Jean-Pierre Veran
formateur, expert associé France Education International (CIEP), membre professionnel laboratoire BONHEURS, CY Cergy Paris Université
Abonné·e de Mediapart

650 Billets

1 Éditions

Billet de blog 22 janv. 2022

Henri IV et Louis-le-Grand soumis à la règle commune : des postures révélatrices

Appliquer à Louis-le-Grand et Henri IV la règle commune des autres lycées parisiens, un outrage à l « excellence républicaine » ou une mesure incontestablement républicaine ?

Jean-Pierre Veran
formateur, expert associé France Education International (CIEP), membre professionnel laboratoire BONHEURS, CY Cergy Paris Université
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Progressivement, nous apprend un article du Monde publié aujourd’hui[1], les deux lycées prestigieux de la Montagne Sainte Geneviève vont se voir appliquer la règle commune des lycées parisiens touchant l’affectation des élèves sortant des collèges. 

Henri IV et Louis-le-Grand jusqu’ici faisaient leur marché en étudiant les dossiers scolaires des candidats, écartant de leur recrutement tout dossier ne donnant pas des signes d’excellence incontestable ; le résultat était mirifique, comme le souligne une responsable SNES-FSU de Louis le Grand : « Cet élitisme scolaire fonctionne. Il n’y a qu’à voir le nombre d’élèves que nous plaçons aux concours généraux ».

En effet, on voit mal, comment après avoir prélevé les élèves présentant  les meilleurs dossiers scolaires, ces mêmes élèves ne réussiraient pas aux concours généraux. Les deux lycées n’ont aucun mérite à cela. Ils ont en revanche un tort : celui de priver les autres lycées parisiens d’élèves susceptibles de donner le meilleur aussi dans d’autres établissements.

Et l’on brandit à cette occasion l’horreur d’une affectation intégrant l’indice de position sociale pour réaliser un recrutement d’élèves plus équitablement répartis entre les divers lycées parisiens. « Le traitement algorithmique ne permet pas de distinguer les bons, les très bons et les excellents élèves », s’inquiète un responsable de la FCPE à Louis-le-Grand.

Inquiétude à très juste titre : l’entre-soi éducatif, ne saurait tolérer que l’on mélange quelques bons et une pincée de très bons aux excellents !

Bien entendu, selon ce parent d’élève, « On ne cherche pas à défendre la bourgeoisie parisienne mais l’excellence au sein du service public. »

L’excellence au sein du service public, qui en effet oserait être contre ? Sinon qu’il ne s’agit pas de cela mais de confisquer l’excellence au sein de deux établissements publics qui jusqu’ici recrutent leurs élèves comme deux établissements privés. Cet attachement à l’excellence au sein du service public a ses limites, notamment il n’admet pas l’égalité de traitement entre tous les élèves, ce qui pourtant devrait constituer une référence pour un.e responsable de la FCPE ou du SNES-FSU.

On ne peut que constater les effets bénéfiques de la procédure Affelnet en place depuis 2020 dans les autres lycées parisiens.

La ségrégation sociale a diminué de 33% dans les lycées concernés. Comme le rapporte Sylvie Lecherbonnier dans Le Monde, « les lycées les plus favorisés comptent davantage de boursiers. Charlemagne, dans le 4e arrondissement, est passé de 23 % à 28,5 % de boursiers entre 2020 et 2021, Victor-Duruy, dans le 7arrondissement, de 8,8 % à 16,2 %, Sophie-Germain, dans le 4e arrondissement, de 24 % à 29,5 %. Dans le même temps, les lycées les moins favorisés ont vu leur proportion de boursiers baisser, à l’instar d’Henri-Bergson, dans le 19arrondissement, passé de 60 % à 39,4 % au premier tour d’affectation ».

Le chemin de la mixité sociale est long, mais on ne peut que se réjouir qu’elle progresse, y compris sur la Montagne Sainte Geneviève. Sylvie Lecherbonnier note en outre qu’ « une tradition bien connue a conduit des familles à inscrire (à Henri IV) leurs enfants dès le collège pour maximiser leurs chances d’accéder dans la continuité au lycée. Avec l’intégration dans Affelnet, cette proportion risque de baisser drastiquement et pourrait même jouer, à terme, sur le marché de l’immobilier parisien, très corrélé à la carte scolaire ».

S’il ne s’agit pas sans doute non plus de défendre la bourgeoisie parisienne en s’opposant à l’application de la règle commune dans cet établissement, la préoccupation immobilière n’est peut-être pas complètement étrangère au sujet.

On voit donc à cette occasion resurgir l’attachement viscéral à une école de la ségrégation, qui sépare aussitôt que possible, et de manière particulièrement nette à l’entrée du lycée, le bon grain scolaire de l’ivraie, et qui, en confinant l’excellence dans des espaces protégés, nuit à la réussite du plus grand nombre en accroissant les inégalités scolaires au fil du temps.

C’est là le reproche fondamental qui peut être fait à cette prétendue politique de l’excellence : elle ne permet pas à la réussite scolaire de s’étendre, elle pénalise notre école et ses élèves au lieu de favoriser leur succès.

___________________________________________________________________

[1] https://www.lemonde.fr/education/article/2022/01/22/les-lycees-louis-le-grand-et-henri-iv-integrent-affelnet_6110506_1473685.html

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Borne et l’écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard
Journal
Zemmour et Pétain : une relaxe qui interroge, des motivations qui choquent
La relaxe d’Éric Zemmour pour ses propos sur un prétendu « sauvetage » des juifs français par Pétain a suscité de vives réactions. Les historiens que nous avons interrogés ne sont pas tant choqués par la relaxe - la loi Gayssot ne peut couvrir l'ensemble des allégations mensongères sur la seconde guerre mondiale - que par les motivations de l’arrêt. Explications.
par Lucie Delaporte et Fabien Escalona
Journal — Entreprises
Un scandale financier luxembourgeois menace Orpea
Mediapart et Investigate Europe révèlent l’existence d’une structure parallèle à Orpea, basée au Luxembourg, qui a accumulé 92 millions d’actifs et mené des opérations financières douteuses. Le géant français des Ehpad a porté plainte pour « abus de biens sociaux ».
par Yann Philippin, Leïla Miñano, Maxence Peigné et Lorenzo Buzzoni (Investigate Europe)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Une fille toute nue
[Rediffusion] Une fois de plus la « culture » serait en danger. Combien de fois dans ma vie j’aurais entendu cette litanie… Et ma foi, entre ceux qui la voient essentielle et ceux qui ne pas, il y a au moins une évidence : ils semblent parler de la même chose… des salles fermées. Les salles où la culture se ferait bien voir...
par Phuse
Billet de blog
images écrans / images fenêtres
Je ne sais pas par où prendre mon film.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Entretien avec Ava Cahen, déléguée générale de la Semaine de la Critique
La 61e édition de la Semaine de la Critique se déroule au sein du festival de Cannes du 18 au 26 mai 2022. La sélection qui met en avant les premiers et seconds longs métrages, est portée pour la première fois cette année par sa nouvelle déléguée générale Ava Cahen qui défend l'amour du cinéma dans sa diversité, sa réjouissante monstruosité, ses émotions et son humanité.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Quand le Festival de Cannes essaie de taper fort
La Russie vient de larguer 12 missiles sur ma ville natale de Krementchouk, dans la région de Poltava en Ukraine. Chez moi, à Paris, je me prépare à aller à mon 10e Festival de Cannes. Je me pose beaucoup de questions en ce mois de mai. Je me dis que le plus grand festival du monde tape fort mais complètement à côté.
par La nouvelle voix