Des capacités de réflexion distinctes sous-tendent autisme et déficit d'attention

Suivant des études de l'équipe du Pr Charman, les adolescents autistes auraient surtout des difficultés dans la théorie de l'esprit, alors que ceux avec TDAH seraient caractérisés par un déficit dans les fonctions exécutives. Tony Charman suggère d'en tenir compte dans les thérapies proposées.

Traduction de :  Separate thinking skills underlie autism, attention deficit (Spectrum News)

Tony Charman Tony Charman

par Tony Charman,  Chaire de psychologie clinique de l'enfant , King's College London /  2 October 2018

Pendant plus de 30 ans, les scientifiques ont débattu de la question de savoir laquelle des deux capacités cognitives, la théorie de l'esprit et la fonction exécutive, est plus étroitement liée à l'autisme.

La difficulté avec la théorie de l'esprit - la capacité à inférer les états mentaux des autres - peut compliquer le comportement social et la communication 1 .

Des problèmes de flexibilité, de mémoire de travail et de maîtrise de soi - les fonctions exécutives essentielles - peuvent nuire à la capacité de s'adapter à des situations changeantes, de comprendre de nouveaux concepts, de fixer des objectifs et de rester calme 2 .

Jusqu'à présent, les recherches sur les deux capacités relatives aux traits principaux de l'autisme étaient incohérentes. Mon équipe a de nouvelles découvertes suggérant que la théorie de l'esprit est le facteur le plus important de l'autisme et que les problèmes liés aux fonctions exécutives sont plus souvent associés au trouble du déficit de l'attention avec hyperactivité (TDAH). Ce dernier accompagne souvent l'autisme .

Comprendre comment ces compétences cognitives fondamentales sont liées au comportement dans des situations sociales réelles a des implications pour les traitements. Améliorer les compétences de la théorie de l'esprit pourrait aider les adolescents autistes à naviguer dans leur monde social complexe, à comprendre le comportement de leurs pairs et à réagir de manière appropriée. Le renforcement du contrôle cognitif peut les aider à se concentrer et à contrôler leurs impulsions, ce qui peut améliorer les relations sociales ainsi que le rendement scolaire.

Ce traitement pourrait être efficace jusqu'à l'adolescence, car nous savons que les capacités cognitives sont liées au succès et à l'indépendance à l'âge adulte.

Astuces statistiques

Il y a dix ans, mes collègues et moi avons confié à 100 adolescents autistes une batterie de tâches cognitives 3 . Celles-ci comprenaient le test de «la lecture de l'esprit dans les yeux» , dans lequel les gens devinent les émotions présentées dans les images des yeux. Nous avons également examiné la fonction exécutive avec une tâche de tri des cartes qui mesure la capacité d'adaptation aux nouvelles règles et un test de la mémoire de travail qui exploite la capacité de rappeler des chaînes de chiffres.

Nous avons caractérisé le comportement des adolescents en utilisant une gamme de mesures des traits de l'autisme, y compris l'échelle de la réactivité sociale [Social Responsiveness Scale ] et le programme d'observation du diagnostic de l'autisme [Autism Diagnostic Observation Schedule], ainsi que deux évaluations des traits du TDAH.

Nous avons examiné l'association entre la théorie de l'esprit et la fonction exécutive et deux caractéristiques fondamentales de l'autisme: la communication sociale et les comportements rigides et répétitifs . Nous avons utilisé une approche statistique qui nous a permis d’examiner la force et l’importance des associations individuelles lorsqu'un grand nombre de variables sont susceptibles d’être interreliées.

Plus les difficultés rencontrées par les adolescents dans notre étude étaient liées aux tâches de théorie de l'esprit, plus nous avons constaté que les comportements répétitifs et les difficultés de communication sociale étaient élevés. Les problèmes liés aux tâches exécutives ne sont toutefois liés à aucun trait.

Nous ne savons pas pourquoi la théorie de l'esprit influence les comportements répétitifs et la pensée rigide. Il est possible que la connexion soit indirecte: le fait d'avoir du mal à déchiffrer le comportement des autres pourrait causer de l'anxiété , ce qui pourrait entraîner un comportement inhabituel et des schémas de pensée 4 .

Concentration de l'attention

L'année dernière, nous avons exploré comment le TDAH entretient des rapports avec les fonctions exécutives et la théorie de l'esprit 5 . Nous avons trouvé la tendance opposée à celle que nous avions trouvée dans l'autisme : les difficultés liées aux fonctions exécutives, mais non la théorie de l'esprit, sont associées aux caractéristiques du TDAH telles que l'inattention et l'impulsivité.

Ce schéma est cohérent avec l'idée que les caractéristiques de l'autisme et du TDAH sont dissociables.

Jusqu'à 40% des jeunes autistes répondent aux critères de diagnostic du TDAH. Et les individus qui ont les deux conditions peuvent avoir des difficultés à la fois avec la théorie de l'esprit et les aspects de la fonction exécutive - un phénomène parfois appelé «double coup». Mais chaque condition a également ses traits caractéristiques.

Parce que nous avons étudié les adolescents, nos résultats n'indiquent pas nécessairement comment l'autisme se déroule pendant le développement. Cependant, les associations que nous avons identifiées ont des implications pour le traitement de l'autisme.

Par exemple, les adolescents qui ont à la fois l'autisme et le TDAH pourraient tirer profit des thérapies qui améliorent à la fois la théorie de l'esprit et le contrôle cognitif. Nos résultats pourraient également aider les cliniciens à faire correspondre les thérapies aux jeunes autistes afin d'améliorer au maximum leur fonctionnement quotidien.

Tony Charman est président de la psychologie clinique de l'enfant à l'Institut de psychiatrie, de psychologie et de neurosciences du King's College de Londres.

 References:

  1. Baron-Cohen S. et al. Cognition 21, 37-46 (1985) PubMed
  2. Rumsey J.M. J. Autism Dev. Disord. 15, 23-36 (1985) PubMed
  3. Jones C.R.G. et al. Autism Res. 11, 95-109 (2018) PubMed
  4. Brunsdon V.E. and F. Happé Autism 18, 17-30 (2014) PubMed
  5. Lukito S. et al. Mol. Autism 8, 60 (2017) PubMed

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.