Jean Vinçot
Association Asperansa
Abonné·e de Mediapart

1354 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 juin 2021

À 47 ans, j'ai découvert que j'étais autiste - soudain, tant de choses ...

La vie des autres semblait toujours plus facile, mais il a fallu le diagnostic d'autisme de ma fille pour comprendre pourquoi

Jean Vinçot
Association Asperansa
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

theguardian.com Traduction de "'At 47, I discovered I am autistic – suddenly so many things made sense'" par Rachel Rowe - 19 octobre 2020

"À 47 ans, j'ai découvert que j'étais autiste - soudain, tant de choses avaient un sens"

Jusqu'à l'année dernière, je n'avais aucune idée que j'étais autiste. Je savais que j'étais différente et on m'avait toujours dit que j'étais "trop sensible". Mais je ne corresponds pas au stéréotype daté de Rain Man. Je suis PDG, je suis mariée, j'ai deux enfants. L'autisme est souvent un handicap caché.

D'autres personnes me faisaient croire que la vie était facile et sans effort, alors qu'avant mon diagnostic, j'opérais toujours avec un certain degré de confusion. J'ai pu accomplir beaucoup de choses et j'attribuais cela à la forte éthique de travail que j'ai héritée de mon père, mais maintenant je ne doute pas qu'il était lui aussi autiste.

J'ai gravi les échelons de ma carrière très rapidement. Mon esprit est toujours à des millions de kilomètres à l'heure et je n'ai pas vraiment d'interrupteur. Je dois à tout prix finir ce que je commence. Maintenant, je comprends que cela fait partie du fait d'être autiste. Einstein, Mozart, Michel-Ange, Steve Jobs, Bill Gates - tous ces surdoués sont, ou ont été, largement considérés comme faisant partie du spectre.

Je n'ai pas seulement travaillé dur, j'ai aussi fait beaucoup d'efforts pour jouer. J'ai utilisé des drogues récréatives pour me faciliter la tâche face aux défis de la communication sociale. J'ai toujours été une adepte des boites de nuit [clubber], et non des bars [pubber], parce que je ne pouvais pas faire de bavardage.

L'autisme se caractérise par un besoin de schémas répétitifs et de défis en matière de communication. À chaque interaction, verbale ou écrite, je passe par une liste de contrôle mentale : ma réponse est-elle appropriée ? Est-elle pertinente ? Est-ce quelque chose que je suis la seule à trouver intéressant ? Mon ton est-il approprié ? Essayer de suivre les règles sociales et de s'adapter à un monde alliste [non-autiste] est épuisant. Personne ne voit ce qui se passe dans ma tête.

Je dois travailler très dur sur les amitiés. Je suis bonne pour me faire des amis, mais pas pour les garder. Les malentendus dans la communication peuvent exploser assez rapidement. J'ai des attentes très élevées vis-à-vis de moi-même et des autres, et mes amis me disent que cela peut ressembler à une pression. Le compromis est que je suis fiable à 100%, très loyale et très amusante lorsque je me sens sociale. Les personnes autistes ont un taux de divorce élevé. Mon mari est une personne très calme et bien équilibrée, ce qui est un bon atout pour moi.

J'ai eu un burn-out à la fin de la vingtaine. Originaire d'Angleterre, j'ai passé un an en Inde à chercher des réponses, puis je suis partie vers le sud, en Australie. Ce n'est pas un hasard si j'ai déménagé à l'autre bout du monde pour essayer de trouver ma place, où je serais acceptée. Ma plus grande peur a été ce que j'ai toujours appelé "le grand seul". Même lorsque j'ai été dans des relations amoureuses, comme c'est le cas maintenant, il y a eu une terrible solitude dans le fait de ne pas comprendre pourquoi je ne suis pas comme les autres.

Rachel Rowe : "J'ai des attentes très élevées envers moi-même et les autres, et mes amis me disent que cela peut ressembler à de la pression. © Tonic Mag

C'est un moment de justice sociale pour les personnes autistes. Au cours des cinq ou dix dernières années, le concept de neurodiversité - l'idée que ces différences dans nos cerveaux doivent être reconnues - est devenu plus connu. Nous méritons l'égalité, le respect et la pleine intégration sociale.

L'autisme n'est pas seulement un diagnostic médical, il fait partie de nos identités, et quand les personnes autistes vous demandent de faire un effort supplémentaire pour apprendre et comprendre comment nous pensons différemment, nous ne demandons rien que nous n'ayons pas fait pour les personnes allistes toute notre vie.

Nous devons commencer à faire de la place pour les personnes neurodivergentes à l'école, au travail, dans la vie en général. Les autistes apportent avec eux un ensemble de compétences tout à fait nouvelles. Il est temps que la société apprenne à accepter nos différences plutôt que de nous obliger à les cacher.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Politique
À l’approche de « l’élection reine », le vote bousculé
Au fil des scrutins, il semble de plus en plus difficile d’y voir clair dans les comportements électoraux. Deux ouvrages s’attaquent au problème sur des bases simples : comprendre et réhabiliter les absents des urnes et ajouter la loupe des histoires individuelles.
par Mathilde Goanec
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française