Jean-Pierre Veran
formateur, expert associé France Education International (CIEP), membre professionnel laboratoire BONHEURS, CY Cergy Paris Université
Abonné·e de Mediapart

650 Billets

1 Éditions

Billet de blog 28 janv. 2022

L'éducation aux médias et à l’information dans l’impasse des impensés

Un texte officiel de plus pour « généraliser l’éducation à l’information et aux médias » ne changera pas la donne éducative : corsetées par des programmes et horaires disciplinaires déjà là, les multiples « éducations à » sont autant de priorités qui restent pour l’essentiel à la porte des emplois du temps des professeurs et des élèves.

Jean-Pierre Veran
formateur, expert associé France Education International (CIEP), membre professionnel laboratoire BONHEURS, CY Cergy Paris Université
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La circulaire annonçant la « généralisation de l'éducation aux médias et à l'information »[1] et le communiqué de presse du 24 janvier qui l’a précédée, annonçant le « renforcement de l’éducation aux médias, à l’information et à la citoyenneté numérique[2] » (les  caractères gras sont ceux du communiqué de presse) constituent un bel exemple des impasses et impensés du curriculum français.

Le titre déjà mérite qu’on s’y arrête : il s’agit de renforcer selon le communiqué ou de dynamiser, et de généraliser, selon le titre de la circulaire, une des « éducations à » qui fait partie des missions de l’Ecole.  Cette éducation, jusqu’ici connue, notamment dans les programmes du cycle 4, sous le nom d’éducation aux médias et à l’information devient dans le communiqué de presse « éducation aux médias, à l’information et à la citoyenneté numérique », dans une louable tentative de mieux marquer le lien entre éducation aux médias et éducation à la citoyenneté. On pourrait se demander si c’est la citoyenneté qui est numérique ou si c’est le contexte de son exercice qui l’est aujourd’hui, mais là n’est pas l’essentiel.

En quoi consistent donc le « renforcement », la « nouvelle dynamique » annoncés ? Sur quoi repose la « généralisation » proclamée par la circulaire ? Réalité ou voeu pieux ? Examinons les mesures annoncées, consécutives aux recommandations formulées lors des Etats généraux du numérique en 2020[3] et par un groupe d’experts dans un rapport remis en 2021, qui a donné son titre au communiqué de presse de 2022[4].

  • A l’échelon académique, la création d’une cellule EMI qui en pilote la politique pour les 1er et 2nd degrés et le renforcement des moyens dévolus aux coordonnateurs académiques du centre pour l’éducation aux médias et à l’information (CLEMI) ;

  • A l’échelon des écoles et des établissements scolaires, la diffusion de deux vademécums, l’un en direction des professeurs du 1er et du second degré, l’autre pour la mise en œuvre de projets de webradios, au collège notamment.

Quoi d’autre ? Rien, sinon la confirmation de partenariats avec le Ministère de la Culture, l’ARCOM (Autorité publique française de régulation de la communication audiovisuelle et numérique), Radio France, le Sirti (Syndicat des radios indépendantes), la CNRA (confédération nationale de radios associatives), le SNRL (syndicat national des radios libres), avec le soutien de Réseau Canopé et du CLEMI. Une cellule académique et deux vademecums, voilà de quoi assurer sans aucun doute possible la « généralisation » de l’EMI !

