L'apprentissage peut entraîner une inattention sociale chez les enfants autistes

Les enfants autistes excellent dans l'absorption d'informations provenant d'objets, tels que les fractales, plutôt que d'apporter leur attention sur des stimuli sociaux (visages). Les résultats permettent "de réfléchir à ce qui peut être spécifique à l'autisme par rapport à d'autres conditions de développement"

spectrumnews.org Traduction de "Altered learning may drive social inattention in autistic children"par Angie Voyles Askham / 18 juin 2020

L'altération de l'apprentissage peut entraîner une inattention sociale chez les enfants autistes

Deux images fractales côte à côte : Les enfants autistes excellent dans l'absorption d'informations provenant d'objets, tels que les fractales. © Avec l'aimable autorisation de Quan Wang Deux images fractales côte à côte : Les enfants autistes excellent dans l'absorption d'informations provenant d'objets, tels que les fractales. © Avec l'aimable autorisation de Quan Wang
Les enfants autistes ont du mal à apprendre que les visages transmettent des informations, mais ils excellent à apprendre que certains objets le font, selon une nouvelle étude 1. Cette découverte pourrait expliquer pourquoi les personnes autistes ont tendance à manquer les repères sociaux.

Les personnes autistes préfèrent souvent regarder des objets plutôt que des stimuli sociaux, tels que les visages 2. Cette nouvelle étude est la première à suggérer une raison à cela : les enfants autistes peuvent avoir du mal à déterminer quels sont les stimuli sociaux de leur environnement qui méritent une attention particulière et ceux qu'ils peuvent ignorer.

Le monde bombarde le cerveau avec plus d'informations visuelles qu'il ne peut en traiter. La plupart des gens apprennent par expérience à prêter attention à certaines choses plutôt qu'à d'autres, un processus appelé "apprentissage des compétences" [value learning *]. Par exemple, les bébés en développement apprennent généralement que le visage de leurs parents a tendance à fournir des informations plus précieuses que celui d'un étranger, qui, à son tour, a tendance à fournir des informations plus précieuses qu'un objet. L'apprentissage des compétences est essentiel pour les interactions sociales.

La nouvelle étude suggère que les capacités d'apprentissage des compétences des enfants autistes diffèrent de celles de leurs camarades typiques. Ces différences pourraient expliquer pourquoi de nombreuses personnes autistes n'apprennent pas à donner la priorité à l'examen des stimuli sociaux, explique la chercheuse principale, Katarzyna Chawarska, professeure de pédopsychiatrie à l'université de Yale.

Valoriser l'apprentissage

L'équipe de Katarzyna Chawarska a comparé l'apprentissage des compétences chez 48 enfants autistes, 31 enfants présentant un retard de développement et 36 enfants typiques, tous âgés de 1 à 6 ans. Ils ont utilisé un oculomètre pour suivre le regard des enfants lorsqu'ils regardaient des paires d'images - deux visages sans expression ou deux formes abstraites appelées fractales - sur un écran.

Tous les enfants ont passé le même temps à regarder chaque image de l'une ou l'autre paire, ce qui suggère qu'ils n'avaient pas de préférence initiale pour un visage ou une fractale par rapport à l'autre.

Les enfants ont ensuite regardé les quatre mêmes images une par une, mais cette fois-ci, un des visages a souri et une des fractales a tourné lorsqu'on l'a regardée - imprégnant cette image de nouvelles informations.

Pour évaluer si les enfants ont enregistré les nouvelles informations, les chercheurs leur ont ensuite montré les paires d'images originales côte à côte et ont mesuré s'ils montraient une préférence pour l'image qui avait précédemment bougé.

Les enfants typiques et les enfants en retard de développement ont passé, en moyenne, plus de temps à regarder le visage qui avait souri qu'à regarder le visage statique. Ils n'ont montré aucune préférence pour la fractale qui avait tourné par rapport à la fractale statique.

Les enfants autistes, en tant que groupe, ont montré l'effet inverse : Ils ont passé plus de temps à regarder la fractale qui avait tourné qu'à la fractale statique et n'avaient aucune préférence pour un visage par rapport à l'autre. Une meilleure valorisation des fractales par rapport aux visages était corrélée à des traits d'autisme plus sévères.

Les résultats suggèrent que les enfants autistes excellent dans l'absorption de nouvelles informations sur les fractales, mais qu'ils ont des difficultés lorsque ces nouvelles informations proviennent d'un visage.

L'étude permet de mieux comprendre comment les enfants autistes apprennent, explique Evdokia Anagnostou, professeure de pédiatrie à l'université de Toronto au Canada, qui n'a pas participé à l'étude. Tous les enfants autistes ne présentent pas les mêmes différences dans l'apprentissage des compétences. Mais les résultats nous permettent "de réfléchir à ce qui peut être spécifique à l'autisme par rapport à d'autres conditions de développement", dit-elle.

Développer les préférences

On ne sait pas encore très bien comment ces différences dans l'apprentissage des compétences apparaissent au départ. Une théorie est que, pour certaines personnes autistes, le cerveau ne traite pas les stimuli sociaux aussi facilement qu'il traite les stimuli non sociaux. Par conséquent, les personnes autistes peuvent éviter de regarder les stimuli sociaux dès leur plus jeune âge.

Le processus s'auto-renforce, explique Thomas Frazier, professeur de psychologie à l'université John Carroll de Cleveland, dans l'Ohio. En évitant les stimuli sociaux, les personnes autistes peuvent avoir du mal à apprendre à valoriser les informations sociales. S'ils ne valorisent pas l'information sociale, ils sont moins susceptibles de rechercher des stimuli sociaux dans leur environnement.

Par ailleurs, les personnes autistes peuvent être nées avec une propension à apprendre des objets. Si les personnes autistes préfèrent utiliser leurs ressources cognitives pour se concentrer sur des stimuli non sociaux, leur cerveau peut se développer d'une manière qui laisse peu de place pour traiter les stimuli sociaux, explique M. Chawarska.

Pour confirmer l'une de ces théories, il faudra examiner comment même les jeunes enfants autistes et non autistes apprennent les stimuli sociaux. À cette fin, Mme Chawarska et ses collègues étudient comment l'apprentissage des compétences se fait chez les bébés, dans le but de découvrir quand et comment ces différences de traitement apparaissent pour la première fois.

Références:

  1. Wang Q. et al. JAMA Netw. Open 3, e204928 (2020) PubMed
  2. Chawarska K. et al. Child Dev. 87, 543-557 (2016) PubMed

* NDT : j'ai choisi de traduire value learning par "apprentissage des compétences", et non "apprentissage des valeurs". En effet, l'apprentissage des valeurs renvoie à un texte du Dalaï Lama ou à l'apprentissage des valeurs québécoises imposé aux migrants.

Définition de value learning (traduction) : L'apprentissage des valeurs est un processus complexe d'acquisition de valeurs personnelles en tant qu'objectifs et principes de motivation qui guident le comportement (Schwartz 1992). Les valeurs s'acquièrent au cours du processus de socialisation et représentent des caractéristiques personnelles plus ou moins stables. L'apprentissage des valeurs est influencé par un large éventail de facteurs (contexte familial et scolaire, pairs et amis, et expérience personnelle).

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.