Jean Vinçot
Association Asperansa
Abonné·e de Mediapart

1505 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 août 2020

Jean Vinçot
Association Asperansa
Abonné·e de Mediapart

Aspieconseil : conseil d'un "Aspie" pour les personnes autistes

Revue des derniers posts publiés sur le site Aspieconseil.

Jean Vinçot
Association Asperansa
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Contrairement à ce qu'on peut imaginer d'après le nom du blog, Aspieconseil - Guide de survie de la personne autiste - n'est pas un site de conseils pour Aspies (personnes avec diagnostic de syndrome d'Asperger),  mais un site conçu par un Aspie pour les personnes autistes. La plus-value de ce site, c'est qu'il ne s'agit pas seulement d'un croisement entre l'expérience personnelle et les réseaux sociaux, mais que le rédacteur pratique l'accompagnement de personnes autistes et dispense des formations.

Mais bien entendu, vous avez déjà dévoré "Guide de survie de la personne autiste". Si vous ne l'avez pas fait, je ne vous parle plus.
Quelques commentaires, si je peux me permettre,  sur certains des posts récents :

Dans ce dernier post, Accompagner vers l’autonomie ,  des remarques fondamentales :

" III) Les règles éthiques liées à l’intervention :

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, le fait que des personnes autistes aient interrogé les interventions a permis à l’ABA de clarifier ses positions, ainsi donc j’ai suivi un module où justement les professionnels soulignent les dérives « validistes ». Bien entendu ce n’est pas propre à l’ABA mais à l’éthique des personnes

  • La première étape consiste d’abord à identifier le profil de la personne ensuite de comprendre la personne et enfin d’accompagner (encore un triptyque)
  • Chaque cible d’intervention doit être utile pour la personne avant tout et secondairement pour son entourage. Ainsi aucune visée de réduction des autostimulations ne sera mise en place sauf si celles-ci sont dangereuses pour la personne. De même, on s’interdira de faire du contact oculaire un but.
  • Autant que possible, partez de ce qu’aime l’enfant, par exemple s’il est autiste partir sur ses intérêts spécifiques
  • On privilégiera l’autogestion des personnes autistes (c’est-à-dire le moyen de pleinement les autonomiser y compris dans le cadre de l’autisme non verbal, leur permettant de choisir elles-mêmes leur conséquence)"

Autisme et sécurité

Il est question des GPS. TouPI a justement publié les résultats d'une enquête sur le sujet.

L'auteur indique aussi : "Mettre un bracelet d’identification, si je suis opposé à la carte d’identification autiste pour des personnes comme moi, je trouve que cela peut être utile d’identifier visiblement qu’une personne est en danger, si elle est non accompagnée".
Je connais les critiques de l'auteur à la carte d'identification autiste, qui serait un outil facilitant les rapports avec différents services et visant malheureusement à prévenir une maltraitance policière potentielle. C'est à chaque personne de choisir d'en avoir et de la faire valoir, si nécessaire. C'est un instrument utile, à mon avis.

Extrait document port du masque DIA/GNCRA


Le document édité par la Délégation Interministérielle Autisme (DIA) en ce qui concerne le port du masque montre l'utilité d'un outil de ce type.

 Les leçons du confinement

Une des conclusions - bel euphémisme : "L’accompagnement par l’IME semble laisser à désirer. "
Cela aurait pu être le cas de l'accompagnement par un CAMPS, CMPP, hôpital de jour ..

L'Association des Psychiatres de secteur Infanto-juvénile (API) a d'ailleurs fait une proposition vachement pertinente : transférer les dépenses de l’Éducation Nationale pour le MPA (matériel pédagogique adapté) des élèves handicapés vers les professionnels des services de pédopsychiatrie, totalement dépourvus quand le coronavirus est venu !

  • "Le lancement d’une réflexion sur une bonne pratique du numérique à l’école, dégagée de conflits d’intérêts avec les industriels du numérique, et le redéploiement de ces budgets vers un équipement pour les soignants, adaptés à notre déontologie et à leur présence attentive irremplaçable" (Manifeste API 19 avril 2020)

L'API a sans aucun doute été infecté du syndrome Ducanda (voir DSM 6 et CIM 12) : ce syndrome conduit des professionnels à mettre sur le compte du laxisme des parents - et même de l’Éducation Nationale - par rapport aux écrans le comportement autistique des enfants.

Exemple d'un "suivi" : "le suivi en cmpp a été stoppé net le 17 mars et il a fallu attendre 1 mois avant d'avoir des nouvelles de sa psy alors qu'elle aurait été utile au début du confinement même par téléphone. Il n'a eu qu'une discussion téléphonique avec elle pendant le confinement."

La Fédération des CMPP a malheureusement remisé pour l'instant les premiers témoignages destinés à alimenter un livre blanc sur le confinement. Extraits des deux premiers témoignages remisés :

