La sensibilité accrue au bruit entrave les capacités des autistes à communiquer

Les personnes autistes peuvent ne pas remarquer le sarcasme ou l'ironie dans le langage des autres. Moins sensibles aux changements de prosodie, elles ont ainsi du mal à capter les nuances dans le cadre de la communication sociale.

 Sound sensitivity may hinder autistic people’s ability to communicate Traduction Curiouser

Une sensibilité accrue au bruit peut entraver les capacités des autistes à communiquer

Par Jaclyn Jeffrey-Wilensky, 23 octobre 2019

The Crow © Luna TMG The Crow © Luna TMG

Les personnes avec autisme sont plus sensibles aux changements de ton que leurs pairs neurotypiques. Mais elles sont moins sensibles aux changements de prosodie – celle-ci étant la combinaison du ton, du rythme et du volume pouvant donner aux auditeurs des indications quant à l’emploi d’un ton ironique, sarcastique ou chargé d’émotion.

Ces différences peuvent faire en sorte que les personnes autistes aient du mal à capter les nuances dans le cadre de la communication sociale.

« Ce que l’on dit est une chose. Ce que l’on veut dire peut en être une autre, et une bonne partie de ce que l’on capte se trouve au niveau de la voix », explique Sarah Haigh, professeur adjoint en psychologie à l’Université du Nevada, à Reno. « Si vous présentez une déficience au niveau de ces premiers instruments auditifs, cela va rendre les choses compliquées. » Haigh a présenté ses résultats durant la semaine de la Convention annuelle de la société des neurosciences se tenant à Chicago, dans l’Illinois.

Ses collègues et elle ont utilisé l’électroencéphalogramme (EEG) pour mesurer l’activité cérébrale chez des personnes autistes.

Dans une des expérimentations, on faisait entendre aux participants une séquence de tons identiques, suivis par un ton ayant une tonalité différente. Dans une autre, on faisait entendre aux participants des exclamations de joie (« Ouais ! ») suivies par une exclamation de frustration (« Rha »), et vice versa. L’équipe a choisi ces types d’exclamation car ce sont des exemples types de la prosodie, sans qu’il n’y ait trop de contenu linguistique qui brouillerait les cartes, indique Haigh.

Changement de tonalité

Les chercheurs ont analysé les signaux cérébraux de l’EEG des participants après chaque changement de tonalité ou d’émotion – sans pour autant que les participants aient eu l’occasion de noter consciemment le changement.

Les chercheurs ont découvert que les personnes autistes réagissent de manière plus forte aux changements de tonalité que les personnes des groupes témoins. Mais les autistes réagissent moins fortement quand les séquences passent de la joie à la frustration.

Le fait d’être extrêmement réactif au changement de tonalité peut faire en sorte que l’interprétation de la prosodie soit plus difficile pour les personnes autistes, indique Haigh.

« Si vous êtes trop concentré sur ces seules tonalités, vous pouvez parfois manquer l’information la plus importante du message », affirme-t-elle.

Une autre équipe a rapporté que les personnes de sexe féminin porteuses du syndrome de Rett pouvaient aussi avoir un traitement du langage différent. Dans cette étude, les chercheurs ont trouvé que les personnes avec ce syndrome réagissaient moins fortement quand les tonalités changeaient de longueur.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.