WIKI Spectrum : Les comportements répétitifs

Les comportements et intérêts répétitifs et restreints figurent parmi les trois symptômes essentiels de l’autisme. On compte parmi eux les mouvements répétitifs avec des objets, les mouvements répétés du corps comme le balancement ou les battements de mains, les comportements ritualisés, les sensibilités sensorielles et les intérêts circonscrits.

Zion National Park, Washington UT Zion National Park, Washington UT
Les comportements et intérêts répétitifs et restreints figurent parmi les trois symptômes essentiels de l’autisme. On compte parmi eux les mouvements répétitifs avec des objets, les mouvements répétés du corps comme le balancement ou les battements de mains, les comportements ritualisés, les sensibilités sensorielles et les intérêts circonscrits.

Pertinence pour l’autisme

Les mouvements répétitifs et la manipulation d’objets figurent au nombre des premiers signes d’autisme à devenir visibles chez les tout-petits. (1, 2) Les scores obtenus à l’âge de 2 ans aux tests sur les comportements répétitifs donnent la possibilité de mieux prédire l’autisme à 9 ans. (3)

De nouveaux résultats concernant l’importance des comportements restreints et répétitifs sous-tendent les révisions recommandées des critères diagnostiques de l’autisme, révisions qui seront soumises pour la cinquième édition à venir du Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders, DSM-5, programmée en 2013.

Dans le DSM IV, il n’était pas requis pour un diagnostic d’autisme qu’une personne présente des comportements restreints et répétitifs, mais dans le DSM-5, ces comportements constituent un des deux domaines requis pour le diagnostic d’un trouble du spectre de l’autisme.

Contexte

Bien que « l’attachement à la routine » ait été un des signes centraux de l’autisme tels qu’ils ont été relevés par des chercheurs pionniers comme Leo Kanner et Hans Asperger, les chercheurs durant tout le XXème s. ont eu tendance à se concentrer davantage sur les déficits de la sociabilité et de la communication caractéristiques du trouble.

C’est pourquoi les connaissances sur le rôle que jouent ces comportements sont maigres. On considère qu’ils aident à soulager l’anxiété chez les autistes. Cependant, il existe peu de données pour confirmer cette position. De nouvelles recherches suggèrent que, dans l’autisme, le système de récompense du cerveau serait peut-être suractivé par certains types de comportements répétitifs et d’intérêts restreints, en même temps que le noyau accumbens, le striatum et d’autres zones cérébrales impliquées dans le circuit de la récompense sont, quant à elles, sous-activées par les stimuli sociaux. (4, 5)

Cela fait longtemps que les chercheurs ont associé les mouvements moteurs répétitifs, comme les battements de mains, avec un fonctionnement cognitif lent, et des comportements restreints d’un ordre supérieur, comme une focalisation intense sur un objet ou sur un intérêt particulier, avec de bonnes compétences cognitives et verbales.

Toutefois, cette affirmation est elle-même remise en cause, au moment où de nouvelles recherches établissent que les mouvements moteurs répétitifs existent chez les personnes sur toute l’étendue du spectre. Un certain nombre de preuves tendent à défendre l’idée que les hommes seraient davantage sujets à ces comportements que les femmes, mais, étant donné que les différences de genre dans l’autisme, comme les comportements restreints et répétitifs, ne sont pas beaucoup étudiées, il faudra d’autres recherches pour confirmer cette piste.

Un grand nombre de ces comportements sont difficiles à mesurer, même si les chercheurs sont en cours d’élaboration de systèmes automatisés pour traduire en chiffres les mouvements moteurs répétitifs.

Peu de traitements ont été mis au point pour les comportements et intérêts restreints et répétitifs. Les militants exhortent les chercheurs à marcher sur des œufs lorsqu’il est question de remédier à ces comportements, dans la mesure où ils remplissent des fonctions importantes chez les autistes.

Références :

  1. Kim S.H. and C. Lord Autism Res. 3, 162-173 (2010)
  2. Morgan L. et al. J. Child Psychiatry 49, 826-837 (2008)
  3. Lord C. et al. Arch. Psychiatry 63, 694-701 (2011)
  4. Hattier M.A. et al. Dev. Disabil. Publication numérique avant impression. (2010)
  5. Dichter S.D. et al. Cogn. Affect. Neurosci. Publication numérique avant impression (2010)

Source : https://www.spectrumnews.org/wiki/repetitive-behavior/ Traduction lulamae

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.