De fait, cette circulaire et ce communique de presse valent sans doute autant par ce qu’ils taisent que par ce qu’ils disent. Ce qu’ils taisent, c’est que l’éducation aux médias et à l’information, comme à la citoyenneté numérique, reposent sur l’engagement volontaire de professeurs des écoles, professeurs documentalistes et de diverses disciplines déjà impliqués dans des projets d’éducation aux médias et à l’information. La seule question qui vaille est celle de se demander si la « généralisation » proclamée d’une éducation dont le ministère réaffirme, dès la première phrase de son communiqué, qu’elle est une priorité, est possible dans le contexte actuel. Or, cette priorité, rien ne dit que, selon l’école, le collège, le lycée où on étudie, on va la croiser dans son parcours de formation. Pourquoi ? Parce que l’organisation de nos enseignements est telle que l’éducation aux médias et à l’information (EMI) ne fait pas partie, pour ce qui concerne les écoles, des « quatre priorités pour renforcer la maîtrise des fondamentaux »[5]. Il en va sans doute mieux au collège, où l’EMI figure en dernière place dans les programmes du cycle 4 (de la 5e à la 3e). Mais on constate avec une infinie surprise que, pour trouver ce programme d’EMI  sur le site du CLEMI[6], il faut montrer une certaine persévérance. Si, on va jusqu’au bout de la démarche, on constate en effet que l’éducation aux médias figure également dans les programmes disciplinaires et que le travail en équipe du professeur-documentaliste avec ses collègues professeurs de discipline est recommandé. Mais quels espaces temporels sont disponibles ? Les enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI) ouverts par la réforme du collège de 2016 pouvaient constituer un espace favorable mais ils ont été ont été réduits à une peau de chagrin dès juin 2017 puisqu’ « ils n’ont plus de thématique ni de nombre imposé[7] ».

Par conséquent, l’éducation aux médias et à l’information comme toutes les multiples « éducations à » constituent autant de priorités qui restent à la porte des emplois du temps de la majorité des élèves et des enseignants focalisés sur les « fondamentaux ». Seul l’engagement pédagogique et éducatif responsable des directions d’établissement et des équipes de professeurs et CPE soucieux de faire partager aux élèves une culture de l’information et de l’esprit critique permet à certains élèves de bénéficier dans les faits de cette éducation.

On ne peut que constater une fois encore le décalage entre le curriculum prescrit (l’EMI est une priorité, tous les élèves doivent pouvoir en bénéficier) et le curriculum réel (seuls en bénéficient ceux qui, au hasard de leur parcours, rencontrent une équipe engagée dans un projet d’EMI). Le CLEMI prépare actuellement la Semaine de la presse et des médias dans l’École®, qui est, au mois de mars, dans les écoles et établissements qui y participent et dans eux seuls, l’occasion souvent unique d’une dose homéopathique d’EMI pour les seuls élèves concernés au cours des 36 semaines de l’année scolaire. Comme le notaient les experts au début de leur rapport de 2021 déjà cité (page 8) : « Bien que supposée concerner les enseignants de toutes les disciplines, cette composante du parcours citoyen souffre d’un manque d’appropriation par l’ensemble des acteurs de la chaîne éducative : corps d’inspection, personnels de direction, professeurs de tous les degrés et champs disciplinaires, équipes éducatives (…) La mobilisation des équipes dans cette éducation reste hétérogène, souvent dépendante de l’engagement individuel de professeurs ou de CPE plus que le fruit d’un travail collectif l’inscrivant dans un parcours d’éducation ». Nous vivons encore sous le régime de l’Ecole des cours. Comme l’observaient encore les experts dans leur rapport de 2021 (page 17), « l’absence d’un curriculum dédié à l’ÉMI ou encore d’une évaluation explicite et systématique des compétences participe de façon évidente de ce manque de visibilité et de cohérence des formations mises en œuvre ».

 L’Ecole des parcours reste bien à construire, quoi qu’on en dise et en écrive dans les prescriptions officielles. L’EMI ne sortira donc de l’impasse actuelle qui reste la sienne, et qu’elle partage avec toutes les autres « éducations à », que si on se donne la peine de réexaminer notamment l’organisation disciplinaire et interdisciplinaire des enseignements, les emplois du temps des professeurs et des élèves, les modalités d’évaluation et de certification des élèves, la formation des enseignants et personnels d’éducation. Vaste chantier dont on ne saurait faire l’économie si on veut enfin avancer. Chantier auquel invite le Collectif d’interpellation du curriculum (CICUR)[8]. L’EMI et les discours qu’on tient sur elle sont bien révélateurs de l’impasse des impensés éducatifs français : tant qu’on ne posera pas la question de ce qui doit être enseigné à tous les élèves, sans s’enfermer dès le départ dans le carcan de disciplines déjà installées avec leurs heures d’enseignement et leurs programmes,  on continuera, comme le fait le ministère en appelant à la « généralisation »  de l’EMI, à poser des cautères  sur la jambe de bois éducative de notre Ecole.

