Jean Vinçot
Association Asperansa
Abonné·e de Mediapart

1498 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 juil. 2022

Jean Vinçot
Association Asperansa
Abonné·e de Mediapart

Des moyens de rendre la recherche sur l'autisme plus diversifiée et plus inclusive

Les participants aux recherches sur l'autisme n'en reflètent pas la diversité. Comment améliorer ce problème ? Ces dernières années, un nombre croissant d'études sur l'autisme ont été menées par ou en partenariat avec des personnes autistes. Comment développer cette partiicpation aux recherches ?

Jean Vinçot
Association Asperansa
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

spectrumnews.org Traduction de "Ways to make autism research more diverse and inclusive" par Lydia Hickman / 14 juin 2022

  • Experte : Lydia Hickman, étudiante diplômée de l'Université de Birmingham au Royaume-Uni.
Lydia Hickman Étudiante diplômée, Université de Birmingham au Royaume-Uni

En 2010, les psychologues Joseph Henrich, Steven Heine et Ara Norenzayan ont noté de façon fameuse que la plupart des participants aux études comportementales sont "bizarres" : Ils sont issus de sociétés occidentales, éduquées, industrialisées, riches et démocratiques. Plus d'une décennie plus tard, il s'agit toujours d'un énorme problème dans la recherche sur l'autisme - du moins si nous voulons que nos résultats s'appliquent à l'ensemble des personnes de la communauté de l'autisme.

Pour remédier au manque de diversité et d'inclusion dans la recherche sur l'autisme, mes collègues et moi-même avons formé en 2020 le réseau de recherche sur l'autisme U21, une collaboration entre sept groupes de recherche du monde entier. L'année dernière, nous avons organisé une table ronde internationale avec des personnes autistes et des chercheurs sur l'autisme, qui ont souligné les moyens d'améliorer la diversité et l'inclusion dans le domaine.

Cette réunion a permis de dégager plusieurs points importants. Parmi elles : les scientifiques doivent se concentrer sur l'importance d'échantillons d'étude représentatifs et de s'engager avec une diversité de membres de la communauté de l'autisme, qui peuvent avoir une gamme de traits et d'expériences. La réunion a également permis de dégager quelques conseils pratiques pour s'engager auprès des communautés sous-représentées dans la recherche et pour utiliser des "groupes de consultation sur l'autisme".

Pour les chercheurs qui souhaitent renforcer la diversité dans le domaine, un objectif essentiel devrait être d'améliorer la représentativité des participants. La communauté autiste comprend un large éventail de personnes en termes de démographie et de caractéristiques, et nos échantillons d'étude doivent refléter cette diversité. Si nous n'échantillonnons qu'une section spécifique de la communauté, nous ne saisissons pas l'image complète, ce qui peut nous amener à développer des théories et des croyances incorrectes sur l'autisme.

Prenons le sexe et le genre, par exemple : si nous recrutons principalement des hommes dans le cadre de nos recherches sur l'autisme, nous développerons une compréhension sélective de l'autisme, biaisée en faveur des hommes.

Au minimum, les investigateurs de l'étude devraient être ouverts et honnêtes quant à la véritable diversité au sein de leurs échantillons. En communiquant des informations telles que le sexe, l'origine ethnique et les capacités verbales, et en réfléchissant aux limites inhérentes à la diversité de leurs groupes de participants, les chercheurs permettent aux autres scientifiques de déduire plus facilement le caractère généralisable de leurs résultats.

Un groupe sous-représenté dans la recherche sur l'autisme est celui des personnes autistes qui parlent peu ou pas du tout. Ce groupe représente 25 à 35 % de la communauté autiste, mais peu d'études les incluent.

Il ne suffit pas d'inclure davantage de personnes non parlantes dans les études de recherche ; nous devons également prendre des mesures pour permettre à ces personnes de communiquer leurs réponses. Si l'on ne tient pas compte de ces obstacles et que l'on n'y remédie pas, les chercheurs risquent d'attribuer à tort un manque de réponse à des différences comportementales ou cognitives. Nous devons réfléchir soigneusement à la manière d'adapter les protocoles de recherche actuels afin de rendre les montages expérimentaux accessibles à tous et de permettre à un large éventail de personnes de participer.

