Jean-Pierre Veran
formateur, expert associé France Education International (CIEP), membre professionnel laboratoire BONHEURS, CY Cergy Paris Université
Abonné·e de Mediapart

622 Billets

1 Éditions

Billet de blog 22 mai 2017

L’établissement scolaire apprenant : passer de la pyramide aux cloisons mobiles ?

On a envie de prendre au mot le nouveau ministre de l'éducation nationale qui affirme ne pas vouloir être celui de l’injonction mais un appui aux solutions de terrain. Un récent rapport remis à sa prédécesseure, Vers une société apprenante, propose quelques pistes de réflexion et d’action pour accompagner ce qui serait un profond changement de culture institutionnelle.

Jean-Pierre Veran
formateur, expert associé France Education International (CIEP), membre professionnel laboratoire BONHEURS, CY Cergy Paris Université
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

On a pu se réjouir de lire, dans le premier entretien accordé par le nouveau ministre de l’éducation nationale au Monde[1] des propos tels que : " Je ne donnerai pas dans l'injonction. Je serai un ministre qui pousse aux solutions de terrain (…) Nous ne voulons pas tomber dans  le travers  d'imposer la même façon de faire partout (…) L'interdisciplinarité est très intéressante mais doit venir des acteurs de terrain. On ne la décrète pas. C'est pourquoi nous donnerons plus de liberté aux enseignants (…)"

Tout se passe, dans les déclarations de Jean-Michel Blanquer, comme s’il était parfaitement convaincu que, pour aller vers une société apprenante, il faut des établissements scolaires apprenants et donc sortir  « d’une administration centralisée qui conçoit et diffuse des instructions vers des rectorats qui eux‐mêmes dirigent leur mise en œuvre, et vers des enseignants qui les appliquent en jouant seulement de l’espace clos de la classe pour s’inventer des marges de manœuvre[2] », comme la décrivent les auteurs du rapport Vers une société apprenante.

Cela supposerait la rupture avec ce que ces auteurs présentent comme « une organisation sur‐administrée (un essayiste a récemment décompté la parution de 225 circulaires par an en moyenne) mais sous‐encadrée (4% de personnels d’encadrement contre un taux moyen de 15%)[3] ».

M. Blanquer se saisira-t-il du rapport que nous venons de citer remis à sa prédécesseure en avril dernier pour « pousser aux solutions de terrain » ?

Selon les auteurs de ce rapport, il faut coopérer à toutes les échelles et, à celle de l’établissement, « favoriser les concertations pour construire une culture commune », « donner du sens au conseil pédagogique pour développer des pratiques collectives », « aménager des lieux d’échanges », et « associer toute la communauté éducative ». En un mot, il s’agit de « faire tomber les cloisons » et de « promouvoir des démarches inclusives et de projet ».

Les auteurs du rapport plaident donc pour « la promotion d’une culture de confiance, de coopération et d’expérimentation devrait amener à accorder plus de marges à chaque établissement, pour qu’il définisse à son niveau la façon d’organiser et de faire vivre la concertation». La forme scolaire française repose sur « une conception de l’élève en décalage par rapport à la globalité de l’enfant ou de l’adolescent. Dans une large mesure, les fonctionnements et règles scolaires visent un élève abstrait, défini uniquement par ses activités cognitives, coupé de son environnement social et culturel. »

« De nombreuses enquêtes, poursuivent les auteurs du rapport,  ont mis en évidence l’isolement des enseignants français et leur difficulté à travailler en équipe. Cet isolement constitue un frein à la coopération, à l’expérimentation et à l’essaimage des pratiques. Les salles de professeurs et les centres de documentation et d’information (CDI), où il est en général difficile d’échanger et où l’aménagement et le mobilier, ne sont pas conçus pour des travaux collaboratifs. Ils n’encouragent pas les rencontres ni les initiatives en ce sens ‐ même s’il faut saluer l’évolution récente d’un certain nombre de CDI en “Centres de connaissance et de culture”[4] et de bibliothèques universitaires s’inspirant des Learning Centers anglais ou des “carrefours d’apprentissage” canadiens. Ils visent à “offrir une gamme de services étendus pour se rencontrer en petits groupes pour un travail précis ou échanger librement, rechercher des informations sur tout support, pas seulement numérique, réfléchir, lire, se cultiver, se détendre....” Des équipes, de plus en plus nombreuses, s’engagent dans une réflexion sur de nouveaux lieux et cadres d’apprentissage ; il existe tout un courant de recherche sur les learning‐labs. C’est aussi une occasion pour les professeurs documentalistes de former les élèves à la culture de l’information de les mettre dans des postures de recherche et de responsabilisation par rapport aux savoirs, et de développer eux‐mêmes des projets collaboratifs et interdisciplinaires avec leurs collègues ».