_________________________________________________________________

[1] Une nouvelle dynamique pour l'éducation aux médias et à l'information, Généralisation de l’éducation aux médias et à l’information, circulaire parue au B0 du 27 janvier 2022https://www.education.gouv.fr/bo/22/Hebdo4/MENE2202370C.htm

[2] https://www.education.gouv.fr/renforcement-de-l-education-aux-medias-l-information-et-la-citoyennete-numerique-327020

[3] https://www.education.gouv.fr/les-etats-generaux-du-numerique-pour-l-education-304117

[4] https://www.clemi.fr/fileadmin/user_upload/Formation/t-l-chargez-le-rapport-renforcer-l-ducation-aux-m-dias-et-l-information-et-la-citoyennet-num-rique--90745.pdf

[5] https://www.education.gouv.fr/4-priorites-pour-renforcer-la-maitrise-des-fondamentaux-9056

[6] https://www.clemi.fr/

[7] https://www.education.gouv.fr/les-enseignements-pratiques-interdisciplinaires-epi-8273

[8] https://curriculum.hypotheses.org/

On y lira notamment, à propos de l’EMI,  le jalon « Numérique éducatif et curriculum » https://curriculum.hypotheses.org/222

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Borne et l'écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard
Journal
Zemmour et Pétain : une relaxe qui interroge, des motivations qui choquent
La relaxe d’Éric Zemmour pour ses propos sur un prétendu « sauvetage » des juifs français par Pétain a suscité de vives réactions. Les historiens que nous avons interrogés ne sont pas tant choqués par la relaxe - la loi Gayssot ne peut couvrir l'ensemble des allégations mensongères sur la seconde guerre mondiale - que par les motivations de l’arrêt. Explications.
par Lucie Delaporte et Fabien Escalona
Journal — Entreprises
Un scandale financier luxembourgeois menace Orpea
Mediapart et Investigate Europe révèlent l’existence d’une structure parallèle à Orpea, basée au Luxembourg, qui a accumulé 92 millions d’actifs et mené des opérations financières douteuses. Le géant français des Ehpad a porté plainte pour « abus de biens sociaux ».
par Yann Philippin, Leïla Miñano, Maxence Peigné et Lorenzo Buzzoni (Investigate Europe)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Une fille toute nue
[Rediffusion] Une fois de plus la « culture » serait en danger. Combien de fois dans ma vie j’aurais entendu cette litanie… Et ma foi, entre ceux qui la voient essentielle et ceux qui ne pas, il y a au moins une évidence : ils semblent parler de la même chose… des salles fermées. Les salles où la culture se ferait bien voir...
par Phuse
Billet de blog
images écrans / images fenêtres
Je ne sais pas par où prendre mon film.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Quand le Festival de Cannes essaie de taper fort
La Russie vient de larguer 12 missiles sur ma ville natale de Krementchouk, dans la région de Poltava en Ukraine. Chez moi, à Paris, je me prépare à aller à mon 10e Festival de Cannes. Je me pose beaucoup de questions en ce mois de mai. Je me dis que le plus grand festival du monde tape fort mais complètement à côté.
par La nouvelle voix
Billet de blog
Le générique ne prédit pas la fin
Que se passe-t-il lorsque le film prend fin, que les lumières de la salle de cinéma se rallument et qu’après la séance, les spectatrices et spectateurs rentrent chez eux ? Le film est-il vraiment terminé ? Le cinéma vous appartient. Le générique ne prédit pas la fin. Il annonce le début d’une discussion citoyenne nécessaire. Prenez la parole, puisqu’elle est à vous.
par MELANIE SIMON-FRANZA