Jean Vinçot
Association Asperansa
Abonné·e de Mediapart

1554 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 sept. 2022

Jean Vinçot
Association Asperansa
Abonné·e de Mediapart

Génétique maternelle et études sur le lien entre l'autisme et les facteurs prénataux

Une influence supplémentaire : Les facteurs génétiques liés à l'autisme peuvent également être liés à des facteurs prénataux liés à cette condition.

Jean Vinçot
Association Asperansa
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

spectrumnews.org Traduction de "Maternal genetics may confound studies of autism’s link to prenatal factors"

La génétique maternelle peut brouiller les études sur le lien entre l'autisme et les facteurs prénataux


par Charles Q. Choi / 2 août 2022

Femme enceinete (Bronze) © Achiam

Les femmes qui présentent des facteurs génétiques contribuant à l'autisme et à d'autres troubles du développement neurologique peuvent être plus susceptibles de connaître des conditions ou d'adopter des comportements pendant la grossesse qui sont eux-mêmes corrélés à l'autisme chez les enfants, selon une nouvelle étude.

Ces résultats compliquent les recherches qui tentent de trouver des relations entre l'autisme d'un enfant et ses expositions prénatales. Les gènes qui contribuent à la fois à l'autisme et à ces expositions peuvent expliquer ces relations.

"Il est important que la recherche tienne compte de la génétique partagée afin d'éviter des conclusions potentiellement trompeuses et des sentiments inutiles de culpabilité chez les parents", explique la chercheuse principale, Alexandra Havdahl, professeure associée de psychologie à l'université d'Oslo en Norvège.

Diverses perturbations pendant la grossesse, comme la prise de médicaments ou des maladies, peuvent prédisposer les enfants à l'autisme et à d'autres conditions, comme le trouble du déficit de l'attention/hyperactivité (TDAH) et la schizophrénie. L'importance de ces influences prénatales reste toutefois incertaine, car les gènes que les parents transmettent à leurs enfants peuvent également jouer un rôle dans le développement de ces pathologies.

Mais le fait de démêler la relation complexe entre les facteurs liés à la grossesse et les troubles du développement neurologique "peut permettre d'identifier de nouvelles cibles d'intervention ou des cibles moins prioritaires", déclare Havdahl.

Par exemple, des travaux antérieurs ont montré qu'une génétique partagée explique probablement pourquoi les femmes qui fument pendant la grossesse ont plus de chances d'avoir un enfant atteint de TDAH. De même, le lien apparent entre l'autisme d'un enfant et l'exposition à des antidépresseurs pendant la grossesse pourrait en fait ne refléter rien d'autre que la prédisposition génétique de sa mère à la dépression.

Pour démêler les expositions prénatales de la génétique parentale, Havdahl et ses collègues ont examiné les données de 14 539 femmes et 14 897 hommes inscrits à l'étude de cohorte norvégienne sur les mères, les pères et les enfants. Ils ont analysé les scores polygéniques des parents, c'est-à-dire la somme des variantes génétiques liées à des traits particuliers, pour l'autisme, le TDAH et la schizophrénie. Ils ont également étudié 37 facteurs maternels ou paternels potentiellement liés aux troubles du développement neurologique, notamment l'utilisation de vitamines ou de médicaments prénataux et des problèmes de santé tels que la dépression, le diabète et la prééclampsie.

Les chercheurs ont constaté que les scores polygéniques des femmes pour l'autisme, le TDAH et la schizophrénie étaient associés aux déclarations de dépression et d'anxiété pendant la grossesse, ainsi qu'à la dépression à d'autres moments de la vie. Les scores polygéniques des femmes pour l'autisme étaient faiblement liés aux déclarations de migraine et d'infections des voies urinaires. Ces résultats ont été publiés le 6 juillet dans JAMA Psychiatry.

"Le fait qu'ils aient détecté ces effets dans une étude de si petite envergure donne à réfléchir", déclare Jakob Grove, professeur associé de biomédecine à l'université d'Aarhus au Danemark, qui n'a pas participé à cette étude. "Nous devons effectuer un suivi avec un échantillon plus important".

Par rapport aux scores polygéniques de l'autisme, les scores élevés du TDAH étaient significativement associés à davantage de facteurs de risque liés à la grossesse, tels qu'un âge plus jeune à l'accouchement, une probabilité plus élevée de fumer pendant la grossesse, un indice de masse corporelle (IMC) plus élevé avant la grossesse, une prise de poids plus importante pendant la grossesse, une probabilité plus faible de prendre des suppléments (y compris des folates) pendant la grossesse, de l'asthme et des symptômes de dépression ou d'anxiété, avec quelques preuves faibles d'une association avec une probabilité plus élevée de souffrir de migraine et de douleurs pendant la grossesse.

