Jean-Pierre Veran
formateur, expert associé France Education International (CIEP), membre professionnel laboratoire BONHEURS, CY Cergy Paris Université
Abonné·e de Mediapart

672 Billets

1 Éditions

Billet de blog 23 avr. 2020

Jean-Pierre Veran
formateur, expert associé France Education International (CIEP), membre professionnel laboratoire BONHEURS, CY Cergy Paris Université
Abonné·e de Mediapart

L’école d’après le confinement : une privatisation en marche ?

Une sortie du confinement reposant sur un mix de classe à l’école pour ceux qui en ont besoin et d’enseignement à la maison pour ceux qui font ce choix, semble être une solution de bon sens. Mais elle peut aussi préfigurer un nouveau dualisme scolaire, en lien avec les formes diverses de privatisation de l’éducation dans le monde.

Jean-Pierre Veran
formateur, expert associé France Education International (CIEP), membre professionnel laboratoire BONHEURS, CY Cergy Paris Université
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Face aux réalités de la société, l’école est bien souvent à la peine : on le sait, notre pays se caractérise par la corrélation très forte entre les résultats scolaires de ses enfants et leur origine sociale.

Le Président de la République avait fait le choix, lors de sa campagne présidentielle en 2017, d’afficher le dédoublement des classes de CP et CE1 en éducation prioritaire comme marqueur de sa volonté de lutter résolument contre les inégalités scolaires d’origine sociale.

La crise provoquée par la pandémie et ses conséquences (confinement de la population et fermeture des écoles et établissements scolaires) ont conduit le Président de la République et le ministre de l’éducation nationale à insister sur la nécessité d’éviter le décrochage scolaire, notamment chez les élèves déjà fragilisés par leurs résultats solaires, et donc sur l’importance d’une réouverture des écoles à partir du 11 mai.

Mais cette réouverture, malgré tous les aménagements de progressivité imaginés, semble à certains prématurée d’un point de vue de sécurité sanitaire. Le Président de la République a trouvé la parade :  si l’on en croit Le Parisien[1], « La reprise se fera, dit l'Elysée, suivant « trois grands principes » : « un retour à l'école progressif, concerté, adapté aux réalités », avec sans doute une priorité donnée aux « plus jeunes » et aux « enfants les plus en difficulté ». Le tout, insiste la présidence, sur la base du « volontariat des parents » : « Il n'y aura pas d'obligation du retour à l'école. Il faudra de la souplesse », martèle-t-on ».

De cette façon, on pourrait donc concilier liberté des parents (refus possible d’envoyer leurs enfants à l’école, s’ils suivent l’enseignement à distance) et égalité des enfants devant les apprentissages, mise à mal par deux mois de confinement socialement et culturellement inégal.

Faut-il rappeler que ce qui est obligatoire, dans notre République, c’est l’instruction, et non l’école, et que des parents font le choix de ne pas envoyer leurs enfants à l’école ? L’affaire est-elle close pour autant ? Ce n’est pas sûr.

Il importe, pour l’éclairer de revenir sur les débats extrêmement vifs qui opposèrent, lors de la première Révolution française, les tenants de l’instruction publique de ceux de l’éducation publique. Pour les premiers, comme Condorcet, la liberté d’éduquer des parents devait être respectée, et l’école ne devait s’occuper que d’instruire ses élèves. Pour les seconds, comme Le Peletier de Saint-Fargeau, il faudrait «  décréter que, depuis l’âge de cinq ans jusqu’à douze pour les garçons, et jusqu’à onze pour les filles, tous les enfants sans distinction et sans exception seront élevés en commun, aux dépens de la République ; et que tous, sous la sainte loi de l’égalité, recevront mêmes vêtements, même nourriture, même instruction, mêmes soins ». Cette proposition radicale de 1793 permettrait assurément de résoudre la question de l’inégalité sociale et culturelle à l’école, les enfants de cinq à onze ou douze ans étant complètement pris en charge par la République. Mais elle ne fut jamais retenue, et l’on comprend pourquoi.

En quoi cela peut-il éclairer la situation actuelle ? On laisse, pour ce temps de pandémie, une  alternative de sortie de confinement : pour ceux qui en ont besoin, vraiment, l’école est préférable, et c’est pour eux qu’on l’ouvre prioritairement. Pour les autres, l’école à la maison convient. 

On pourrait se dire qu’il y a là un bon moyen de régler la question des effectifs incompatibles avec la distanciation sociale à préserver. Mais ce serait oublier que la ségrégation scolaire est aussi inscrite dans les territoires, et que, pour certaines écoles, ce sont tous les élèves ou presque qui ont besoin d’aller à l’école, alors que dans d’autres, une majorité peut poursuivre l’école à la maison. Ce serait oublier aussi que ceux qu'on appelle "décrocheurs" seront, notamment dans les collèges et les lycées, tentés de tirer parti de l'absence d'obligation de retour à l'école pour ne pas y revenir.

