Jean-Pierre Veran
formateur, expert associé France Education International (CIEP), membre professionnel laboratoire BONHEURS, CY Cergy Paris Université
Abonné·e de Mediapart

672 Billets

1 Éditions

Billet de blog 30 avr. 2022

Jean-Pierre Veran
formateur, expert associé France Education International (CIEP), membre professionnel laboratoire BONHEURS, CY Cergy Paris Université
Abonné·e de Mediapart

Le service public d’éducation, enjeu des législatives

Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.

Jean-Pierre Veran
formateur, expert associé France Education International (CIEP), membre professionnel laboratoire BONHEURS, CY Cergy Paris Université
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Chacun connaît les faiblesses actuelles du service public d’éducation français. Si les principes d’un service public sont l’égalité d’accès, l’équité, la continuité et l’adaptabilité, il faut bien reconnaître que, sur chacun de ces principes, notre service public d’éducation est défaillant. Il est en effet parmi les plus inégalitaires, la réussite scolaire étant étroitement corrélée à l’origine sociale des élèves. Quant à  l'équité, il suffit de comparer les dépenses consenties pour l’accompagnement éducatif des élèves de classes préparatoires aux grandes écoles (les colles) et celles destinées à celui des collégiens d’éducation prioritaire pour mesurer sa profonde iniquité. Sa continuité est fortement remise en cause par l’insuffisance du recrutement des professionnels, enseignants, d'éducation, social et de santé, conduisant à des postes vacants sur lesquels on n’a pas les moyens financiers d’embaucher des contractuels en nombre suffisant. Non seulement, on prive les élèves d'heures d'enseignement, mais aussi d'activités éducatives, d'accompagnement social et de santé à valeur ajoutée formatrice. Quant à son adaptabilité, il suffit de voir comment les savoirs scolaires sont figés dans le moule de programmes disciplinaires qui ne laissent pas de place à des demandes éducatives très fortes concernant, par exemple, l’éducation à la santé, à la citoyenneté et à l’environnement ou l’éducation aux médias et à l’information.

Face à ces insuffisances, les tenants d’une vision libérale de la société plaident pour donner plus d’ « agilité » au service public. Il serait tellement plus efficace si les directeurs d’école et d’établissements choisissaient leurs personnels et leur faisaient signer des contrats à durée déterminée, évalués en fonction de l’atteinte d’objectifs de performance. On sait que le Président nouvellement réélu est si convaincu de la justesse de cette ligne qu’il a proposé, en septembre 2021, d’expérimenter à Marseille dès la prochaine rentrée des écoles « laboratoires de liberté et de moyens », avec des directeurs choisissant l’équipe pédagogique.

On a pu voir dans d’autres pays les résultats d’une telle libéralisation. Un dossier de la Revue internationale d’éducation de Sèvres publié dans son numéro de décembre 2019[1], regorge d’exemples. Ainsi, aux Etats-Unis, l’élaboration des politiques publiques a été privatisée et le système scolaire transformé en marché[2]. En conséquence, de nombreux établissements scolaires préfèrent investir dans des campagnes de marketing  au lieu de recruter des enseignants plus qualifiés ou d’investir dans un curriculum plus efficace. En Suède, à partir des années 90, décentralisation, déréglementation et marchandisation sont allées de pair, provoquant une évolution décourageante des résultats et un accroissement de la ségrégation entre établissements[3].

L’enjeu éducatif des élections législatives est donc clair. Veut-on par touches successives transformer le bien commun du service public éducatif en marché, ou au contraire donner à ce service public les moyens d’être vraiment égal, équitable, continu et adaptable aux besoins éducatifs nouveaux ?  Espérons que les candidat.e.s à ces élections seront nombreux à s’engager, comme le leur demande le CICUR[4]

  • "à organiser dans (leurs) circonscriptions des consultations démocratiques sur ce que l’ École doit enseigner aux élèves pour les préparer aux défis du 21siècle,
  • à déposer une proposition de loi permettant d’ouvrir le débat à l’Assemblée nationale sur les finalités de l’École et la politique des savoirs et promouvant la nécessité d’une grande consultation nationale sur les finalités de l’École et la politique des savoirs, finalités et politique indépendantes du calendrier électoral, inscrites dans la Constitution".

_______________________________________________________

[1] Revue internationale d’éducation de Sèvres, 82 | décembre 2019
Les privatisations de l'éducation https://journals.openedition.org/ries/8837

[2] Christopher Lubienski, T. Jameson Brewer, Jin Ah Kim, « Privatisation et logique marchande dans l’éducation aux Etats-Unis », in Revue internationale d’éducation de Sèvres, n° 82, décembre 2019 https://journals.openedition.org/ries/9110

[3] Lisbeth Lundhal, « L’éducation en Suède, un secteur d’activité rentable », in Revue internationale d’éducation de Sèvres, n° 82, décembre 2019 https://journals.openedition.org/ries/9142

[4] https://curriculum.hypotheses.org/1396

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Sobriété : le gouvernement a un plan, mais qui pour l’appliquer ?
L’exécutif annonce de nombreuses mesures pour réduire la consommation d’énergie de 10 % d’ici à 2024. Mais presque tout est basé sur le volontariat et les moyens de mise en œuvre restent flous. 
par Jade Lindgaard
Journal
Altice obtient une censure d’articles à venir au nom du secret des affaires
Le groupe de Patrick Drahi demandait en référé, au nom du secret des affaires, la censure de trois articles publiés par le site Reflets et exploitant des documents interne mis en ligne par des hackers. Le tribunal de commerce a rejeté cette demande mais ordonne au journal de ne plus écrire sur le sujet.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Migrations
En France, « rien n’a été prévu » pour accueillir les exilés russes
Depuis le début de la guerre d’invasion russe en Ukraine, des centaines de Russes sont venus chercher refuge en France. Confrontés à un manque criant de politique d’accueil et à des obstacles en tout genre, ils ont surtout trouvé de l’aide auprès de réseaux d’entraide.
par Nejma Brahim
Journal
Procès France Télécom : une condamnation pour l’exemple ?
Le 30 septembre, les anciens dirigeants de France Télécom ont vu leur condamnation pour « harcèlement moral institutionnel » confirmée en appel. Leur politique de départs forcés, menée à partir de 2007, avait débouché sur une vague de suicides. Mais les responsables échappent à la prison ferme. Quelle portée pour ce jugement ?
par À l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet de blog
Transition écologique ou rupture sociétale ?
La crise actuelle peut-elle se résoudre avec une transition vers un mode de fonctionnement meilleur ou par une rupture ? La première option tend à parier sur la technologie salvatrice quand la seconde met la politique et ses contraintes au premier plan.
par Gilles Rotillon
Billet de blog
Quand les riches se mettent à partager
Quand Christophe Galtier et Kylian Mbappé ont osé faire leur sortie médiatique sur les jets privés et les chars à voile, un torrent de réactions outragées s'est abattu sur eux. Si les deux sportifs clament l'erreur communicationnelle, il se pourrait en fait que cette polémique cache en elle la volonté des dominants de partager des dettes qu'ils ont eux-mêmes contractées.
par massimo del potro
Billet de blog
Doudoune, col roulé et sèche-linge : la sobriété pour les Nuls
Quand les leaders de Macronie expliquent aux Français comment ils s'appliquent à eux-mêmes les injonctions de sobriété énergétique, on se prend à hésiter entre rire et saine colère.
par ugictcgt