La prévalence de l'autisme en Chine et en Grèce s'aligne sur les tendances mondiales

43 % des enfants autistes identifiés dans la plus grande étude chinoise sur la prévalence de l'autisme n'avaient pas été diagnostiqués auparavant.

spectrumnews.org Traduction de "Autism prevalence estimates for China, Greece align with global patterns | Spectrum | Autism Research News"

Les estimations de la prévalence de l'autisme en Chine et en Grèce s'alignent sur les tendances mondiales
par Peter Hess / 6 août 2020

"Nouvel An Chinois" by Aymeric B. is licensed under CC BY-NC-SA 2.0 "Nouvel An Chinois" by Aymeric B. is licensed under CC BY-NC-SA 2.0
Environ 0,7 % des enfants chinois âgés de 6 à 12 ans sont autistes, ce que suggère la plus grande étude sur la prévalence de l'autisme dans le pays à ce jour 1. Et en Grèce, 1,15 % des enfants de 10 et 11 ans sont ont cette condition, selon la première estimation pour ce pays 2.

Ces deux chiffres se situent dans la fourchette des estimations de la prévalence de l'autisme signalées pour les enfants d'autres pays. Les études montrent également que l'autisme est environ quatre fois plus fréquent chez les garçons que chez les filles dans les deux pays, un ratio conforme aux études sur les enfants aux États-Unis et ailleurs.

Une étude de 2019 portant sur 45 036 enfants dans trois villes chinoises a abouti à une estimation légèrement plus élevée, d'environ 1 %. Mais les nouveaux travaux incluent presque trois fois plus d'enfants, provenant de huit villes, et pourraient mieux représenter la population chinoise, selon les chercheurs. Cela fournit également les premières données sur la prévalence des affections concomitantes, telles que le trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention, la phobie ou le trouble obsessionnel-compulsif.

"C'est un point de départ très solide, et c'est un pas en avant pour la Chine par rapport à ce qui existait auparavant", déclare Eric Fombonne, professeur de psychiatrie à l'Oregon Health and Science University, qui a contribué à la conception de l'étude, une collaboration entre des chercheurs de cinq provinces et de trois municipalités - des groupes qui sont souvent en concurrence pour obtenir des fonds de recherche du gouvernement. "Ces études épidémiologiques sont colossales, très difficiles à réaliser".

Néanmoins, les nouvelles études pourraient sous-estimer le nombre réel d'enfants autistes en Chine et en Grèce.

La recherche sur la prévalence de l'autisme dans ces deux pays en est à ses débuts, par rapport à la recherche sur la prévalence dans d'autres pays, déclare Mayada Elsabbagh, professeure adjointe de neurologie et de neurochirurgie à l'université McGill de Montréal, au Canada, qui n'a participé à aucune de ces deux études. Au lieu de la prévalence réelle, les nouvelles estimations en Chine et en Grèce reflètent probablement les niveaux de sensibilisation des communautés, la qualité des services et la disponibilité des outils de diagnostic, dit-elle.

Identifier les enfants

Fombonne et ses collègues ont utilisé les dossiers du gouvernement pour identifier 125 806 enfants admissibles âgés de 6 à 12 ans vivant dans huit villes chinoises, choisies comme échantillon représentatif du pays. Pour dépister l'autisme chez les enfants, l'équipe a distribué aux parents et aux enseignants un questionnaire qu'elle avait élaboré, appelé "Modified Chinese Autism Spectrum Rating Scale" (MC-ASRS).

Le questionnaire MC-ASRS a permis de repérer 37 500 enfants. Après des entretiens de groupe avec les enfants, l'équipe a proposé des évaluations diagnostiques à 1 135 d'entre eux ; environ 20 % des familles des enfants ont refusé. L'équipe a également évalué les enfants fréquentant des écoles d'éducation spécialisée, dont elle a supposé qu'ils étaient plus susceptibles d'être autistes.

Sur les 1 079 enfants évalués pour l'autisme, 363 répondaient aux critères de cette condition. Quarante-trois pour cent des enfants n'avaient pas été diagnostiqués auparavant, et plus de 90 % de ces enfants fréquentaient des écoles ordinaires. En supposant que les chiffres de prévalence pour les enfants issus de familles non répondeuses seraient à peu près les mêmes que ceux du reste des participants, les chercheurs ont estimé une prévalence globale de 1 sur 143.

Ce chiffre se situe dans la partie inférieure de la fourchette signalée pour les autres pays, ce qui suggère que davantage d'enfants doivent encore être identifiés dans la région, déclare Mme Elsabbagh. "C'est néanmoins un outil très utile pour obtenir une sorte de capture d'écran de la situation actuelle de l'autisme en Chine, et certainement une estimation utile en termes d'information des politiques et des services".

L'étude montre que 69 % des enfants autistes en Chine présentent au moins une affection neuropsychiatrique concomitante, dont la plus courante est le trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention, identifié chez 43 % d'entre eux. Les dossiers médicaux d'environ 30 % des enfants montrent que les troubles physiques concomitants les plus fréquents sont les problèmes gastro-intestinaux, les troubles du sommeil, les allergies et les crises d'épilepsie.

L'inclusion de données sur les affections concomitantes est une contribution bienvenue de l'étude, déclare Mme Elsabbagh. "Ici, le tableau est quelque peu cohérent avec certains des rapports que nous recevons d'autres pays".

Les premières étapes

L'étude grecque, la première étude à grande échelle sur la prévalence de l'autisme dans ce pays, s'est appuyée sur les dossiers scolaires pour déterminer le statut autistique de 182 879 enfants. Elle montre une prévalence d'environ 1 sur 87.

L'approche semble permettre une bonne couverture des enfants de 10 et 11 ans du pays, donnant des résultats qui correspondent étroitement aux autres estimations de la prévalence de l'autisme, déclare Mme Elsabbagh. Mais, ajoute-t-elle, "on pourrait soutenir que l'utilisation de données qui n'impliquent pas d'évaluations directes est problématique".

Les chiffres seraient probablement plus fiables si les chercheurs avaient effectué des entretiens cliniques de suivi avec les enfants, explique M. Fombonne. Contrairement à l'étude chinoise, l'étude grecque ne comporte pas de données sur les affections concomitantes, mais les chercheurs présentent une image juste et précise des limites de leurs conclusions, dit-il.

"Spectrum" n'a pas pu joindre les chercheurs à l'origine de l'étude grecque pour obtenir leurs commentaires.

Références:

  1. Zhou H. et al. Neurosci. Bull. Epub ahead of print (2020) PubMed
  2. Thomaidis L. et al. J. Clin. Med. 9, E2163 (2020) PubMed

Dossier prévalence et autisme

  • 1 avr. 2020

Un ensemble d'articles sur la prévalence de l'autisme.

Eric Fombonne : Controverses épidémiologiques sur l'autisme

  • 17 juin 2020

Le point sur les raisons de l'augmentation des diagnostics d'autisme : facteurs méthodologiques, vaccins, âge paternel et valproate de sodium..

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.