Les différences de langage sous-tendent des sous-groupes distincts dans l'autisme

L'activité cérébrale régissant le langage peut distinguer les enfants atteints d'autisme en sous-groupes distincts.

par Rachel Zamzow / 6 novembre 2018 / spectrumnews

Traduction de « Language differences underlie distinct subgroups in autism »

Groupe scindé: les enfants autistes présentent des différences (jaunes) dans les types de plis à la surface du cerveau.


La plupart des autistes ont des troubles du langage, mais leur sévérité varie considérablement. Aussi, il a été difficile d'extraire les fondements neuronaux des difficultés de langage.

"Lorsque nous examinons toutes ces variations et que nous considérons tout le monde comme un seul groupe, nous perdons tant de subtilités", déclare Feifei Gao, une étudiante diplômée du laboratoire de Ralph-Axel Müller de la San Diego State University. Gao a présenté les résultats non publiés hier à la réunion annuelle de la Society for Neuroscience en 2018 à San Diego, en Californie.

Gao et ses collègues ont examiné le cerveau de 51 enfants autistes et de 50 témoins, tous âgés de 8 à 17 ans, tandis que les enfants se reposaient dans un scanner. Les analyses «d’état de repos» peuvent montrer la synchronisation entre les régions du cerveau en l’absence de tâche particulière.

L’équipe a examiné la connectivité fonctionnelle des enfants - la mesure dans laquelle des paires de régions du cerveau sont synchronisées - au sein d’un réseau de 14 zones connues pour être impliquées dans la compréhension du langage.

Modèles divergents

La connectivité au sein du réseau linguistique ne diffère pas de manière significative dans le groupe autisme dans son ensemble et les contrôles. Mais lorsque les chercheurs regroupent les enfants autistes en fonction de leurs profils de connectivité linguistique, un schéma plus nuancé apparaît.

Un sous-groupe de 22 enfants affiche une connectivité plus forte entre les 16 paires de régions linguistiques que ne le font les contrôles; l'autre sous-groupe, qui compte 29 enfants, ne montre aucune différence significative par rapport aux témoins.

Plus de différences apparaissent lors des tests comportementaux. Les enfants du premier sous-groupe autiste surpassent ceux du deuxième. Selon les tests de diagnostic classiques, ils obtiennent des scores plus élevés aux tests d'intelligence verbale et des traits d'autisme moins sévères.

Selon Gao, il est possible que la surconnexion dans le premier groupe d’enfants reflète une tentative de compensation qui produit des avantages comportementaux. «Même s'ils sont très atypiques, ils vont mieux», dit-elle.

Les enfants du deuxième sous-groupe divergent des contrôles en ce qui concerne le degré de repliement à travers le cortex, la couche externe du cerveau. Ces enfants présentent un excès de pliure où le lobe temporal gauche se joint aux lobes pariétal et frontal, un schéma déjà observé par l’équipe.

Les résultats renforcent la notion selon laquelle des sous-types ayant des profils neuronaux et comportementaux distincts existent dans l'autisme.

Continuer à analyser les données au niveau du groupe entier est absurde, déclare Müller, professeur de psychologie à la San Diego State University. "Nous le faisons depuis des décennies et c'est certainement l'une des raisons pour lesquelles nous avons une littérature qui regorge d'incohérences."

Pour plus de comptes rendus de la réunion annuelle 2018 de la Society for Neuroscience, veuillez cliquer ici.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.