Jean-Pierre Veran
formateur, expert associé France Education International (CIEP), membre professionnel laboratoire BONHEURS, CY Cergy Paris Université
Abonné·e de Mediapart

659 Billets

1 Éditions

Billet de blog 30 avr. 2022

Le service public d’éducation, enjeu des législatives

Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.

Jean-Pierre Veran
formateur, expert associé France Education International (CIEP), membre professionnel laboratoire BONHEURS, CY Cergy Paris Université
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Chacun connaît les faiblesses actuelles du service public d’éducation français. Si les principes d’un service public sont l’égalité d’accès, l’équité, la continuité et l’adaptabilité, il faut bien reconnaître que, sur chacun de ces principes, notre service public d’éducation est défaillant. Il est en effet parmi les plus inégalitaires, la réussite scolaire étant étroitement corrélée à l’origine sociale des élèves. Quant à  l'équité, il suffit de comparer les dépenses consenties pour l’accompagnement éducatif des élèves de classes préparatoires aux grandes écoles (les colles) et celles destinées à celui des collégiens d’éducation prioritaire pour mesurer sa profonde iniquité. Sa continuité est fortement remise en cause par l’insuffisance du recrutement des professionnels, enseignants, d'éducation, social et de santé, conduisant à des postes vacants sur lesquels on n’a pas les moyens financiers d’embaucher des contractuels en nombre suffisant. Non seulement, on prive les élèves d'heures d'enseignement, mais aussi d'activités éducatives, d'accompagnement social et de santé à valeur ajoutée formatrice. Quant à son adaptabilité, il suffit de voir comment les savoirs scolaires sont figés dans le moule de programmes disciplinaires qui ne laissent pas de place à des demandes éducatives très fortes concernant, par exemple, l’éducation à la santé, à la citoyenneté et à l’environnement ou l’éducation aux médias et à l’information.

Face à ces insuffisances, les tenants d’une vision libérale de la société plaident pour donner plus d’ « agilité » au service public. Il serait tellement plus efficace si les directeurs d’école et d’établissements choisissaient leurs personnels et leur faisaient signer des contrats à durée déterminée, évalués en fonction de l’atteinte d’objectifs de performance. On sait que le Président nouvellement réélu est si convaincu de la justesse de cette ligne qu’il a proposé, en septembre 2021, d’expérimenter à Marseille dès la prochaine rentrée des écoles « laboratoires de liberté et de moyens », avec des directeurs choisissant l’équipe pédagogique.

On a pu voir dans d’autres pays les résultats d’une telle libéralisation. Un dossier de la Revue internationale d’éducation de Sèvres publié dans son numéro de décembre 2019[1], regorge d’exemples. Ainsi, aux Etats-Unis, l’élaboration des politiques publiques a été privatisée et le système scolaire transformé en marché[2]. En conséquence, de nombreux établissements scolaires préfèrent investir dans des campagnes de marketing  au lieu de recruter des enseignants plus qualifiés ou d’investir dans un curriculum plus efficace. En Suède, à partir des années 90, décentralisation, déréglementation et marchandisation sont allées de pair, provoquant une évolution décourageante des résultats et un accroissement de la ségrégation entre établissements[3].

L’enjeu éducatif des élections législatives est donc clair. Veut-on par touches successives transformer le bien commun du service public éducatif en marché, ou au contraire donner à ce service public les moyens d’être vraiment égal, équitable, continu et adaptable aux besoins éducatifs nouveaux ?  Espérons que les candidat.e.s à ces élections seront nombreux à s’engager, comme le leur demande le CICUR[4]

  • "à organiser dans (leurs) circonscriptions des consultations démocratiques sur ce que l’ École doit enseigner aux élèves pour les préparer aux défis du 21siècle,
  • à déposer une proposition de loi permettant d’ouvrir le débat à l’Assemblée nationale sur les finalités de l’École et la politique des savoirs et promouvant la nécessité d’une grande consultation nationale sur les finalités de l’École et la politique des savoirs, finalités et politique indépendantes du calendrier électoral, inscrites dans la Constitution".

