PCO TND : mais pourquoi les CMPP ?

Les CMPP peuvent-ils être admis dans les plate-formes de coordination et d'orientation des troubles neurodéveloppementaux lorsqu'ils s'opposent aux recommandations de la HAS concernant le diagnostic et l'accompagnement ? Un exemple inquiétant.

La fédération des CMPP soutient un colloque au Sénat le 30 mars 2020.

Il s'agit d'un rassemblement des opposants aux recommandations de bonnes pratiques professionnelles de la HAS depuis 2005.

 

84974918-3218699038143482-185289725282615296-n
Voir par exemple Bernard Golse, Jean-Claude Maleval, Pierre Delion : pour les plus gradés, profs émérites (en retraite), opposants aux RBPP.

Le sénateur s'appuie sur le nanogroupuscule, le RAAHP, composé à moitié de psychanalystes (et non de parents), les acronymes qui soutiennent le colloque faisant partie du RAAHP et ne pouvant avoir que quelques personnes comme adhérents (par exemple Autisme Liberté, avec ses 3 adhérents, et le Pr Bonnet spécialiste des conflits d'intérêts à la HAS).

J'admire la capacité des professionnels psychanalystes à détecter des masses de personnes dont l'inconscient ou le subconscient soutiendraient leur point de vue ! L'honnêteté est-elle incompatible avec la psychanalyse ? J'ose espérer que non. Si ce n'est pas le cas, dites clairement qu'une infime minorité de parents soutient votre position. Et que d'autres font avec, faute de moyens de financer d'autres accompagnements.

Je ne m'inquièterai pas particulièrement, si ce n'est que la fédération des CMPP soutient ce colloque. Hors, le gouvernement, dans le cadre de la mise en place des plates-formes de coordination et d’orientation pour les troubles neuro-développementaux (PCO TND) s'appuie sur le réseau des CMPP et des CAMSP. L'expérience conduit à ne pas leur faire une confiance aveugle, mais il peut y avoir des changements cool. Il n'est cependant pas possible d'espérer des changements efficients de ceux qui se battent contre les recommandations de bonnes pratiques professionnelles, non ?

La logique voudrait donc que la délégation interministérielle à l'autisme (DIA) donne consigne aux ARS d'exclure des PCO TND les CMPP qui adhèrent à la FDCMPP. On ne peut avoir le beurre (hors RBPP) et l’argent du beurre (PCO TND).

Tous les intervenants (sur 35) sont liés à la psychanalyse, sauf Olivia Cattan, dont on se demande ce qu'elle peut faire dans ce canot qui prend l'eau.

La FFP (fédération française de psychiatrie) soutient aussi. Il faudrait qu'elle dise si elle soutient les recommandations de la HAS, ou si elle passe son temps à les contrecarrer. Pour qu'on sache si elle est nuisible ou utile.

Je suis plutôt bonne poire, mais quand je vois - encore aujourd'hui à la CDAPH - qu'un psychiatre du secteur sanitaire (CMPI-CMPP) utilise le diagnostic de dysharmonie évolutive pour les certificats médicaux à la MDPH, alors que la loi oblige à utiliser les classifications reconnues internationalement (CIM ou DSM ou CIH), que cela fait partie des recommandations de la HAS et de la FFP depuis 15 ans ...que le logiciel informatique du secteur sanitaire (donc CMPI-CMPP) transforme automatiquement les diagnostics du type CFTMEA (classification franco-psychanalyste) en diagnostic façon CIM-10ème édition, ... je pense qu'il est temps que les ARS retirent les agréments - et donc le financement - aux services qui veulent à tout prix conserver leur point de vue. Libre à eux de conserver leur point de vue, mais qu'ils ne demandent pas le financement de la collectivité. Et qu'ils n'envoient pas dans des impasses les parents concernés.

D'autant plus que si le CMPP juge utile une psychothérapie (pourquoi pas ?), il n'y aura aucun compte-rendu écrit "bien sûr". Il n'y en aura pas plus si les parents se soumettent, comme c'est encore le cas, à une psychothérapie familiale !

NB : les PCO TND s'adressent aux enfants de moins de 7 ans.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.