Jean Vinçot
Association Asperansa
Abonné·e de Mediapart

1554 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 août 2022

Jean Vinçot
Association Asperansa
Abonné·e de Mediapart

L'autisme lié aux maladies inflammatoires de l'intestin chez les parents

Les maladies inflammatoires de l'intestin chez les mères seraient associées à l'autisme, et pourraient être le résultat d'une expositon in utero à l'inflammation maternelle ou à une mauvaise absorption des aliments;

Jean Vinçot
Association Asperansa
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

spectrumnews.org Traduction de "Autism linked to inflammatory bowel disease in parents" par Emily Harris / 28 juin 2022

Fuel © Luna TMG https://www.instagram.com/lunatmg/

Selon une nouvelle étude, les maladies inflammatoires de l'intestin (MII) chez les parents, en particulier les mères, sont associées à l'autisme chez les enfants. Les caractéristiques de l'autisme chez l'enfant sont liées à un risque génétique élevé de MII chez la mère, mais pas chez l'enfant lui-même, ce qui suggère que ces caractéristiques pourraient être le résultat d'une exposition in utero à l'inflammation maternelle ou à une mauvaise absorption des nutriments par la mère, expliquent les chercheurs.

L'équipe a utilisé une approche à quatre volets pour comprendre ce lien. Chaque méthode - des simples associations épidémiologiques aux scores de risque polygénique - a sa propre signature de forces et de faiblesses, explique Renee Gardner, chercheuse à l'Institut Karolinska de Stockholm, en Suède. "Si vous pouvez combiner différentes approches, vous pouvez obtenir des preuves beaucoup plus solides".

Les MII sont causées par un dérèglement du système immunitaire et comprennent la colite ulcéreuse et la maladie de Crohn. Les personnes atteintes de MII présentent une inflammation intestinale qui provoque des symptômes tels que la diarrhée, la fatigue et des douleurs d'estomac.

Des études antérieures ont montré que les enfants autistes présentent un risque plus élevé de MII que leurs camarades non autistes. Ils sont 47 % plus susceptibles d'avoir la maladie de Crohn et 94 % plus susceptibles d'avoir une colite ulcéreuse, selon une étude de 2018. La question de savoir si leur autisme a un lien avec les MII de leurs parents était cependant moins claire.

L'inflammation maternelle a été liée à l'autisme et à d'autres résultats neurodéveloppementaux chez les enfants, cependant. Les nouveaux résultats démontrant un lien entre l'autisme chez les enfants et les MII chez leurs parents, en particulier les mères, n'ont donc guère surpris Judy Van de Water, professeure de médecine à l'Université de Californie, à Davis, qui étudie le lien entre l'autisme et les réponses immunitaires maternelles mais n'a pas participé aux nouveaux travaux. "Tout indique qu'il s'agit d'un dérèglement immunitaire maternel", déclare Mme Van de Water.

À l'aide d'ensembles de données médicales et administratives provenant de Psychiatry Sweden, une cohorte de 2,3 millions d'enfants nés de 1,3 million de femmes et de 1,3 million d'hommes, Gardner et ses collègues ont découvert que les MII chez les mères sont associées à une augmentation de 32 % du risque d'autisme chez leurs enfants par rapport aux témoins, et que les MII chez les pères sont associées à une augmentation de 9 %.

Les variantes génétiques communes liées aux MII (et à leurs deux composantes, la colite ulcéreuse et la maladie de Crohn) ne sont pas en corrélation avec celles liées à l'autisme, a constaté l'équipe de Gardner en analysant les données de précédentes études d'association pangénomique. "Ce résultat peut suggérer que la relation entre les MII et l'autisme n'est peut-être pas due à des variantes génétiques communes partagées", explique Christina Dardani, chercheuse associée à l'université de Bristol, au Royaume-Uni, qui a participé à l'étude.

Des scores élevés de risque polygénique - sommes de variantes communes - pour la colite ulcéreuse et la maladie de Crohn chez les mères sont liés à une augmentation des traits d'autisme chez leurs enfants, selon les données de 7 348 mères et 7 503 enfants de l'étude longitudinale Avon sur les parents et les enfants. Il n'en va pas de même pour les enfants, dont les scores de risque polygénique pour les MII, la colite ulcéreuse et la maladie de Crohn ne sont pas associés à leurs traits autistiques, ont constaté les chercheurs, ce qui appuie l'idée que le lien est davantage lié aux conditions de l'environnement prénatal.

De plus, la présence de variantes communes pour la colite ulcéreuse et, dans une moindre mesure, pour la maladie de Crohn et les MII en général, chez les mères, est associée de manière causale à l'autisme chez leurs enfants, ont découvert Gardner et son équipe en utilisant une technique appelée randomisation mendélienne. L'inverse n'est cependant pas vrai : les variantes communes de l'autisme ne sont pas liées de manière causale aux MII chez les enfants.

