Réponse du cerveau aux visages annonce le développement social des personnes autistes

INSAR 2021. Balayage social : Mesurer l'activité cérébrale pendant que les personnes autistes regardent des visages pourrait aider les chercheurs à adapter les aides qui leur sont destinées.

spectrumnews.org Traduction de "Brain’s response to faces foretells social development in autistic people" par Laura Dattaro / 6 mai 2021

Une femme parle à son enfant dans un casque EEG © Avec l'aimable autorisation d'Emily Jones Une femme parle à son enfant dans un casque EEG © Avec l'aimable autorisation d'Emily Jones
Selon une étude inédite, une réponse cérébrale retardée à l'observation des visages peut prédire les retards de développement des compétences sociales chez les personnes autistes, ce qui suggère que cette réponse pourrait être utilisée comme biomarqueur de l'autisme.

Les chercheurs ont présenté virtuellement ces résultats aujourd'hui lors de la  réunion annuelle 2021 de l'International Society for Autism Research. (...).

Les caractéristiques de l'autisme variant considérablement, les chercheurs cherchent régulièrement des moyens de regrouper les participants à l'étude présentant des caractéristiques et des besoins de soutien similaires. De tels "biomarqueurs de stratification" pourraient permettre aux chercheurs de mieux cibler les thérapies ou de prévoir les réactions individuelles aux médicaments, explique Emily Jones, professeure de neurodéveloppement translationnel à Birkbeck, Université de Londres, au Royaume-Uni, qui a participé à l'étude.

"Les personnes autistes nous disent qu'elles ne veulent pas que nous changions leur personnalité ou la façon dont elles vivent leur autisme, mais il y a peut-être des choses plus spécifiques pour lesquelles elles veulent de l'aide", explique Emily Jones. "L'une des raisons pour lesquelles nous nous intéressons aux marqueurs de stratification est de trouver des marqueurs de ces choses pour lesquelles les personnes autistes veulent un soutien ou un traitement."

Un de ces biomarqueurs pourrait être une réponse cérébrale appelée "potentiel lié à l'événement N170", un pic d'activité électrique qui se produit environ 170 millisecondes après qu'une personne a vu un visage. Cette réponse est souvent retardée chez les personnes autistes par rapport aux personnes non autistes. Cette découverte est l'une des raisons pour lesquelles la Food and Drug Administration américaine envisage d'utiliser le N170 comme biomarqueur dans les essais cliniques.

Les retards dans la réponse au N170 pourraient aider à identifier les enfants qui bénéficieraient de plus d'aide pour développer des compétences sociales - comme jouer en groupe - qui sont importantes pour la qualité de vie, explique Jones.

"Nous trouvons des preuves cohérentes qu'il y a au moins quelque chose dans l'examen de ces mesures traditionnelles du cerveau social", dit Jones.

Modifier les réponses 

L'équipe de Jones a utilisé l'électroencéphalographie pour mesurer la réponse N170 chez 246 personnes autistes et 190 personnes non autistes âgées de 6 à 31 ans pendant qu'elles regardaient des images de visages. Les chercheurs ont également réalisé des images du cerveau des participants pendant la tâche à l'aide de l'imagerie par résonance magnétique fonctionnelle et ont demandé aux parents des participants de remplir un questionnaire d'évaluation des compétences sociales quotidiennes. Les participants, qui font partie du Longitudinal European Autism Project, ont répété les tests un à deux ans plus tard et ont également fourni des données génétiques.

En moyenne, les personnes autistes avaient plus de réponses retardées au test N170 que les personnes non autistes. Quel que soit le groupe, les personnes qui présentaient le plus de variantes génétiques liées à l'autisme avaient des réponses N170 plus lentes, et les personnes ayant des réponses plus lentes avaient une activité moindre dans le gyrus fusiforme, une partie du cerveau impliquée dans le traitement social.

Parmi les participants autistes, ceux qui avaient des réponses plus lentes au test N170 étaient moins susceptibles de montrer des progrès dans les compétences sociales lors de la deuxième évaluation que ceux qui avaient des réponses plus rapides. Après avoir regroupé les participants en fonction de leurs réponses neuronales, les chercheurs ont constaté qu'environ 10 % des autistes se retrouvaient dans un groupe présentant une réponse N170 lente et une faible amélioration des aptitudes sociales.

Ces travaux constituent un premier pas vers la transposition des résultats de la recherche en mesures cliniques utiles, selon Jones. Les chercheurs doivent reproduire les résultats dans des groupes plus importants et établir des lignes directrices pour déterminer quand un biomarqueur pourrait être mis en œuvre.

"Nous avons trouvé un moyen de poser ces questions", explique Jones. "Si nous attendons éternellement le signal parfait, alors nous ne rendons pas service aux gens non plus".

Lisez d'autres comptes rendus de la réunion annuelle de la Société internationale pour la recherche sur l'autisme de 2021.

Traductions

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.