Beaucoup de jeunes autistes se font du mal et en font à d'autres

Près d'un tiers des jeunes autistes se mettent en danger ou mettent d'autres personnes en danger au cours d'une période de trois mois donnée, selon une étude récente basée sur les réponses des parents.

spectrumnews.org Traduction de "Many young autistic people harm themselves, others"
par Tara Santora / 11 décembre 2019

 © Spectrum News © Spectrum News

Près d'un tiers des jeunes autistes se mettent en danger ou mettent d'autres personnes en danger au cours d'une période de trois mois donnée, selon une nouvelle étude 1. Et près d'un jeune sur quatre n'aura pas consulté un professionnel de la santé mentale au cours de cette période.

L'étude, qui portait sur des personnes autistes âgées de 3 à 25 ans, est basée sur une enquête auprès des parents.

Les chercheurs ont envoyé l'enquête à une vaste base de données de familles ayant des enfants autistes ; seulement 7 % (462 familles) l'ont complétée. Les résultats pourraient surestimer la prévalence de ces événements parce que les familles qui les ont vécus sont plus susceptibles d'y répondre, explique Luther Kalb, professeur adjoint de neuropsychologie au Kennedy Krieger Institute de Baltimore, Maryland, qui a dirigé l'analyse biostatistique.

Les chercheurs ont ajusté leur analyse pour tenir compte de ce biais. "C'est encore assez courant pour qu'on s'y attarde", dit Kalb.

Chez les enfants autistes de moins de 12 ans, les incidents ont tendance à être liés à l'automutilation et à l'errance ou à la fuite, selon les chercheurs. Chez les jeunes de 12 à 25 ans, les épisodes sont le plus souvent des agressions physiques et verbales, le plus souvent à l'endroit des parents.

Plus une personne autiste est jeune et plus sa qualité de vie est médiocre, comme l'a signalé un parent, plus elle est susceptible d'avoir un de ces incidents. Une mauvaise maîtrise du langage et le fait d'avoir une mère déprimée augmentent également les risques qu'un enfant soit victime d'un incident.

Les résultats ont été publiés en octobre dans Autism Research.

Le travail peut aider les parents et les cliniciens à élaborer des plans pour prévenir et gérer les comportements dangereux chez les enfants autistes. "Nous pouvons commencer à identifier les populations qui pourraient avoir besoin de plus d'intervention que les autres ", dit Kalb.

Références:

  1. Vasa R.A. et al. Autism Res. Epub ahead of print (2019) PubMed

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.