Nerfs contrôlant la fréquence cardiaque perturbés chez les adultes autistes

Les adultes autistes ont un rythme cardiaque au repos qui varie rarement en fréquence, une tendance qui peut expliquer certains aspects de la condition, selon une nouvelle étude. Les cliniciens pourraient utiliser la fréquence cardiaque pour suivre les effets des thérapies de l'autisme.

 spectrumnews.org  Traduction de "Nerves that control heart rate may be offbeat in autistic adults"

Les nerfs qui contrôlent la fréquence cardiaque peuvent être perturbés chez les adultes autistes
par Jessica Wright / 17 mai 2019

Les adultes autistes ont un rythme cardiaque au repos qui varie rarement en fréquence, une tendance qui peut expliquer certains aspects de la condition, selon une nouvelle étude 1.

Skies / Cieux © Luna TMG Skies / Cieux © Luna TMG

Devant la pénurie de cœurs (et encore plus de nerfs) dans les photos de Luna TMG, et ne voulant pas abuser encore des photos de chats, j'en profite pour choisir une belle photo sans rapport particulier.

Les résultats suggèrent également l'existence d'un problème dans le système nerveux " autonome " de ces adultes, qui contrôle les fonctions involontaires telles que la fréquence cardiaque et la respiration.

Chez la plupart des gens, l'intervalle entre les battements cardiaques varie, même au repos. Cette inégalité est le signe que le système est flexible et qu'il peut s'adapter facilement aux changements de l'environnement, y compris les nouveaux stimuli sociaux.

Selon certaines études, les enfants autistes ne présentent pas cette variabilité. Le nouveau travail indique que le problème persiste à l'âge adulte.

Si le travail se confirme, les cliniciens pourraient utiliser la fréquence cardiaque pour suivre les effets des thérapies de l'autisme, affirme Adam Guastella, chercheur principal et professeur en santé mentale des enfants et des adolescents à l'Université de Sydney en Australie.

"La variabilité de la fréquence cardiaque est une mesure très simple à recueillir ; elle est sûre et tolérable ", dit-il. "[Elle] peut potentiellement être recueillie sur un grand nombre de personnes."

Les résultats peuvent aussi aider à expliquer certains traits de l'autisme : Selon Amy Vaughan Van Hecke, professeure agrégée de psychologie à l'Université Marquette de Milwaukee (Wisconsin), qui n'a pas participé à l'étude, le système nerveux autonome contrôle la réponse d'une personne aux stimuli sociaux, de sorte que les problèmes du système pourraient être à l'origine des difficultés sociales des personnes autistes.

"Souvent, nous nous précipitons sur l'activité cérébrale et oublions qu'il y a tout ce système qui sert de base à notre fonctionnement", dit Van Hecke. "C'est très important d'y penser dans l'autisme."

Les résultats peuvent aussi aider à expliquer pourquoi les personnes autistes ont tendance à avoir des problèmes cardiaques qui peuvent mener à une mort prématurée.

Entre les battements

Guastella et ses collègues ont mesuré le rythme cardiaque de 55 personnes autistes et de 55 témoins, âgés de 16 à 41 ans, pendant cinq minutes en position assise. Ils ont également mesuré les intervalles entre les battements. (Les participants n'avaient aucun problème cardiaque connu et ne prenaient aucun médicament pour le cœur.)

Les chercheurs ont constaté que les participants autistes présentent moins de variabilité dans les intervalles entre les battements cardiaques que les témoins ; ils ont également une fréquence cardiaque de base plus élevée.

Les résultats montrent qu'une diminution de la variabilité de la fréquence cardiaque n'est pas propre aux enfants, affirme Michelle Patriquin, professeure adjointe de psychiatrie et de sciences du comportement au Baylor College of Medicine à Houston, Texas, qui n'a pas participé à l'étude.

Environ la moitié des personnes autistes prenaient des médicaments comme des antidépresseurs et des antipsychotiques. Mais en tant que groupe, ces participants n'ont montré aucune différence par rapport aux autres personnes autistes en ce qui concerne la variabilité de la fréquence cardiaque. Néanmoins, l'étude n'était pas assez vaste pour déterminer si un médicament en particulier a un effet, dit M. Guastella.

Test de l'anxiété

Le diagnostic d'un autre trouble, comme le trouble déficitaire de l'attention avec hyperactivité, n'a pas non plus eu d'impact sur la variabilité de la fréquence cardiaque des participants autistes.

Cependant, on sait que l'anxiété affecte le système nerveux autonome, note Van Hecke. Une étude plus vaste pourrait porter sur la question de savoir si l'anxiété est à l'origine de la diminution de la variabilité de la fréquence cardiaque des personnes autistes, dit-elle.

Il serait également intéressant d'examiner si le système nerveux autonome contribue aux traits de l'autisme, affirme Jacek Kolacz, neuropsychologue du Kinsey Institute à Bloomington, en Indiana, qui n'a pas participé à cette étude.

"Il existe de nombreuses preuves que la fonction autonome est intimement liée à toute une gamme de problèmes physiques et psychologiques ", dit Kolacz. "Certaines des caractéristiques communes de l'autisme peuvent être affectées par une fonction autonome atypique."

Certaines zones du cerveau - dont l'amygdale, un centre d'émotions - aident à réguler le système nerveux autonome. L'équipe de Guastella scanne le cerveau de personnes autistes pour trouver des connexions entre ces régions et la fréquence cardiaque.

Références:

  1. Thapa R. et al. Autism Res. Epub ahead of print (2019) PubMed
    Les problèmes cardiaques sont la première cause de décès prématurés dans l'autisme.

Décès prématurés dans l'autisme © adapté de Spectrum News Décès prématurés dans l'autisme © adapté de Spectrum News

Les

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.