INSAR 2021 : Les frères et sœurs renforcent les compétences des personnes autistes

Un frère qui se distingue : Les autistes ayant un frère proche en âge sont ceux qui s'améliorent le plus rapidement parmi leurs pairs en ce qui concerne les compétences appropriées à leur âge.

spectrumnews.orgTraduction de "Siblings boost autistic people’s daily-living skills"

Les frères et sœurs renforcent les compétences des personnes autistes dans la vie quotidienne
par Angie Voyles Askham / 4 mai 2021

Water game shadows - Dijon © Luna TMG Instagram Water game shadows - Dijon © Luna TMG Instagram
Selon une nouvelle étude non publiée, avoir un frère ou une sœur peut aider les autistes à mieux gérer leur vie quotidienne.

Les chercheurs ont présenté virtuellement les résultats lors de la réunion annuelle 2021 de l'International Society for Autism Research cette semaine. (Les liens vers les résumés ne fonctionnent que pour les participants inscrits à la conférence).

De nombreuses personnes autistes ont des difficultés à s'adapter, c'est-à-dire à communiquer, à socialiser et à accomplir des tâches quotidiennes à un niveau adapté à leur âge. Or, des études montrent qu'un engagement social régulier avec des pairs peut contribuer à améliorer ces compétences.

Pour les personnes autistes, les interactions sociales régulières peuvent également passer par les frères et sœurs, a déclaré Nicole Rosen, étudiante diplômée dans le laboratoire de Catherine Lord à l'université de Californie à Los Angeles, lors d'une conférence de presse à la réunion.

"Nous savons que la relation entre frères et sœurs est considérée comme l'une des relations les plus transformatrices et les plus significatives qu'un individu puisse avoir", notamment parce qu'elle peut durer toute une vie, a-t-elle ajouté.

On pense que les frères et sœurs ont une influence positive sur les capacités de théorie de l'esprit et les compétences sociales des autistes. Les nouveaux travaux montrent qu'ils ont un effet positif similaire sur le fonctionnement adaptatif.

Selon Rosen, les frères et sœurs peuvent représenter un moyen essentiel par lequel les autistes peuvent améliorer ces compétences.

Le soutien de la fratrie

Lord, Rosen et leurs collègues ont administré les Vineland Adaptive Behavior Scales, un questionnaire qui mesure les aptitudes à la vie quotidienne, la communication et la socialisation adaptées à l'âge, à 208 personnes autistes ou présentant un autre trouble du développement, à six reprises entre l'âge de 9 et 26 ans.

Les participants ayant des frères et sœurs ont amélioré leurs scores plus que leurs pairs enfants uniques au fil du temps. L'équipe a constaté que les participants dont l'âge était le plus proche de celui d'un frère non autiste s'amélioraient plus rapidement que ceux dont l'âge était le plus proche de celui d'une sœur non autiste. Et les participants qui étaient les plus proches en âge d'un frère ou d'une sœur du même sexe se sont améliorés plus rapidement que ceux qui étaient les plus proches en âge d'un frère ou d'une sœur du sexe opposé.

En revanche, l'ordre de naissance et le nombre de frères et sœurs n'ont pas affecté le taux d'amélioration des participants.

Les chercheurs ont constaté que les personnes autistes de toutes les origines raciales bénéficiaient de la présence d'un frère ou d'une sœur, mais que l'effet était le plus fort chez les participants noirs. Les différences entre les groupes raciaux doivent être interprétées avec prudence, a déclaré Rosen, car il s'agit de la première étude à examiner l'effet des frères et sœurs sur le fonctionnement adaptatif.

Pour l'instant, les résultats peuvent être utiles pour les décisions relatives à la vie de famille, dit-elle : de nombreux parents s'inquiètent de la façon dont une famille plus nombreuse pourrait affecter un enfant autiste, mais les résultats suggèrent que les frères et sœurs sont une source importante de soutien.

Si les frères et sœurs peuvent contribuer à façonner le fonctionnement adaptatif d'une personne autiste, les impliquer dans les interventions peut aider à maximiser le développement de ces compétences, a déclaré Rosen.

Lire d'autres rapports de la réunion annuelle 2021 de l'International Society for Autism Research.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.