La réponse du cerveau aux traits du visage est plus lente chez les personnes autistes

Les réponses du cerveau des personnes autistes aux caractéristiques faciales individuelles sont plus lentes que celles des personnes non autistes.

spectrumnews.org Traduction de "Brain response to facial features may lag in autistic people" par Laura Dattaro / 13 janvier 2021

La réponse du cerveau aux traits du visage peut être plus lente chez les personnes autistes

Stimulants faciaux affichant des émotions neutres et sites d'enregistrement d'électrodes EEG. Une réponse du cerveau qui indique que la reconnaissance faciale est retardée lorsque les personnes autistes sont amenées à regarder le nez, les yeux ou la bouche. © Spectrum News Stimulants faciaux affichant des émotions neutres et sites d'enregistrement d'électrodes EEG. Une réponse du cerveau qui indique que la reconnaissance faciale est retardée lorsque les personnes autistes sont amenées à regarder le nez, les yeux ou la bouche. © Spectrum News
Selon une petite étude non publiée, les réponses du cerveau des personnes autistes aux caractéristiques faciales individuelles sont plus lentes que celles des personnes non autistes.

Les chercheurs ont présenté les résultats de cette étude virtuellement aujourd'hui, à l'occasion de la conférence Global Connectome de la Society for Neuroscience 2021. (Les liens vers les résumés ne peuvent fonctionner que pour les participants inscrits à la conférence).

Environ 170 millisecondes après qu'une personne a vu le visage d'une autre personne, l'activité électrique monte en flèche dans le cerveau. Cette réaction, connue sous le nom de potentiel lié à l'événement N170, marquerait le moment où le cerveau distingue deux visages, ou un visage et un objet ; elle est souvent retardée chez les personnes autistes. La Food and Drug Administration américaine considère la réponse N170 comme un biomarqueur pour des sous-groupes de personnes autistes.

La plupart des recherches ont exploré la réponse du cerveau à l'ensemble du visage ou à des caractéristiques isolées. Certaines recherches suggèrent que les personnes autistes se concentrent souvent sur des parties du visage différentes de celles des personnes non autistes. Dans ces nouveaux travaux, les chercheurs ont utilisé une technique novatrice pour examiner l'activité cérébrale en réponse à des caractéristiques faciales individuelles dans le contexte d'un visage entier.

"Je pense qu'il n'y a pas eu assez de travail pour voir comment les différents schémas de fixation affectent et sont liés aux N170s qui sont suscités", dit Shashwat Kala, un étudiant en médecine dans le laboratoire de James McPartland à l'Université de Yale, qui a présenté le travail.

Regardez ici

L'équipe a utilisé l'électroencéphalographie pour mesurer le N170 chez 8 adultes autistes et 17 adultes non autistes. Ils ont montré aux participants un écran gris avec un signe plus noir où se trouvait le nez, la bouche, l'œil droit ou l'œil gauche d'une personne s'il y avait un visage à cet endroit. Ils ont affiché l'image d'un visage immédiatement après, en incitant les participants à regarder un trait de visage spécifique. (Ils ont également montré aux participants des images de maisons, mais ces données n'ont pas été incluses dans cette étude).

L'observation des yeux a confirmé que les participants ont dirigé leur attention sur les caractéristiques sur lesquelles ils ont été invités à se concentrer. Et pour les quatre caractéristiques faciales, le cerveau des personnes autistes a réagi environ 20 millisecondes plus tard que celui des personnes non autistes, a constaté l'équipe.

Les latences N170 pour les adultes autistes et non autistes (en millisecondes)

Pour toutes les caractéristiques faciales, les réponses N170 des adultes autistes se produisent plus tard que celles des adultes non autistes, ont constaté les chercheurs. Il n'y avait pas de différences significatives entre les caractéristiques faciales.

 © adapté de Spectrum News © adapté de Spectrum News

Les participants ont également répondu à trois enquêtes qui mesurent les traits autistiques autodéclarés : le Quotient du spectre autistique, le Questionnaire sur le phénotype général de l'autisme et l'Échelle de réponse sociale [Autism Spectrum Quotient, Broad Autism Phenotype Questionnaire, Social Responsiveness Scale].

Les scores élevés obtenus pour ces trois mesures étaient principalement liés aux réponses tardives N170 au regard de l'œil gauche. Cependant, la taille de l'échantillon étant très réduite, les associations sont préliminaires, explique M. Kala. L'équipe espère élargir la taille de son échantillon dès que les restrictions liées à la pandémie le permettront.

Une meilleure compréhension de la corrélation entre la réponse N170 et les caractéristiques de l'autisme pourrait rendre son utilisation comme biomarqueur plus efficace, explique M. Kala. "Même nuancées, de légères différences dans les associations sont particulièrement importantes si vous pensez à quelque chose comme un biomarqueur de stratification".

Pour en savoir plus, consultez les rapports du Society for Neuroscience Global Connectome 2021.


Traduction d'articles sur le Global Connectome de la Society for Neuroscience 2021

Sur l'eye tracking

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.