  • "Le confinement a modifié nos modalités d’accueil au CMPP, en effaçant la présence des corps et n’est pas sans incidence subjective sur la clinique. Les liens maintenus sous la forme d’entretiens téléphoniques accordent une place prépondérante à l’objet-voix, tandis que les réunions ou les entretiens en visio, ajoutent à l’image, la possibilité d’un « se voir » réflexif lié à l’objet-regard, dont la composante narcissique est ordinairement éludée et prise dans le fantasme sous la forme d’un « comment l’Autre me voit, m’aperçoit, me juge ? ».
  • "Les entretiens ponctuels en présence au CMPP ou à mon cabinet (non facturés en tant qu’acte libéral mais reportés comme acte au CMPP) dessinent une « bizarrerie » de présence, au temps des gestes de distanciation physique et du port de masques. Se masquer convoque l’étrange au cœur d’une pratique qui se transforme en modélisant des « T.O.C. pour tous » face au risque de contamination. Le masque qui amplifie la névrose de contrainte collective, ne convoque pas seulement l’objet-regard, soit la partie restée visible sur le visage, mais voile et dévoile à la fois l’objet oral, en tant qu’il est masqué. La parole est filtrée dans le tamis des sécrétions salivaires ! Les résonances de la parole sur le visage d’autrui sont occultées. Le masque est un objet qui est élevé au rang de signe de la peur, dont le signifié renvoie aux mesures de prévention. Le coronavirus dont la structure moléculaire en couronne, n’est pas si mal assortie à l’image d’un roi despotique et destructeur, ou de celle de « l’enfant-roi » qui vampirise les adultes en les colonisant par sa tyrannie, nous rappelle au-delà du symbolique, le réel de la fragilité de notre condition humaine."

L'API avait aussi mis en cause : "l’absence et (...) l’archaïsme des outils techniques fournis au service public de pédopsychiatrie : très peu de postes informatiques, de smartphones professionnels, absence de logiciels pour des consultations et des réunions à distance, lacune ou absence de soutien technique". On peut en sourire, dans la mesure où des professionnels n'ont manifestement pas eu envie que les parents puissent constater la vacuité de leurs accompagnements. Au lieu de se saisir de la disponibilité exceptionnelle - impossible à reproduire à cette échelle - des parents pour faire de la guidance parentale, ils ont préféré se réfugier devant la non-confidentialité des échanges avec les enfants suivis pour justifier l'absence d'intervention.

Vous trouverez sur le site Neurodivertissement une critique acide des accompagnements habituels : Comment ne pas accompagner un enfant en situation de handicap ?

A voir aussi :

https://aspieconseil.com/2019/02/23/comprendre-un-comportement/

https://aspieconseil.com/2018/04/06/mes-infographies/

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Nice, « on a l’impression que le procès de l’attentat a été confisqué »
Deux salles de retransmission ont été installées au palais Acropolis, à Nice, pour permettre à chacun de suivre en vidéo le procès qui se tient à Paris. Une « compensation » qui agit comme une catharsis pour la plupart des victimes et de leurs familles, mais que bon nombre de parties civiles jugent très insuffisante.
par Ellen Salvi
Journal — Santé
Crack à Paris : Darmanin fanfaronne bien mais ne résout rien
Dernier épisode de la gestion calamiteuse de l’usage de drogues à Paris : le square Forceval, immense « scène ouverte » de crack créée en 2021 par l’État, lieu indigne et violent, a été évacué. Des centaines d’usagers de drogue errent de nouveau dans les rues parisiennes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Justice
Un refus de visa humanitaire pour Hussam Hammoud serait « une petite victoire qu’on offre à Daech »
Devant le tribunal administratif de Nantes, la défense du journaliste syrien et collaborateur de Mediapart a relevé les erreurs et approximations dans la position du ministère de l’intérieur justifiant le rejet du visa humanitaire. Et réclamé un nouvel examen de sa demande.
par François Bougon
Journal — Euro
La Réserve fédérale des États-Unis envoie l’euro par le fond
Face à l’explosion de l’inflation et à la chute de l’euro, la Banque centrale européenne a décidé d’adopter la même politique restrictive que l’institution monétaire américaine. Est-ce la bonne réponse, alors que la crise s’abat sur l’Europe et que la récession menace ?
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet d’édition
Klaus Barbie - la route du rat
En parallèle d'une exposition aux Archives départementales du Rhône, les éditions Urban publient un album exceptionnel retraçant l'itinéraire de Klaus Barbie de sa jeunesse hitlérienne à son procès à Lyon. Porté par les dessins du dessinateur de presse qui a couvert le procès historique en 1987, le document est une remarquable plongée dans la froide réalité d'une vie de meurtres et d'impunité.
par Sofiene Boumaza
Billet de blog
Suites critiques aux « Suites décoloniales ». Décoloniser le nom
Olivier Marboeuf est un conteur, un archiviste, et son livre est important pour au moins deux raisons : il invente une cartographie des sujets postcoloniaux français des années 80 à aujourd’hui, et il offre plusieurs outils pratiques afin de repenser la politique de la race en contexte français. Analyse de l'essai « Suites décoloniales. S'enfuir de la plantation ».
par Chris Cyrille-Isaac
Billet de blog
« Mon pauvre lapin » : le très habile premier roman de César Morgiewicz
En constant déphasage avec ses contemporains, un jeune homme part rejoindre une aieule à Key West, bien décidé à écrire et à tourner ainsi le dos aux échecs successifs qui ont jusqu’ici jalonné sa vie. Amusant, faussement frivole, ce premier roman n’en oublie pas de dresser un inventaire joyeusement cynique des mœurs d’une époque prônant étourdiment la réussite à n’importe quel prix.
par Denys Laboutière
Billet de blog
Un chien à ma table. Roman de Claudie Hunzinger (Grasset)
Une Ode à la Vie où, en une suprême synesthésie, les notes de musique sont des couleurs, où la musique a un goût d’églantine, plus le goût du conditionnel passé de féerie à fond, où le vent a une tonalité lyrique. Et très vite le rythme des ramures va faire place au balancement des phrases, leurs ramifications à la syntaxe... « On peut très bien écrire avec des larmes dans les yeux ».
par Colette Lallement-Duchoze