Autisme 2021: des psychiatres et des conflits d'intérêts

La Fédération Française de Psychiatrie retire son attaque sur les conflits d'intérêts prétendus de Saïd Acef. Et pendant ce temps, des CMPP de Nouvelle-Aquitaine s'adaptent au changement.

J'ai eu l'occasion de parler de la campagne menée contre M. Saïd Acef, qui subit ces attaques des partisans de la psychanalyse depuis 2016.

Après avoir été directeur d'AURA 77 (association de parents) puis du CRA Ile-de-France, il a été conseiller pour l'autisme au cabinet de Ségolène Neuville de septembre 2014 à août 2016. Il a été nommé directeur de l'ARS Nouvelle Aquitaine délégué à l'autonomie, de septembre 2016 à décembre 2020, puis directeur adjoint du cabinet de Sophie Cluzel  depuis mars 2021. Il en a démissionné depuis.

Voir Autisme 2021: des plateformes, des psychologues, des intérêts et de la psychanalyse 

L'accusation de conflits d'intérêts était relancée du fait de l'activité professionnelle de son épouse, qui dirige Formavision. Cette entreprise propose des formations concernant l'autisme, bien entendu basées sur les recommandations de bonnes pratiques professionnelles de la HAS.

La Fédération Française de Psychiatrie s'y était mise dans un communiqué, mais elle a du rabattre son caquet. D'où ce communiqué.

ffp-12052021


Communiqué du 12 mai 2021

La Fédération Française de Psychiatrie a décidé de retirer son communiqué daté du 17 mars 2021 suite à la réponse apportée par Monsieur ACEF.

Celui-ci a ainsi indiqué que l’organisme FORMAVISION n’avait pas bénéficié de la moitié des sommes dévolues à la formation dans le médico-social pour toute la France, et rappelé à cette occasion que toutes les réponses aux questions soulevées par la Fédération Française de Psychiatriedans ce communiqué peuvent être trouvées en accès libre.

La Fédération Française de Psychiatrie réaffirme sa volonté d’une politique de transparence mais rappelle à l’occasion de ce communiqué n’avoir aucunement eu l’intention de nuire à Monsieur ACEF.

La Fédération Française de Psychiatrie rappelle que son seul et unique objectif a été de faire la lumière sur une interrogation qui a désormais obtenu réponse de la part de Monsieur ACEF.


Dont acte. Il fallait quand même n'avoir pas le sens des proportions pour croire qu'un organisme de 70 intervenants pouvait assumer la "moitié des sommes dévolues à la formation dans le médico-social pour toute la France" !

De l'adaptation des CMPP au changement

Cette campagne sur les prétendus conflits d'intérêts a été menée à l'occasion notamment de la volonté de l'ARS Nouvelle-Aquitaine de faire évoluer la pratique des CMPP.(centres médico-psycho-pédagogiques). Voir la lettre du directeur général de l'ARS Nouvelle-Aquitaine (pdf, 312.0 kB) Michel Laforcade, aux parlementaires (6 juillet 2020).

Un article d'Hospimedia du 2 juillet 2021 en donne des nouvelles en décrivant la façon dont l'APAJH de la Gironde a fait évoluer son offre de service.

Le site de l'APAJH 33 indique : "Les CMPP sont repositionnés comme plateforme ressource médico-sociale pour la prise en charge, notamment, des enfants avec des troubles neuro-développementaux favorisant toujours les interventions en milieu scolaire et en garantissant la technicité des interventions en conformité avec les recommandations de bonne pratique professionnelle de la Haute autorité de santé (HAS)." et présente la convention de coopération qui vient d'être signée avec l’Éducation Nationale.

Le directeur général de l'APAJH n'a pas caché à Hospimedia "que ce projet a dû affronter une levée de boucliers de la part des directions médicales de ses CMPP. "À l'époque, l'ARS Aquitaine a lancé un appel à projets pour des équipes diagnostic autisme de proximité (Edap). Nous avions répondu avec un CMPP mais ça ne marchait pas car nous n'avions pas les professionnels compétents." Cela a amené à créer des pôles spécialisés. Au départ, des professionnels spécialistes des troubles neuro-développementaux ont intégré le CMPP, mais il a fallu les délocaliser "pour apaiser les tensions entre les équipes".

Puis, en plus de la formation naturellement proposée aux équipes en place, la direction de l'association a recruté au fur et à mesure des départs des professionnels ayant une expertise dans les troubles neuro-développementaux. Aujourd'hui, par exemple, 3 directeurs médicaux sur 4 sont spécialistes des TND.

Une action soutenue compte tenu de la résistance - idéologique - au changement d’une partie des personnels des CMPP.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.