Jean Vinçot
Association Asperansa
Abonné·e de Mediapart

1463 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 janv. 2018

La prévalence de l'autisme aux États-Unis reste stable, suivant de nouvelles données

La dernière étude publiée indique une stabilisation de la prévalence de l'autisme aux USA, à un niveau cependant élevé. Explications sur les méthodes utilisées.

Jean Vinçot
Association Asperansa
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Prevalence of autism in U.S. remains steady, new data suggest

par Jessica Wright / 8 janvier 2018 / Spectrum News

La prévalence de l'autisme aux États-Unis est restée relativement stable de 2014 à 2016, selon une nouvelle analyse. Les résultats ont été publiés le 2 janvier dans le Journal of the American Medical Association 1 .

Les chercheurs rapportent que la fréquence de l'autisme aux États-Unis était de 2.24 % en 2014, 2.41 % en 2015 et 2.76 % en 2016, respectivement. Les nouvelles données proviennent du National Health Interview Survey - un entretien annuel au cours duquel des travailleurs du recensement formés interrogent des dizaines de milliers de parents sur la santé de leurs enfants. Parmi ces questions, il y avait celle de savoir si un professionnel de la santé leur a déjà dit que leur enfant était atteint d'autisme.

Les nouveaux chiffres, publiés par les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) des États-Unis, représentent la plus forte prévalence de l'autisme aux États-Unis signalée par l'agence à ce jour.

«Nous ne pouvons pas considérer l'autisme comme une maladie aussi rare que les gens le pensaient auparavant», explique Wei Bao , chercheur principal et professeur adjoint d'épidémiologie à l'Université de l'Iowa.

Le pic est susceptible de résulter du fait que les données sont basées sur les rapports des parents. Ces rapports peuvent mieux capter les enfants avec des caractéristiques d'autisme relativement légères que les approches qui s'appuient sur les dossiers médicaux, dit Bao.

La prévalence rapportée pour l'autisme aux États-Unis a augmenté régulièrement au cours des dernières décennies. Les chercheurs attribuent la majeure partie de cette augmentation aux changements dans la façon dont la prévalence est mesurée , à la sensibilisation accrue à la maladie et aux changements dans les critères de diagnostic de l'autisme.

Selon Young Shin Kim , professeur agrégé de psychiatrie à l'Université de Californie à San Francisco, qui ne participait pas à l'étude, les rapports sur la prévalence de l'autisme dans le monde semblent converger entre 2 et 3%.

Les nouveaux taux coïncident avec ceux qui ont émergé d'une étude de prévalence de 2011 en Corée du Sud . Cette étude a montré qu'environ 2,64% des enfants d'un district scolaire sont autistes.

"Je pense que nous sommes en train de saturer", dit Kim, qui a dirigé cette étude. "Quelle que soit la méthode d'étude que vous utilisez, elle se stabilisera à ce moment-là."

Récente augmentation

Les nouveaux chiffres proviennent d'une enquête de santé représentative à l'échelle nationale de 30 502 enfants âgés de 3 à 17 ans à travers les États-Unis, dont 711 enfants autistes.

Statistiques stables : Selon les nouvelles données, il n'y a pas eu d'augmentation statistiquement significative de la prévalence de l'autisme entre 2014 et 2016. © Nigel Hawtin

Avant 2014, le questionnaire incluait l'autisme seulement comme une réponse possible à une question sur 10 autres problèmes de santé. L'entretien mis à jour aborde l'autisme dans une question autonome. Le nouveau sondage demande aux parents: «Est-ce qu'un médecin ou un professionnel de la santé vous a déjà dit que [votre enfant] avait de l'autisme, un syndrome d'Asperger, un trouble envahissant du développement ou un trouble du spectre autistique? »

La mention du syndrome d' Asperger et du trouble envahissant du développement - non spécifié ailleurs est également une première. Ces formes relativement légères d'autisme ont été intégrées à l'autisme dans l'édition actuelle du «Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux» ( DSM-5 ).

Peut-être à la suite de cette nouvelle question, la prévalence de l'autisme entre 2014 et 2016 a presque doublé par rapport à 2011-2013, passant de 1,25 à 2,47.

Les résultats d'une enquête CDC différente, publiée en 2016, ont abaissé la prévalence à 1,46% . Dans cette enquête, les experts ont passé en revue les dossiers médicaux et d'éducation spécialisée de 2012 de plus de 38 000 enfants, âgés de 8 ans, dans 11 États.

Conclusions prudentes

Bien que les chiffres pour les deux enquêtes semblent se stabiliser, le plateau (= stabilisation) pourrait être bref.

Les estimations basées sur les dossiers médicaux ont révélé des taux constants d'autisme en 2010 et 2012. Mais la même méthode a également montré un plateau entre 2000 et 2002, après quoi les taux ont encore augmenté, dit Maureen Durkin , professeur en sciences de la santé des populations et pédiatrie à l'Université du Wisconsin. Madison. Durkin dirige l'un des sites du CDC qui évalue la prévalence en utilisant des dossiers médicaux.

Bao convient que les dernières données sont insuffisantes pour être concluantes. "Nous avons vraiment besoin de plus de temps pour voir la tendance à long terme. Il est trop tôt pour dire que les taux se sont stabilisés ", dit-il.

La nouvelle étude et l'étude de Kim en Corée du Sud en 2011 ont toutes deux trouvé un sex/ratio similaire pour l'autisme: environ trois garçons pour chaque fille. Les estimations basées sur les dossiers médicaux indiquent un écart plus important: environ cinq garçons pour chaque fille. Les résultats suggèrent que les filles autistes sont parfois négligées, dit Kim.


Les références: 1 Xu G. et al. JAMA 319 , 81-82 (2018) PubMed

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal
L’affaire des « biens mal acquis »
Les Bongo au Gabon, les Sassou Nguesso au Congo-Brazzaville, les Obiang en Guinée équatoriale... Depuis 2007, la police et la justice enquêtent sur le patrimoine faramineux en France des familles de trois clans présidentiels africains qui règnent sans partage sur leur pays.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin

La sélection du Club

Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com