Nous devons également reconnaître l'hétérogénéité considérable au sein de la communauté autiste. La recherche sur l'autisme ne progressera pas en essayant de créer un "prototype" d'autiste, un modèle qui ne peut que ne pas rendre compte des différences entre les personnes autistes. De telles étiquettes ne sont pas utiles pour une communauté dont les membres ont un large éventail de capacités et de défis.

De plus, il est important que les chercheurs n'essaient pas de tout expliquer dans une seule étude, mais reconnaissent au contraire que toutes les personnes autistes ne vivent pas le monde de la même manière. En effet, nous devons reconnaître le rôle que joue l'intersectionnalité dans la vie des personnes autistes.

Ces dernières années, un nombre croissant d'études sur l'autisme ont été menées par ou en partenariat avec des personnes autistes. Une approche de cette "recherche participative" implique le recours à des groupes consultatifs sur l'autisme, dans lesquels les membres de la communauté autiste fournissent un retour d'information sur l'ensemble du processus de recherche, des idées et méthodes initiales à l'interprétation des résultats.

Cette évolution a donné lieu à l'élaboration de conseils à l'intention des chercheurs en autisme, et il existe de nombreux exemples de réussites découlant de la participation de la communauté. Toutefois, des améliorations sont encore possibles : seuls 37 % des participants à la table ronde de l'année dernière ont déclaré avoir déjà entendu parler de groupes de conseil en recherche sur l'autisme.

En consultant la communauté autiste, les scientifiques peuvent s'assurer que leurs recherches s'alignent sur les priorités de la communauté et ont le potentiel d'avoir un impact dans le monde réel. Il est toutefois important de tenir compte de la diversité des personnes travaillant sur des activités de recherche participative et de consulter une variété de personnes. Dans le cas contraire, les priorités de recherche générées seront nettement moins susceptibles de refléter celles de l'ensemble de la communauté

De même, nous devons communiquer nos résultats à un large éventail de personnes, y compris celles de la communauté de l'autisme qui sont généralement sous-représentées dans les études. La recherche est souvent menée dans un silo séparé de la communauté qu'elle est censée servir. La distance est encore plus grande pour les groupes sous-représentés avec lesquels les chercheurs s'engagent rarement. La communication réussie des résultats de la recherche à l'ensemble de la communauté aura un impact plus important.

L'accroissement de la diversité au sein des groupes de participants et de consultants doit être un processus actif, dans lequel les scientifiques s'engagent auprès des parties sous-représentées de la communauté et développent une relation basée sur la confiance mutuelle. Les scientifiques doivent communiquer avec les groupes et les représentants de la communauté, organiser des événements et écouter activement leurs préoccupations.

Comme l'a dit l'un des participants à notre panel : "Les médias disent que les communautés ethniques sont difficiles à atteindre, mais elles ne sont difficiles à atteindre que si vous ne nous cherchez pas."

Cependant, il ne suffit pas de tendre la main à ces communautés. Les scientifiques doivent également tenir compte des obstacles à la participation et reconnaître que tout le monde n'a pas les mêmes possibilités de s'engager. Par exemple, certaines personnes ne sont pas en mesure de consacrer le temps nécessaire à la participation à un projet de recherche en raison d'obligations professionnelles ou de garde d'enfants. D'autres peuvent avoir des difficultés avec le format d'une activité, par exemple si elle exige des niveaux élevés de compétences linguistiques.

Les tentatives visant à éliminer ces obstacles amélioreront le taux de réussite des efforts de sensibilisation. Il est essentiel de couvrir les dépenses, telles que les frais de déplacement, qui peuvent découler de la participation à une étude ou à des activités de participation, par exemple. Et pour que le travail des participants soit reconnu à sa juste valeur, la rémunération de leur temps est également essentielle.

