Jean-Pierre Veran
formateur, expert associé France Education International (CIEP), membre professionnel laboratoire BONHEURS, CY Cergy Paris Université
Abonné·e de Mediapart

671 Billets

1 Éditions

Billet de blog 28 nov. 2021

Jean-Pierre Veran
formateur, expert associé France Education International (CIEP), membre professionnel laboratoire BONHEURS, CY Cergy Paris Université
Abonné·e de Mediapart

Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux

Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?

Jean-Pierre Veran
formateur, expert associé France Education International (CIEP), membre professionnel laboratoire BONHEURS, CY Cergy Paris Université
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La note d’information 21-38[1] de la Direction de l’évaluation de la performance et de la prospective (DEPP), publiée en ce mois de novembre, confirme une tendance lourde le la répartition de la dépense intérieure d’éducation.

En effet, malgré tout ce qui est dit et répété sur la priorité donné à l’enseignement élémentaire,  un élève du premier degré représente une dépense moyenne de 6980 € (7080 en préélémentaire et 6920 en élémentaire), alors que les classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE), jamais présentées dans les discours comme une priorité ministérielle ou gouvernementale, affichent une dépense moyenne par élève de 15730 €.
Comme la dépense moyenne pour un.e collégien.ne est de 8730 €, cela veut dire, arithmétiquement parlant, que, pour un élève de CPGE, notre pays dépense 20 € de plus par an que pour une écolière et un collégien réunis.

Même si les auteurs de la note d’information passent cela sous silence, ces données parlent d’elles-mêmes. Grosso modo, écoliers et collégiens sont recrutés dans toutes les couches sociales de la population. Il n’en va pas de même des élèves de CPGE. En 2016, une étude du CNESCO[2] indiquait : « L’analyse de la population montre une surreprésentation des milieux supérieur et enseignant. Tandis que les premiers représentent 14 % des élèves de 6e, ils sont près de 45 % en CPGE sept ans plus tard. Les seconds sont 5 % en 6e et plus de 15 % en CPGE. Les élèves des milieux intermédiaires et populaires se trouvent quant à eux sous-représentés, les premiers passant de 36 % en 6e à 28 % en CPGE, les seconds respectivement de 45 % à 15 %. Cette distinction sociale se renforce dans les classes étoilées, qui préparent aux plus grandes écoles et par conséquent aux carrières les plus prestigieuses. C’est surtout le cas des effectifs du milieu supérieur qui gagnent entre sept et seize points par rapport aux classes non étoilées ».

Les dernières données publiées en 2021 confirment donc que « l’égalité des chances » proclamée dans les discours officiels demeure une illusion démentie régulièrement par les faits ; que l’Etat, qui représente près de 59% de la dépense intérieure d’éducation, les collectivités territoriales qui en représentent plus de 22%, sont pour le moins complices de cet état de fait particulièrement injuste.

Mais qui parlera, dans le débat éducatif, de la dépense comparée entre écolier.e.s et collégien.ne.s d’une part, élèves de classes prépas d’autre part ? Il y a malheureusement fort à parier que la réponse soit une fois encore : personne.

_____________________________________________________________________________________

[1] https://www.education.gouv.fr/161-milliards-d-euros-consacres-l-education-en-2020-70-du-pib-325936

[2] https://www.cnesco.fr/wp-content/uploads/2016/09/dutercq_solo1.pdf

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Éducation
Revalorisation salariale : les enseignants se méfient
Plusieurs enseignants, très circonspects sur la réalité de la revalorisation salariale promise par Emmanuel Macron, seront en grève le 29 septembre 2022, dans le cadre d’une journée interprofessionnelle à l’appel de diverses organisations syndicales. La concertation annoncée pour le mois d’octobre par le ministre Pap Ndiaye sur le sujet s’annonce elle aussi houleuse.
par Mathilde Goanec
Journal — Terrorisme
Soudain, en plein cœur d’un service de renseignement, un cri long et rauque
Il y a trois ans survenait la première attaque commise par un membre de la police contre des collègues. Le seul et unique attentat à avoir frappé un service de renseignement. Mediapart a reconstitué cette tuerie à partir des dépositions d’une cinquantaine d’agents.
par Matthieu Suc
Journal
En Russie, sœurs, mères, épouses protestent contre l’envoi des hommes au front
Dans les manifestations contre la mobilisation militaire décrétée par Vladimir Poutine, les femmes sont largement majoritaires. La contestation monte dans les régions peuplées de minorités ethniques.
par Estelle Levresse
Journal
« Il faut aider les Russes qui fuient, qui s’opposent »
Alors que Vladimir Poutine a lancé la Russie dans une fuite en avant en annonçant la mobilisation partielle des réservistes, et des référendums dans les régions ukrainiennes occupées, quelle réaction de la société civile, en Russie ou en exil ? La chercheuse Anna Colin Lebedev et trois exilées qui ont quitté le pays depuis l’invasion de l’Ukraine sont sur notre plateau.
par À l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Trop c’est trop
À tous ceux qui s’étonnent de la montée de l’extrême droite en Europe, il faudrait peut-être rappeler qu’elle ne descend pas du ciel.
par Michel Koutouzis
Billet de blog
Interroger le résultat des législatives italiennes à travers le regard d'auteur·rices
À quelques jours du centenaire de l'arrivée au pouvoir de Mussolini, Giorgia Meloni arrive aux portes de la présidence du Conseil italien. Parfois l'Histoire à de drôles de manières de se rappeler à nous... Nous vous proposons une plongée dans la société italienne et son rapport conflictuel au fascisme en trois films, dont Grano Amaro, un film soutenu par Tënk et Médiapart.
par Tënk
Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias
Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige