergy Paris Université
Abonné·e de Mediapart

650 Billets

1 Éditions

Billet de blog 17 janv. 2022

La gauche et l’éducation : l’impensé des savoirs scolaires

D’un débat entre représentants des candidats de gauche et de l’écologie sur l’éducation ressort l’impensé partagé des savoirs scolaires.

Jean-Pierre Veran
formateur, expert associé France Education International (CIEP), membre professionnel laboratoire BONHEURS, CY Cergy Paris Université
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 13 janvier, dans son émission A l’air libre, Médiapart a réuni, sous le titre Ecoles : la gauche a-t-elle encore des idées ? les représentant.e.s de quatre candidats (Hidalgo, Jadot, Mélenchon et Roussel) pour débattre d’éducation[1].

Les intervenant.e.s n’ont eu aucun mal à critiquer la politique « brutale », « irresponsable », « méprisante » du ministre du quinquennat actuel (crise sanitaire, traitement des personnels, ParcourSup, inégalités scolaires), voire parfois, pour certains d’entre eux, des quinquennats précédents.

Quant à leurs propositions, elles tournent autour d’un axe essentiel : lutter par divers moyens contre une école du tri social, de l’école maternelle à l’enseignement supérieur.

Les porte paroles des candidat.e.s et s’accordent sur la nécessaire amélioration du traitement des personnels en termes d’emploi, de salaire, de formation, sur le besoin d’ouvrir plus de places dans l’enseignement supérieur en recrutant davantage d’enseignants-chercheurs. Selon les un.e.s ou les autres, l’accent devra être mis sur l’allongement du temps scolaire pour tous et non pour quelques uns qui en ont les moyens (Roussel),  sur l’alliance éducative nécessaire entre une école de la coopération et d’autres éducateurs (Jadot), sur l’inégalité de l’offre éducative selon les territoires (Mélenchon), sur l’inacceptable écart de 1 à 17 entre les sommes affectées à l’accompagnement scolaire des collégiens et celui des élèves de CPGE (Hidalgo).

L’un des intervenants (représentant M. Jadot) évoque la question d’une bataille culturelle à mener pour élargir la base sociale de la réussite scolaire, ce qui suppose, outre des moyens supplémentaires, de repenser, dit-il, « le système pédagogique », en développant les imaginaires de tous les élèves et en sortant de l’obsession de la notation permanente.

Alors, tout a-t-il été dit au cours de cette émission ? Eh bien non. La question des savoirs scolaires n’a jamais été évoquée. Le consensus le plus fort est sans doute celui-ci, et il dépasse largement les frontières de la gauche : les savoirs scolaires sont là, dessinés et sélectionnés une fois pour toutes.  ll y a des savoirs qu’on enseigne et d’autres qu’on n’enseigne pas, il y  a des savoirs référés à des disciplines scolaires au sein desquelles sont faits encore des choix et sélections de savoirs enseignés par rapport à d’autres qu’on n’enseigne pas. Il y en a d’autres confinés dans des « éducations à » dont les heures d’enseignement ne sont pas prescrites et difficiles à trouver (éducation aux médias et à l’information, au développement durable, etc.). Certains élèves sont assignés à ne pas accéder à certains savoirs (comme les lycéens professionnels interdits d’enseignement de la philosophie).  Qu’en un mot l’école française fasse, par les savoirs qu’elle enseigne et qu’elle n’enseigne pas[2], par les hiérarchies qu'elle établit entre eux, et par les choix de ce qu’elle enseigne aux uns mais pas aux autres, le lit des inégalités scolaires et de la ségrégation sociale et culturelle de ses élèves, cela, ni les un.es ni les autres ne l’ont évoqué.

S’il y a bien un domaine où l’on pourrait attendre de responsables progressistes une approche critique de l’existant, c’est bien celui  de la politique des savoirs installée depuis des décennies. Par leur silence sur cette question, les représentant.e.s des candidats de gauche et des écologistes se limitent, comme d’autres, à revendiquer l’effacement des dernières réformes, la résurrection d’anciens dispositifs, comme s’il suffisait de revenir au statu quo ante et d’injecter plus de crédits dans l’éducation nationale pour rompre avec l’école des inégalités. C’est une illusion : l’école des inégalités, c’est aussi l’école de l’inégalité des savoirs, et cela mérite un débat national prioritaire. Comme tous les autres candidats, les candidat.e.s Hidalgo, Jadot, Mélenchon, Roussel  sont pour le moment passés à côté de cette question de fond.

_________________________________________________________________

[1] https://www.mediapart.fr/journal/france/130122/ecoles-la-gauche-t-elle-encore-des-idees

[2] Voir, par exemple, sur le site du CICUR, Curriculum et disciplines absentes https://curriculum.hypotheses.org/155

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Pouvoir d'achat
« Et Macron, il pense aux familles nombreuses quand tout augmente ? »
En avril 2022, selon l’Insee, les prix des produits de grande consommation vendus dans la grande distribution ont augmenté de 1,3 %. Une hausse des prix que subissent de plein fouet les plus modestes. À Roubaix, ville populaire du nord de la France, la débrouille règne.
par Faïza Zerouala
Journal — France
Violences conjugales : Jérôme Peyrat finalement contraint de retirer sa candidature
L’ancien conseiller d’Emmanuel Macron, condamné pour violences conjugales, renonce à la campagne des législatives. La défense catastrophique du patron de LREM, Stanislas Guerini, a accéléré les choses. Et mis fin à la gêne qui montait au sein du parti présidentiel, où personne ne comprenait cette « décision venue d’en haut ».
par Ellen Salvi
Journal
Affaire Jérôme Peyrat : « Le problème, c’est qu’ils s’en foutent »
Condamné pour violences conjugales en 2020, Jérôme Peyrat a fini par retirer sa candidature aux élections législatives pour la majorité présidentielle à deux jours de la date limite. Il était pourtant toujours soutenu par les responsables de La République en marche, qui minimisent les faits.
par À l’air libre
Journal
Élisabeth Borne et l’écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Le générique ne prédit pas la fin
Que se passe-t-il lorsque le film prend fin, que les lumières de la salle de cinéma se rallument et qu’après la séance, les spectatrices et spectateurs rentrent chez eux ? Le film est-il vraiment terminé ? Le cinéma vous appartient. Le générique ne prédit pas la fin. Il annonce le début d’une discussion citoyenne nécessaire. Prenez la parole, puisqu’elle est à vous.
par MELANIE SIMON-FRANZA
Billet de blog
Quand le Festival de Cannes essaie de taper fort
La Russie vient de larguer 12 missiles sur ma ville natale de Krementchouk, dans la région de Poltava en Ukraine. Chez moi, à Paris, je me prépare à aller à mon 10e Festival de Cannes. Je me pose beaucoup de questions en ce mois de mai. Je me dis que le plus grand festival du monde tape fort mais complètement à côté.
par La nouvelle voix
Billet de blog
Une fille toute nue
[Rediffusion] Une fois de plus la « culture » serait en danger. Combien de fois dans ma vie j’aurais entendu cette litanie… Et ma foi, entre ceux qui la voient essentielle et ceux qui ne pas, il y a au moins une évidence : ils semblent parler de la même chose… des salles fermées. Les salles où la culture se ferait bien voir...
par Phuse
Billet de blog
images écrans / images fenêtres
Je ne sais pas par où prendre mon film.
par Naruna Kaplan de Macedo