"Nous avons vu des associations avec le score de risque polygénique, puis nous avons trouvé des preuves causales avec les variantes génétiques communes", explique Dardani. "Ils pointent vers la même histoire".

Les résultats ont été publiés dans Nature Medicine au début du mois.

L'étude étant axée sur la génétique, Dardani, Gardner et leurs collègues ne sont pas certains des mécanismes biologiques qui sous-tendent leurs résultats. La plupart des explications qu'ils proposent portent toutefois sur des facteurs associés à l'environnement in utero ; outre les effets sur le système immunitaire, des recherches antérieures ont établi un lien entre la malabsorption prénatale des micronutriments et l'anémie et l'autisme chez les enfants.

"Tout cela se résume à l'idée qu'il pourrait y avoir ces changements potentiels, même relativement subtils, dans l'environnement intra-utérin qui nous poussent d'une manière ou d'une autre sur les trajectoires de développement", dit Gardner.

Le point fort de l'étude, qui la distingue d'autres études similaires d'associations génétiques, est que les chercheurs utilisent plusieurs ensembles de données et plusieurs approches pour établir la relation entre les MII chez les parents et l'autisme chez leurs enfants, explique Charis Eng, présidente du Genomic Medicine Institute de la Cleveland Clinic, dans l'Ohio, dont les travaux ont permis de relier les modifications d'un gène particulier, le PTEN, au cancer et à l'autisme. Eng n'a pas participé à l'étude.

L'homogénéité relative des personnes incluses dans les grandes cohortes utilisées par les chercheurs est une faiblesse potentielle de l'étude, selon Van de Water. La plupart des données génétiques provenaient de personnes d'ascendance européenne, notent les auteurs dans l'étude. Environ 90 % des enfants de la cohorte suédoise, par exemple, ont des parents qui sont nés en Europe.

"Si vous faites des recommandations sur la base de ce type d'études, vous devez avoir une population vraiment représentative", dit Mme Van de Water.

Elle parle en connaissance de cause. Les recherches que Van de Water a publiées le mois dernier sur les auto-anticorps maternels en tant que biomarqueurs de l'autisme ont montré que l'un des modèles d'auto-anticorps qu'elle et son équipe ont trouvé ne se produisait que chez les mères nées au Mexique. "Cela m'a beaucoup surpris", dit Van de Water, "mais cela me dit que chaque étude que nous faisons doit contenir autant d'antécédents que nous pouvons trouver."

Citer cet article : https://doi.org/10.53053/WQBC8583

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Europe
Ukraine : le soupçon de la collaboration plane sur les villages libérés
Dans la région de Kherson, certains villages ont vécu pendant des mois à huis clos, sous occupation russe. Des voisins ont été tués ou sont portés disparus. La difficulté à mener des enquêtes rapides dans un pays mis sens dessus dessous par la guerre permet à la rumeur de prospérer.
par Mathilde Goanec
Journal
À Bruxelles, la France protège la finance contre le devoir de vigilance
Dans une note confidentielle, la France supprime toute référence au secteur financier dans la définition de la « chaîne d’activités » couverte par le devoir de vigilance dans la directive européenne en préparation. Bercy dément vouloir exonérer les banques. Les États se réunissent jeudi 1er décembre à ce sujet. 
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Abattage des animaux à la ferme. Nous demandons un réel soutien de l’Etat
Solidarité avec Quand l’Abattoir Vient A la Ferme : Depuis 2019, la loi autorise les éleveurs, à titre expérimental, à abattre leurs animaux à la ferme. Ils n’ont toutefois bénéficié d’aucuns moyens dédiés et doivent tout à la fois assurer les études technique, financière, économique, sanitaire. Respecter les animaux de ferme est une exigence collective. Nous demandons un réel soutien de l’État.
par Gaignard Lise
Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Noémie Calais, éleveuse : ne pas trahir l’animal
Noémie Calais et Clément Osé publient « Plutôt nourrir » qui aborde sans tabou et avec clarté tous les aspects de l’élevage paysan, y compris la bientraitance et la mort de l’animal. Entretien exclusif avec Noémie.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Canicule : transformer nos modes d’élevage pour un plus grand respect des animaux
L’association Welfarm a mené cet été la campagne « Chaud Dedans ! » pour alerter sur les risques que font peser les vagues de chaleur sur la santé et le bien-être des animaux d’élevage. Après des enquêtes sur le terrain, des échanges avec les professionnels de l’élevage, des discussions avec le gouvernement, des députés et des eurodéputés, Welfarm tire le bilan de cet été caniculaire.
par Welfarm