Regards sur l’éducation 2016 : de quoi nourrir le débat éducatif en France ?

La publication de l’édition 2016 des Regards sur l’éducation de l’OCDE fournit, au travers de la fiche consacrée à la France, des informations intéressantes contribuant à nourrir le débat national sur la politique éducative.

Les lignes de force de cette étude comparative de l’OCDE[1] sont résumées d’entrée de jeu.
Elles portent sur les points suivants : l’apprentissage et l’enseignement professionnel, les inégalités entre les sexes, l’accueil et l’éducation des jeunes enfants, les salaires et la charge de travail des enseignants,  l’accès à l’enseignement supérieur, le financement de l’éducation.

Sur le premier point, on note deux spécificités françaises. La dépense par élève en filière professionnelle est supérieure de 45% à la dépense moyenne des pays de l’UE, mais le taux d’emploi des 25-34 ans ayant suivi cette filière est de 75% en France, contre 79% pour l’UE et 86% en Allemagne.

Sur le deuxième point, les différences de taux d’emploi entre hommes et femmes sont inférieures en France  de 7 points par rapport aux pays européens, et de 8 par rapport aux pays de l’OCDE. Mais l’écart salarial reste fortement marqué, même si en France, les titulaires d’un diplôme équivalent au bac touchent  83% du salaire de leurs pairs masculins, contre 78% en moyenne des pays de l’OCDE.

Sur le troisième, la spécificité française tient à la généralisation de l’enseignement préélémentaire, avec un taux d’encadrement (1 enseignant et un auxiliaire d’éducation pour 15 élèves) supérieur aux moyennes de l’OCDE (pour 12) et européenne (pour 11), et une dépense par enfant inférieure (7500 $ contre 8000 $ en moyenne OCDE).

Sur la quatrième, la France se caractérise par un corps enseignant plus jeune que les moyennes européennes et OCDE, alors que les personnels de direction français sont un peu plus âgés qu’en Europe et dans l’OCDE. Le salaire moyen français est inférieur de 12% à la moyenne OCDE pour le primaire, égal à cette moyenne pour le préélémentaire et le premier cycle du secondaire, légèrement supérieur dans le second cycle. Le nombre de jours d’école est nettement inférieur en France (162) à la moyenne européenne (182) et OCDE (185). Parmi les chefs d’établissements de collège, seuls 8% assistent à des cours contre 40% en moyenne dans l’OCDE.

Sur le cinquième, la France a un taux de diplômés du supérieur équivalent à la moyenne Europe et OCDE, mais elle en compte plus dans la tranche d’âge 25-34 ans (45% contre 40 et 42). A noter aussi l’attractivité des études doctorales françaises, avec 40% d’étudiants en mobilité internationale contre 27 en moyenne OCDE. Le taux d’emploi des cycles courts est plus élevé que la moyenne OCDE (83 contre 80%), mais celui des docteurs est inférieur (87 contre 91%).

Sur le dernier point, par rapport aux autres pays de l’OCDE, la dépense intérieure d’éducation est plutôt faible en France pour les écoliers (7200 contre 8500 $), moyenne pour les collégiens (9950 contre 9580 $), très élevée pour les lycéens (13600 contre 10000 $), plus forte pour les étudiants (16200 contre 15200 $). Pour la dépense publique, les sources étatiques de financement sont  supérieures en France à la moyenne OCDE, pour l’enseignement scolaire (71 contre 57%), la part des exécutifs locaux (hors région) étant de 12% en France contre 21 et 22% en Europe et dans l’OCDE. La part des exécutifs régionaux varie de 17% en France à 18% en Europe et 21% dans l’OCDE.

Si cette fiche ne dit rien de la question fondamentale des inégalités scolaires, elle permet de saluer quelques réussites significatives, et de s’interroger sur certains points aveugles de notre organisation éducative.

 Au chapitre des atouts et réussites, la réduction des inégalités entre hommes et femmes, la relative jeunesse des enseignants, le taux de diplômés du supérieur parmi les jeunes.

Au chapitre des questionnements, que déduire de l’écart souligné entre la présence effective des principaux de collège dans les classes en France et ailleurs, qui va de pair sans doute avec le fait que les enseignants français sont de tous ceux de l’OCDE les moins intéressés  à la direction des établissements ? Cela ne devrait-il pas pousser à conduire une réflexion sur les modalités de pilotage pédagogique et, plus largement, sur la gouvernance éducative ?  Pourrait-on aller jusqu’à repenser les métiers de direction, d’inspection et d’enseignement ?

Que penser des écarts salariaux  constatés entre les enseignants ? Suffirait-il d’augmenter les salaires inférieurs pour résoudre la question, ou ne faudrait-il pas aussi prendre en compte le fait que le temps scolaire et le métier d’enseignant se conçoivent diversement selon les pays, des variations notables concernant le nombre annuel de jours de classe, mais aussi le temps de présence hebdomadaire auprès des élèves,  et pas exclusivement dans le cadre d’heures de cours ? Dans cette réflexion, il conviendrait de tenir compte du fait que selon la DEPP, le temps de travail hebdomadaire des professeurs français pendant les 36 semaines de l'année scolaire est évalué par eux à plus du double de leurs temps de service (plus de 40 heures en moyenne en 2010 dans le second degré[2]).

Les réponses à ces questions pourront sans doute se nourrir des résultats de la prochaine enquête PISA attendus pour décembre.


[1]

http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/education/education-at-a-glance-2016/france_eag-2016-55-en#.V95JeDtK6dc#page1

[2] La Note d'information - DEPP - N° 13.13 - juillet 2013 précise également que "les enseignants déclarent travailler en moyenne plus de 18 jours pendant leurs congés, à raison d’un jour et demi pendant chaque période de vacances et de 8 jours pendant les grandes vacances. Le nombre de jours passés à travailler pendant les congés diminue avec l’âge des enseignants : plus de 25 jours pour les plus jeunes, autour de 21 jours pour les 30-34 ans et moins de 20 jours pour les autres".

 http://www.education.gouv.fr/cid72848/les-enseignants-du-second-degre-public-declarent-travailler-plus-de-40-heures-par-semaine-en-moyenne.html

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.