Les scores polygéniques élevés de schizophrénie chez les femmes ont également été associés à de nombreux facteurs de risque liés à la grossesse, tels qu'une probabilité plus élevée de consommation de café et de tabagisme pendant la grossesse, un IMC plus faible avant la grossesse, une prise de poids plus importante pendant la grossesse, et une probabilité plus élevée de symptômes de dépression ou d'anxiété pendant la grossesse et de prise de médicaments contre la dépression ou l'anxiété.

Bien que les scientifiques aient trouvé peu de preuves d'autres associations entre les scores polygéniques des parents en matière d'autisme et les facteurs liés à la grossesse, de tels liens peuvent exister, selon Havdahl.

"Notre étude avait moins de pouvoir pour détecter des associations entre les scores polygéniques de l'autisme et les facteurs liés à la grossesse que pour les scores polygéniques du TDAH et de la schizophrénie", dit-elle, en raison de la faible héritabilité des variations génétiques communes liées à l'autisme. "Avec des études génétiques de plus grande envergure, cela sera mieux compris".

À l'avenir, l'équipe prévoit d'analyser plus en profondeur l'étude de cohorte norvégienne sur les mères, les pères et les enfants pour essayer de comprendre comment les gènes et/ou les facteurs liés à la grossesse influencent des traits spécifiques, tels que le langage expressif, la communication sociale, les comportements répétitifs, l'attention et l'hyperactivité, précise Havdahl. "En outre, nous prévoyons des études visant à comprendre les facteurs sociaux ou environnementaux qui contribuent aux expositions défavorables pendant la grossesse chez les femmes atteintes de troubles du développement neurologique, afin d'éclairer la recherche sur les soutiens."

D'autres réponses peuvent également émerger lorsque ces enfants grandissent, explique Heather Volk, professeure associée de santé mentale à l'Université Johns Hopkins de Baltimore, dans le Maryland, qui n'a pas participé à ces travaux. Cet ensemble de données pourrait révéler "comment le risque génétique de ces troubles pendant la grossesse pourrait influencer le risque de troubles du développement neurologique chez la progéniture".

Avec un reportage de Laura Dattaro.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Europe
Ukraine : le soupçon de la collaboration plane sur les villages libérés
Dans la région de Kherson, certains villages ont vécu pendant des mois à huis clos, sous occupation russe. Des voisins ont été tués ou sont portés disparus. La difficulté à mener des enquêtes rapides dans un pays mis sens dessus dessous par la guerre permet à la rumeur de prospérer.
par Mathilde Goanec
Journal
À Bruxelles, la France protège la finance contre le devoir de vigilance
Dans une note confidentielle, la France supprime toute référence au secteur financier dans la définition de la « chaîne d’activités » couverte par le devoir de vigilance dans la directive européenne en préparation. Bercy dément vouloir exonérer les banques. Les États se réunissent jeudi 1er décembre à ce sujet. 
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Canicule : transformer nos modes d’élevage pour un plus grand respect des animaux
L’association Welfarm a mené cet été la campagne « Chaud Dedans ! » pour alerter sur les risques que font peser les vagues de chaleur sur la santé et le bien-être des animaux d’élevage. Après des enquêtes sur le terrain, des échanges avec les professionnels de l’élevage, des discussions avec le gouvernement, des députés et des eurodéputés, Welfarm tire le bilan de cet été caniculaire.
par Welfarm
Billet de blog
Noémie Calais, éleveuse : ne pas trahir l’animal
Noémie Calais et Clément Osé publient « Plutôt nourrir » qui aborde sans tabou et avec clarté tous les aspects de l’élevage paysan, y compris la bientraitance et la mort de l’animal. Entretien exclusif avec Noémie.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
L’animal est-il un humain comme les autres ?
Je voudrais ici mettre en lumière un paradoxe inaperçu, et pour commencer le plus simple est de partir de cette célèbre citation de Deleuze tirée de son abécédaire : « J’aime pas tellement les chasseurs, mais il y a quelque chose que j’aime bien chez les chasseurs : ils ont un rapport animal avec l’animal. Le pire étant d’avoir un rapport humain avec l’animal ».
par Jean Galaad Poupon
Billet de blog
Abattage des animaux à la ferme. Nous demandons un réel soutien de l’Etat
Solidarité avec Quand l’Abattoir Vient A la Ferme : Depuis 2019, la loi autorise les éleveurs, à titre expérimental, à abattre leurs animaux à la ferme. Ils n’ont toutefois bénéficié d’aucuns moyens dédiés et doivent tout à la fois assurer les études technique, financière, économique, sanitaire. Respecter les animaux de ferme est une exigence collective. Nous demandons un réel soutien de l’État.
par Gaignard Lise