Une nouvelle référence pour l'échelle de l'autisme aiderait à évaluer les thérapies

Un changement significatif : Une amélioration d'environ 4,5 points sur l'échelle d'évaluation de l'autisme infantile (Childhood Autism Rating Scale) est considérée comme cliniquement significative, selon les experts.

spectrumnews.org Traduction de "New benchmark for autism scale may help gauge therapies"

Une nouvelle référence pour l'échelle de l'autisme pourrait aider à évaluer les thérapies 
par Chloe Williams / 18 mai 2021

Diagnostic Précoce d'un enfant autiste par le Dr Eric Lemonnier et son équipe © Dragon Bleu
Des chercheurs ont défini un changement de score d'environ 4,5 points sur une échelle d'évaluation de l'autisme très utilisée comme une marque d'amélioration significative - une mesure qui pourrait aider les scientifiques à évaluer l'efficacité des traitements de l'autisme dans les essais cliniques.

L'absence d'outils solides ou de consensus sur ce qui constitue une amélioration cliniquement significative a entravé le développement de médicaments destinés à traiter les caractéristiques essentielles de l'autisme.

Pour résoudre ce problème, les chercheurs ont cherché à définir un niveau minimum d'amélioration cliniquement significative sur l'échelle d'évaluation de l'autisme infantile (CARS). Les cliniciens utilisent cette échelle de 60 points pour évaluer la gravité des traits d'une personne autiste, comme la capacité à communiquer avec les autres ou à s'adapter au changement. Ce test largement utilisé est adapté à une large tranche d'âge, a été traduit en plusieurs langues et est relativement rapide et facile à administrer.

Pour établir la valeur minimale, les chercheurs ont utilisé un processus appelé " élicitation des connaissances des experts ", dans lequel un statisticien collabore avec des experts au cours d'un atelier pour convertir leurs opinions en une gamme de valeurs et de probabilités. Cette approche est le plus souvent utilisée lorsque les chercheurs ne disposent pas de suffisamment de données pour répondre directement à une question.

"L'idée est vraiment de traduire des connaissances qualitatives en un modèle statistique", explique Lucie Jurek, psychiatre pour enfants et adolescents à l'hôpital Le Vinatier de Bron, en France, qui a codirigé les travaux.

L'avis des experts

Avant l'atelier, les experts - cinq chercheurs et cliniciens spécialistes de l'autisme originaires de quatre pays - ont suivi une formation de remise à niveau sur le CARS et ont suivi un cours en ligne sur le processus d'élicitation d'experts. Ils ont également lu un résumé des résultats de quatre essais cliniques antérieurs qui avaient utilisé le CARS de manière ad hoc pour évaluer l'efficacité d'un traitement de l'autisme.

Les experts se sont ensuite réunis pour l'atelier d'une journée avec deux animateurs - l'un qui a guidé l'atelier et l'autre qui a utilisé un logiciel statistique. L'un des animateurs a demandé à chaque expert de noter ce qui, selon lui, représentait l'amélioration minimale cliniquement significative du score CARS d'une personne, quel que soit son âge et la gravité de ses traits. Au lieu de deviner un seul chiffre, les experts ont été invités à fournir les valeurs plausibles les plus basses et les plus hautes, ainsi qu'une médiane probable.

Les experts ont ensuite partagé leurs réponses, discuté de leurs différences et se sont mis d'accord sur la fourchette et la médiane plausibles. Le responsable du logiciel a créé un modèle sur la base des réponses et l'a ajusté jusqu'à ce que les experts estiment qu'il représente fidèlement leurs convictions.

Le modèle qui en résulte suggère qu'en moyenne, les cliniciens considèrent qu'une amélioration minimale d'environ 4 points sur le CARS constitue un changement significatif, ont rapporté les chercheurs en avril dans "European Child and Adolescent Psychiatry." Toutefois, compte tenu de l'incertitude inhérente au processus d'élicitation, une amélioration de 4,5 points pourrait être un point de référence plus approprié, précisent-ils.

Ces résultats concordent avec ceux d'essais cliniques antérieurs, dans lesquels les chercheurs considéraient qu'une amélioration significative se situait entre 4 et 8 points. Le résultat du processus d'élicitation peut se situer dans la partie inférieure de cette fourchette, car les chercheurs cherchaient à définir le changement minimal cliniquement significatif.

À l'avenir, les scientifiques pourraient utiliser le CARS aux côtés d'autres mesures de résultats dans les essais cliniques, affirment les chercheurs.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.