Médias Français : la guerre des Modernes contre les Anciens est déclarée !

David-Oath_of_the_Horatii-1784.jpg

 

L'OffshoreLeaks, c'est-à-dire, la divulgation de secrets bancaires émanant des paradis fiscaux mondiaux alimente, en arrière-plan, une guerre fratricide qui déchire nos médias français.

Piqués par la victoire éclatante des Modernes (Mediapart et les médias indépendants en ligne qui ont porté à bout de bras, envers et contre presque tous, les investigations contre Jérôme Cahuzac), les Anciens "journaux de papier" tentent une double contre-attaque, à la fois sur le front de l'Affaire Cahuzac et sur un autre champ de bataille, celui des fraudeurs adeptes des comptes interdits.

 

Une première manche a eu lieu ce matin : Libération (version "papier") publie, dans un dossier plus important sur les suite de l'Affaire Cahuzac, une information non vérifiée : Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères et numéro 2 du gouvernement Ayrault, détiendrait lui aussi un compte en Suisse. Petit rappel sémantique : une information non vérifiée est une rumeur. Libération a donc publié, noir sur blanc, une rumeur, ce qui est déjà l'aveu d'une grande fébrilité, la confirmation que chacun, à l'affût, est prêt à dégainer une information qui fleure bon le prochain scandale, le soufre et des ventes décuplées. Déjà, ce dimanche, le Journal du Dimanche a procédé à une séance de rétropédalage : le journal se justifiait et expliquait pourquoi il avait cru de bonne foi (et en Une !), ce qu'on lui disait qu'il était écrit (ouf !) dans les documents transmis par les Suisses au ministère de l'Economie, et qui prétendument innocentaient Jérôme Cahuzac... (l'article cité n'est pas disponible en ligne)

 

Ce matin donc, premier tir de barrage, première réplique des Modernes, par Rue89 qui met en ligne une courte vidéo dans laquelle Sylvain Bourmeau, directeur-adjoint de la rédaction de Libé se défend (mal) de la diffusion de cette rumeur sur Fabius. Suit une réaction sanglante d'Edwy Plenel qui critique sévèrement le quotidien. Second coup de semonce (à moins qu'il ait été tiré le premier), la réaction de Daniel Schneidermann, directeur d'Arrêt sur images et par ailleurs chroniqueur sur Rue89, qui endosse le rôle d'arbitre entre les deux médias, les renvoyant dos à dos.

 

Et pendant ce temps-là, Mediapart enquête sur Reyls et Cie, (a priori chasse gardée du Monde qui a une longueur d'avance), la banque Suisse qui détenait le compte de Cahuzac, et qui abriterait (ou aurait abrité avant une nouvelle disposa vers des cieux encore plus opaques et secrets) de nombreux autres bas de laine bien garnis de ressortissants français… Et Plenel d'en rajouter une couche, sur son blog, sur la déontologie journalistique.

 Face à eux, Kim Jong-un est un agitateur au petit pied !

Résumons : Le Monde, le quotidien français le plus prestigieux fait partie du consortium des 36 médias dans le monde qui ont l'exclusivité de publier des informations sulfureuses sur les paradis fiscaux gangrénant l'économie planétaire. Cette exclusivité est l'occasion rêvée, pour le journal du soir, de faire oublier qu'il n'a pas fait preuve d'une pugnacité féroce pour enquêter voire relayer les premières informations de Mediapart sur l'Affaire Cahuzac. Fleuron des journaux traditionnels, général en chef des Anciens, Le Monde redore son blason. Dans son camp des quotidiens français créés sous l'ère préhistorique de Gutenberg, Libération. Ce journal, qui n'a pas divulgué d'informations particulièrement pertinentes sur l'Affaire Cahuzac, essaie de refaire son retard en publiant ce matin ce qui est une rumeur… Le quotidien fondé par Jean-Paul Sartre rate ainsi son opération assez lamentablement... Sans parler du JDD, manipulé un temps par les défenseurs de Cahuzac, qui fait amende honorable hier.

 

En face, les Modernes, les pure players Arrêt sur images, Rue89, Mediapart (on attend la réaction de Slate). Ces "médias indépendants" retirent leurs honneurs d'un travail journalistique de déontologie pure et mitraillent la vieille garde à leur roue… Dans ce premier épisode, les Modernes ont marqué aujourd'hui un point précieux contre les Anciens. Ils viennent de gagner la première bataille.

 

Il n'y aura sans doute aucun mort dans cette Guerre picrocholine, et l'on s'en réjouit ! Au mieux, les citoyens français vont bénéficier de cette course à l'information. S'il est maîtrisé, si les fautes journalistiques qui consistent à faire circuler des rumeurs au lieu d'informations étayées et vérifiées, sont bannies de nos supports d'informations (voeu pieux ?), cet engagement à livrer une information "choc" mais salutaire profitera à la démocratie. Et ce sera la première étape vers une ère renouvelée où les médias retrouveront leur rôle de "IVe pouvoir", où les personnalités réfléchiront à deux fois avant de commettre quelque infraction symboliquement lourde, jusque-là pardonnée et impunie.

 

Attention : à côté des leaders des médias écrits français actuellement, Kim Jong-un le Guide suprême de la Corée du Nord, est un agitateur au petit pied !

 PS : ce billet est reproduit de mon blog. Visitez-le pour l'aimer, le commenter, le partager, vous y abonner !

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.