J’ai pu constater, lors d’une intervention récente sur les espaces d’apprentissage que la réflexion engagée dans le cadre d’un stage académique conduisait le conseiller principal d’éducation et le professeur-documentaliste d’un même établissement, à prendre rendez-vous pour amorcer une concertation relative à cette question. C’est dire, en effet, le cloisonnement qui prévaut encore souvent dans nos établissements. C’est dire aussi que l’idée chemine qu’il faut offrir aux élèves comme à l’ensemble des personnels des lieux propices à la coopération, à la conduite de projet, à la concertation, et que les centres de connaissances et de culture, en rompant avec les salles de permanence où au mieux l’on s’ennuie et en rapprochant salles d’étude et centre de documentation et d’information, sont propices à la transformation de l’établissement scolaire en établissement apprenant.

Si l’agilité accrue de l’institution scolaire repose sur la confiance dans la créativité pédagogique collective des enseignants et personnels d’éducation[5], sur l’enracinement d’une culture de l’expérimentation et de l’alliance éducative avec les parents, les collectivités, les acteurs du territoire et les chercheurs en éducation, sur l‘évolution des corps d’inspection d’une posture de contrôle à une posture d’accompagnement, on peut en attendre des bénéfices certains pour la réussite de tous, personnels et élèves. Et dans ce cadre, les instruments numériques d’information et de communication prennent toute leur dimension facilitatrice et incitatrice.


[1] http://www.lemonde.fr/education/article/2017/05/20/jean-michel-blanquer-il-nous-faut-depasser-le-clivage-gauche-droite-sur-l-ecole_5130829_1473685.html

[2] Catherine Becchetti-Bizot, Guillaume Houzel, François Taddeï, Vers une société apprenante, rapport sur la recherche et développement de l’éducation tout au long de la vie, avril 2017, http://cache.media.education.gouv.fr/file/2017/40/3/Rapport_recherche_et_developpement_education_V2_756403.pdf

[3] voir note 2

[4] Le vade-mecum Vers des centres de connaissances et de culture a été publié au printemps 2012 par la DGESCO dirigée alors par Jean-Michel Blanquer, Luc Châtel étant alors ministre.

https://cache.media.eduscol.education.fr/file/actus_2012/77/1/2012_vademecum_culture_int_web_214771.pdf

[5] et non sur une liberté pédagogique strictement individuelle, qui peut s’épanouir dans le cloisonnement le plus rigide.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Violences sexuelles

À la Une de Mediapart

Journal — International
Pourquoi le Kremlin veut en finir avec Memorial
L’historien Nicolas Werth explique les enjeux de la possible dissolution, par la justice russe, de l’ONG Memorial. Celle-ci se consacre à documenter les crimes de la période soviétique, mettant ainsi des bâtons dans les roues du roman national poutinien.
par Antoine Perraud
Journal — Économie
Leroy Merlin, des bénéfices records et des salariés en lutte pour 80 euros
Depuis le 17 novembre, une cinquantaine de salariés de Leroy Merlin bloquent l’entrepôt de Valence, dans le cadre d’une grève inédite sur plusieurs sites de l’enseigne de bricolage. Salariés des magasins et des entrepôts réclament des augmentations et un meilleur partage des bénéfices.
par Khedidja Zerouali
Journal — France
Gauches : comment reprendre la main pour 2022 ?
Échaudées par les tentatives ratées de « triangulation » dans leurs propres rangs, et encouragées par l’actualité, les gauches recentrent leur discours sur le social. Mais se faire entendre reste une gageure dans un paysage médiatico-politique saturé par les thématiques identitaires.
par Mathilde Goanec et Pauline Graulle
Journal — France
Présidentielle : cette deuxième ligne qui prépare l’après
« Refondation », « Front populaire écologique », « Bloc arc-en-ciel »… Au sein des partis de gauche, des personnalités s’activent pour éviter les logiques de division présidentielle. Pour elles, la reconstruction de la gauche commence maintenant, pour ne pas disparaître. 
par Mathieu Dejean

La sélection du Club

Billet de blog
« Atlantique », un film de Mati Diop
Des jeunes ouvriers au Sénégal ne sont pas payés depuis plusieurs mois rêvent de partir pour l’Europe au risque de leur vie. Ada, amoureuse de l’un de ces hommes, est promise à un riche mariage contre son gré. Les esprits auront-ils raison de ces injustices ?
par Cédric Lépine
Billet de blog
« Murs de papiers »
[Archive] Olivier Cousin, dans son dernier film, nous donne à voir ce qu’est la vie des sans-papiers à travers une permanence d’accueil de la Cimade : des chemins de l’exil aux mille dangers, des parcours du combattant face à une administration française kafkaïenne, la fin de la peur et l'espérance en une vie meilleure, apaisée.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Avec le poids des morts
« Chaque famille, en Côte d'Ivoire, par exemple, est touchée. Tu vois le désastre, dans la mienne ? On assiste à une tragédie impensable ». C. témoigne : après un frère perdu en Libye, un neveu disparu en mer, il est allé reconnaître le corps de sa belle-sœur, dont le bateau a fait naufrage le 17 juin 2021 aux abords de Lanzarote, à Orzola.
par marie cosnay
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement