Aspieconseil : conseil d'un "Aspie" pour les personnes autistes

Revue des derniers posts publiés sur le site Aspieconseil.

Contrairement à ce qu'on peut imaginer d'après le nom du blog, Aspieconseil - Guide de survie de la personne autiste - n'est pas un site de conseils pour Aspies (personnes avec diagnostic de syndrome d'Asperger),  mais un site conçu par un Aspie pour les personnes autistes. La plus-value de ce site, c'est qu'il ne s'agit pas seulement d'un croisement entre l'expérience personnelle et les réseaux sociaux, mais que le rédacteur pratique l'accompagnement de personnes autistes et dispense des formations.

aspieconseil-1
Mais bien entendu, vous avez déjà dévoré "Guide de survie de la personne autiste". Si vous ne l'avez pas fait, je ne vous parle plus.

Quelques commentaires, si je peux me permettre,  sur certains des posts récents :

Dans ce dernier post, Accompagner vers l’autonomie ,  des remarques fondamentales :

" III) Les règles éthiques liées à l’intervention :

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, le fait que des personnes autistes aient interrogé les interventions a permis à l’ABA de clarifier ses positions, ainsi donc j’ai suivi un module où justement les professionnels soulignent les dérives « validistes ». Bien entendu ce n’est pas propre à l’ABA mais à l’éthique des personnes

  • La première étape consiste d’abord à identifier le profil de la personne ensuite de comprendre la personne et enfin d’accompagner (encore un triptyque)
  • Chaque cible d’intervention doit être utile pour la personne avant tout et secondairement pour son entourage. Ainsi aucune visée de réduction des autostimulations ne sera mise en place sauf si celles-ci sont dangereuses pour la personne. De même, on s’interdira de faire du contact oculaire un but.
  • Autant que possible, partez de ce qu’aime l’enfant, par exemple s’il est autiste partir sur ses intérêts spécifiques
  • On privilégiera l’autogestion des personnes autistes (c’est-à-dire le moyen de pleinement les autonomiser y compris dans le cadre de l’autisme non verbal, leur permettant de choisir elles-mêmes leur conséquence)"

Autisme et sécurité

Il est question des GPS. TouPI a justement publié les résultats d'une enquête sur le sujet.

L'auteur indique aussi : "Mettre un bracelet d’identification, si je suis opposé à la carte d’identification autiste pour des personnes comme moi, je trouve que cela peut être utile d’identifier visiblement qu’une personne est en danger, si elle est non accompagnée".

Je connais les critiques de l'auteur à la carte d'identification autiste, qui serait un outil facilitant les rapports avec différents services et visant malheureusement à prévenir une maltraitance policière potentielle. C'est à chaque personne de choisir d'en avoir et de la faire valoir, si nécessaire. C'est un instrument utile, à mon avis.

Extrait document port du masque DIA/GNCRA Extrait document port du masque DIA/GNCRA


Le document édité par la Délégation Interministérielle Autisme (DIA) en ce qui concerne le port du masque montre l'utilité d'un outil de ce type.

 Les leçons du confinement

Une des conclusions - bel euphémisme : "L’accompagnement par l’IME semble laisser à désirer. "

Cela aurait pu être le cas de l'accompagnement par un CAMPS, CMPP, hôpital de jour ..

L'Association des Psychiatres de secteur Infanto-juvénile (API) a d'ailleurs fait une proposition vachement pertinente : transférer les dépenses de l’Éducation Nationale pour le MPA (matériel pédagogique adapté) des élèves handicapés vers les professionnels des services de pédopsychiatrie, totalement dépourvus quand le coronavirus est venu !

  • "Le lancement d’une réflexion sur une bonne pratique du numérique à l’école, dégagée de conflits d’intérêts avec les industriels du numérique, et le redéploiement de ces budgets vers un équipement pour les soignants, adaptés à notre déontologie et à leur présence attentive irremplaçable" (Manifeste API 19 avril 2020)

L'API a sans aucun doute été infecté du syndrome Ducanda (voir DSM 6 et CIM 12) : ce syndrome conduit des professionnels à mettre sur le compte du laxisme des parents - et même de l’Éducation Nationale - par rapport aux écrans le comportement autistique des enfants.

Exemple d'un "suivi" : "le suivi en cmpp a été stoppé net le 17 mars et il a fallu attendre 1 mois avant d'avoir des nouvelles de sa psy alors qu'elle aurait été utile au début du confinement même par téléphone. Il n'a eu qu'une discussion téléphonique avec elle pendant le confinement."

La Fédération des CMPP a malheureusement remisé pour l'instant les premiers témoignages destinés à alimenter un livre blanc sur le confinement. Extraits des deux premiers témoignages remisés :

  • "Le confinement a modifié nos modalités d’accueil au CMPP, en effaçant la présence des corps et n’est pas sans incidence subjective sur la clinique. Les liens maintenus sous la forme d’entretiens téléphoniques accordent une place prépondérante à l’objet-voix, tandis que les réunions ou les entretiens en visio, ajoutent à l’image, la possibilité d’un « se voir » réflexif lié à l’objet-regard, dont la composante narcissique est ordinairement éludée et prise dans le fantasme sous la forme d’un « comment l’Autre me voit, m’aperçoit, me juge ? ».
  • "Les entretiens ponctuels en présence au CMPP ou à mon cabinet (non facturés en tant qu’acte libéral mais reportés comme acte au CMPP) dessinent une « bizarrerie » de présence, au temps des gestes de distanciation physique et du port de masques. Se masquer convoque l’étrange au cœur d’une pratique qui se transforme en modélisant des « T.O.C. pour tous » face au risque de contamination. Le masque qui amplifie la névrose de contrainte collective, ne convoque pas seulement l’objet-regard, soit la partie restée visible sur le visage, mais voile et dévoile à la fois l’objet oral, en tant qu’il est masqué. La parole est filtrée dans le tamis des sécrétions salivaires ! Les résonances de la parole sur le visage d’autrui sont occultées. Le masque est un objet qui est élevé au rang de signe de la peur, dont le signifié renvoie aux mesures de prévention. Le coronavirus dont la structure moléculaire en couronne, n’est pas si mal assortie à l’image d’un roi despotique et destructeur, ou de celle de « l’enfant-roi » qui vampirise les adultes en les colonisant par sa tyrannie, nous rappelle au-delà du symbolique, le réel de la fragilité de notre condition humaine."

L'API avait aussi mis en cause : "l’absence et (...) l’archaïsme des outils techniques fournis au service public de pédopsychiatrie : très peu de postes informatiques, de smartphones professionnels, absence de logiciels pour des consultations et des réunions à distance, lacune ou absence de soutien technique". On peut en sourire, dans la mesure où des professionnels n'ont manifestement pas eu envie que les parents puissent constater la vacuité de leurs accompagnements. Au lieu de se saisir de la disponibilité exceptionnelle - impossible à reproduire à cette échelle - des parents pour faire de la guidance parentale, ils ont préféré se réfugier devant la non-confidentialité des échanges avec les enfants suivis pour justifier l'absence d'intervention.

Vous trouverez sur le site Neurodivertissement une critique acide des accompagnements habituels : Comment ne pas accompagner un enfant en situation de handicap ?

aspieconseil-neurodivertissement

 

A voir aussi :

https://aspieconseil.com/2019/02/23/comprendre-un-comportement/

https://aspieconseil.com/2018/04/06/mes-infographies/

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.