Enfin, un plus grand nombre de personnes peuvent participer si les chercheurs font preuve de souplesse quant aux moyens de contribuer à une activité. Par exemple, il peut être utile de donner aux gens des options sur la façon de communiquer leurs opinions, par le biais de discussions de groupe, d'entretiens individuels, de commentaires écrits ou de l'utilisation de dessins ou de symboles. Il faut une communication ouverte entre les chercheurs et la communauté pour identifier les obstacles à la participation et les solutions possibles.

En tant que chercheurs, nous devons travailler en partenariat avec la communauté de l'autisme et veiller à ce que nos échantillons d'étude reflètent la diversité de la communauté et ses priorités. Cela peut nous aider à faire avancer la recherche pour qu'elle soit plus pertinente et bénéfique pour les personnes autistes.

Lydia Hickman est étudiante diplômée dans le laboratoire de Jennifer Cook à l'université de Birmingham au Royaume-Uni, et cofondatrice du réseau de recherche sur l'autisme U21.

Citer cet article : https://doi.org/10.53053/XVPX6569

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Retraites, chômage, énergie : Macron attaque sur tous les fronts
Le président de la République souhaite mener à bien plusieurs chantiers d’ici à la fin de l’année : retraites, chômage, énergies renouvelables, loi sur la sécurité, débat sur l’immigration… Une stratégie risquée, qui divise ses soutiens.
par Ilyes Ramdani
Journal
La Cnil saisie d’un recours collectif contre la « technopolice »
La Quadrature du Net a recueilli les mandats de 15 248 personnes pour déposer trois plaintes contre les principaux outils de surveillance policière déployés un peu partout en France. Elle demande notamment le démantèlement de la vidéosurveillance et l’interdiction de la reconnaissance faciale. 
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Santé
Soins non conventionnels : « Les patients ont une spiritualité, une part d’irrationnel »
Parmi les soins non conventionnels, au très large public, il y a de tout : certains ont trouvé une place auprès de la médecine traditionnelle, d’autres relèvent de la dérive sectaire. Le chercheur Bruno Falissard, qui a évalué certaines de ces pratiques, donne quelques clés pour s’y retrouver. 
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
« L’esprit critique » cinéma : luxe, érotisme et maternité
Notre podcast culturel débat des films « Sans filtre » de Ruben Östlund, « Les Enfants des autres » de Rebecca Zlotowski et « Feu follet » de João Pedro Rodrigues.
par Joseph Confavreux

La sélection du Club

Billet de blog
L’éolien en mer menacerait la biodiversité ?
La revue Reporterre (par ailleurs fort recommandable) publiait en novembre 2021 un article auquel j’emprunte ici le titre, mais transposé sous forme interrogative … car quelques unes de ses affirmations font problème.
par jeanpaulcoste
Billet de blog
Le gigantisme des installations éoliennes offshore en Loire Atlantique et en Morbihan
Un petit tour sur les chemins côtiers en Loire Atlantique et en Morbihan pour décrire et témoigner du gigantisme de ces installations offshores, de la réalité de l'impact visuel, et de quelques réactions locales.
par sylvainpaulB
Billet de blog
Saint-Jean-Lachalm, un village qui a réussi ses éoliennes, sans s'étriper
Saint-Jean-Lachalm, un village de la Haute-Loire qui a trouvé le moyen de ne pas s’étriper lorsque l’idée d’un champ d’éoliennes a soufflé dans la tête de son maire, Paul Braud. En faisant parler un droit coutumier ce qui, de fil en aiguille, a conduit… au chanvre.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Les sulfureuses éoliennes de la baie de Saint-Brieuc en débat
[Rediffusion] A l’initiative d’Ensemble ! deux débats ont été organisés les 24 et 25 septembre autour du projet de parc éolien dans la baie de Saint-Brieuc. En voici le compte rendu vidéo, avec mon intervention, présentant mes enquêtes sur Mediapart, et les prises de parole de Katherine Poujol (responsable de l’association « Gardez les caps !) ou encore de Lamya Essemlali (présidente de Sea Shepherd France).
par Laurent Mauduit