Quand on pense aux modèles possibles d’"école d’après", on peut voir là se préfigurer un régime scolaire nouveau, conforme à la marchandisation en cours de l’éducation. D’un côté, un service public d’éducation destiné aux publics socialement défavorisés, de l’autre un marché éducatif destiné à tous ceux qui socialement peuvent en avoir les moyens. Dans le dernier numéro de la Revue internationale d’éducation de Sèvres[2], Philippe Bongrand analyse les « Dilemmes et défis de l’État éducateur face au développement de l’instruction en famille en France [3]», mettant en lumière la manière dont l’Etat donne une dimension publique et médiatise une forme d’éducation qu’il n’est pas censé promouvoir. On peut se demander si la sortie du confinement, telle qu'elle est envisagée, par l’expérimentation d’un dualisme scolaire entre école en classe et école à la maison, ne creuse pas le même sillon. Ce n'est pas la première fois, en tout cas, qu'en éducation, liberté et égalité ne font pas bon ménage.

________________________________________________________

[1] http://www.leparisien.fr/societe/coronavirus-le-retour-a-l-ecole-se-fera-sur-la-base-du-volontariat-23-04-2020-8304519.php

[2] https://journals.openedition.org/ries/8837

[3] https://doi.org/10.4000/ries.9206

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Lula se présente en apaiseur des années Bolsonaro
Dimanche 2 octobre, les Brésiliens choisissent entre Jair Bolsonaro et Lula da Silva. Après un mandat marqué par les violences et une politique favorable aux plus riches, l'ancien chef d’état affirme vouloir réconcilier le pays. Avec l’espoir de l’emporter dès le premier tour.
par François Bougon
Journal — Santé
En ville, à la mer et à la montagne : là où se trouvent les oasis médicaux
Cause sans cesse perdue, la lutte contre les déserts médicaux masque une autre réalité : les médecins libéraux s’installent toujours plus nombreux comme spécialistes dans quelques zones privilégiées. Ils sont aussi toujours plus nombreux à pratiquer des dépassements d’honoraires.
par Caroline Coq-Chodorge et Donatien Huet
Journal — France
Télémédecine : derrière « Sauv Life », le business contestable d’un médecin de l’AP-HP
Pour désengorger les urgences, le ministre de la santé pousse les « unités mobiles de télémédecine », officiellement opérées par une association, Sauv Life, qui envoie, via le 15, des infirmiers dotés de mallettes de télémédecine au chevet des patients. En coulisses, cette expérimentation soulève des questions sur le niveau du service rendu, le coût et les procédures de commande publique. Contre-enquête sur un chouchou des médias.
par Stéphanie Fontaine
Journal — Terrorisme
Une section informatique aveugle à ses propres alertes
Dans les deux années précédant la tuerie à la préfecture de police, les alertes se sont multipliées au sein de la « S21 », la section où travaillait Mickaël Harpon. Sans jamais que cela ne porte à conséquence pour le futur terroriste.
par Matthieu Suc

La sélection du Club

Billet de blog
Élections au Brésil - Décryptage et analyse
Lecteurs et lectrices des pages « International » de la presse francophone savent que le Brésil vit un moment crucial pour son destin des prochaines années. À moins d'une semaine du premier tour des élections présidentielles, le climat est tendu et les résultats imprévisibles sous de nombreux aspects.
par Cha Dafol
Billet de blog
Brésil : lettre ouverte aux membres du Tribunal Supérieur Électoral
En notre qualité d’avocats de Monsieur Lula nous avions interpellé sur l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques à l’origine des poursuites et de la détention arbitraires subies par notre client. Nous dénonçons les attaques ignominieuses de Monsieur Bolsonaro à l’encontre de Monsieur Lula et sa remise en cause systématique de décisions judiciaires l’ayant définitivement mis hors de cause. Par William Bourdon et Amélie Lefebvre.
par w.bourdon
Billet de blog
Billet du Brésil #5 / Dimanche, un coup d’État est-il possible ?
S'accrochant au pouvoir, Jair Bolsonaro laisse planer le doute sur l'éventualité d'un coup d'Etat, en cas de défaite aux élections. Mais les conditions sont-elles vraiment réunies pour garantir son succès ?
par Timotinho
Billet de blog
Les élections au Brésil : changement de cap, ou prélude à un coup d’État ?
Les élections qui se dérouleront au Brésil les 2 et 30 octobre prochain auront un impact énorme pour les Brésiliens, mais aussi pour le reste du monde, tant les programmes des deux principaux candidats s’opposent. Tous les sondages indiquent que Lula sera élu, mais la question qui hante les Brésiliens est de savoir si l’armée acceptera la défaite de Bolsonaro. Par Michel Gevers.
par Carta Academica