_______________________________________________________

[1] Revue internationale d’éducation de Sèvres, 82 | décembre 2019
Les privatisations de l'éducation https://journals.openedition.org/ries/8837

[2] Christopher Lubienski, T. Jameson Brewer, Jin Ah Kim, « Privatisation et logique marchande dans l’éducation aux Etats-Unis », in Revue internationale d’éducation de Sèvres, n° 82, décembre 2019 https://journals.openedition.org/ries/9110

[3] Lisbeth Lundhal, « L’éducation en Suède, un secteur d’activité rentable », in Revue internationale d’éducation de Sèvres, n° 82, décembre 2019 https://journals.openedition.org/ries/9142

[4] https://curriculum.hypotheses.org/1396

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Inflation : en France, grèves partout, augmentations nulle part
Depuis des semaines, des arrêts de travail éclatent dans toute la France, et dans tous les secteurs. Le mot d’ordre est toujours le même : « Tout augmente sauf nos salaires. » Après des négociations décevantes, les travailleurs se mobilisent pour obtenir des augmentations à la hauteur de l’inflation.
par Khedidja Zerouali
Journal — Économie
Le risque d’une crise systémique de l’économie
Avec l’irruption de l’inflation s’engage une nouvelle phase de la crise du capitalisme. Désormais, celle-ci semble totale et multidimensionnelle. En trouver l’issue sera de plus en plus complexe. 
par Romaric Godin
Journal — États-Unis
Attaque du Capitole : Donald Trump plombé par un témoignage dévastateur
Une membre du cabinet de l’ancien président états-unien a témoigné mardi devant la commission d’enquête sur les événements du 6 janvier 2021. Elle affirme que Donald Trump savait que ses partisans étaient armés et qu’il a voulu les rejoindre.
par François Bougon
Journal
La crise politique de 2019 secoue encore la Bolivie
L’ancienne présidente par intérim, Jeanine Áñez, a été condamnée à 10 ans de prison pour non-respect de la Constitution et manquement à ses devoirs, pour s’être installée à la présidence sans en avoir le droit, en 2019, après le départ d’Evo Morales. Une procédure judiciaire loin d’être finie. 
par Alice Campaignolle

La sélection du Club

Billet de blog
Innovation et Covid : demain, rebelote ?
La quiétude retrouvée dans nos pays n’est pas de bon augure. S’il y a résurgence du Covid, tout est en place pour revivre ce qui a été si cruellement vécu: l’injustice dans l’accès aux vaccins à l’échelon mondial et le formatage de la gestion de la pandémie au gré des priorités économiques des pays riches et intérêts financiers des firmes pharmaceutiques ... Par Els Torreele et Daniel de Beer
par Carta Academica
Billet de blog
Pour un service public de santé territorial 3/3
Publié sur le site ReSPUBLICA et écrit avec Julien Vernaudon, le premier volet de cet article donnait le contexte historique, le second une analyse de la situation actuelle des professionnels de santé de premier recours et de leur évolution. Ce troisième et dernier volet propose la création d'un vaste et nouveau service public se santé territorial.
par Frédérick Stambach
Billet de blog
« Very bad trips » à l’Organisation mondiale du commerce
20 mois et 6 jours de négociations à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) pour finalement acter, une nouvelle fois, que le commerce prime sur la santé. L’OMC et l’Union européenne (UE) se gargarisent aujourd’hui d’un accord sur la levée temporaire des brevets (TRIPS) sur les vaccins anti-COVID.
par Action Santé Mondiale
Billet d’édition
Covid-19, 7ème vague : l'État se rend encore « fautif »
Une septième vague de contaminations au COVID-19 frappe la France. Alors que le tribunal administratif de Paris a reconnu l'État « fautif » pour son impréparation lors de la première vague, le gouvernement ne semble pas tenir compte des remarques passées ni des alertes de la société civile.
par Mérôme Jardin