Retard de langage : thérapie pour améliorer le langage chez les enfants autistes

Dans le traitement par réponses pivots (PRT), les parents trouvent des moyens d’encourager l’enfant à parler pendant les séances de jeu.

spectrumnews.org

 Traduction par lulamae "Therapy improves speech in autistic children with language delay"

Une thérapie pour améliorer le langage chez les enfants autistes avec retard du langage

Par Nicholette Zeliadt  /  12 Septembre 2019

Baby Prune © Luna TMG Baby Prune © Luna TMG

Une thérapie comportementale du nom de traitement par réponses pivots (PRT) stimule les habiletés à communiquer des enfants autistes qui ont un retard du langage, mieux que ne le font les thérapies du langage ou de l’autisme habituelles, comme l’indique une petite étude. (1)            

Les thérapeutes utilisant le PRT mettent en œuvre des stratégies variées pour motiver les enfants à parler pendant le jeu. Par exemple, ils vont nommer un jouet auquel l’enfant a prêté son attention, mais ne le lui donneront que si l’enfant le demande alors par son nom. Ils enseignent aussi aux parents à utiliser des stratégies semblables dans leurs routines quotidiennes.

Il a été démontré que ce traitement améliore les habiletés à communiquer et atténuent les caractéristiques autistiques quand les thérapeutes le mettent en œuvre. (2) Il est également efficace lorsque des parents qui y sont formés l’exercent. (3) Cette nouvelle étude examine son efficacité lorsque les parents et les thérapeutes sont impliqués conjointement, ainsi que les inventeurs de cette thérapie l’ont prévu.

Nous disposons encore de peu d’informations sur les effets d’une combinaison entre le traitement PRT administré par les cliniciens et la formation parentale dans le cadre d’un essai contrôlé », précise la co-chercheuse Grace Gengoux, professeure associée de psychiatrie et de sciences du comportement à l’Université de Stanford en Californie.

Grace Gengoux et ses collègues ont constaté que 23 enfants autistes qui avaient bénéficié du PRT pendant six mois prononçaient plus de mots et interagissaient avec leurs parents davantage que ne le faisaient les sujets contrôles. Les résultats sont parus le 6 août dans la revue Pediatrics.

Les changements au sein de l’interaction parents-enfant sont incroyablement importants, » parce qu’ils peuvent contribuer à ce que l’enfant acquière encore plus de capacités avec le temps, annonce Brooke Ingersoll, professeure associée de psychologie à l’Université de l’Etat du Michigan à East Lansing, qui n’était pas impliquée dans l’étude. « Avec le temps, vous verrez tellement de nouvelles occasions pour que l’enfant mette en œuvre ses capacités, et cela mènera à des changements plus importants. »

Jeu parental

Grace Gengoux et son équipe ont commencé avec 48 enfants âgés de 2 à 5 ans, avec un retard de langage ; 24 de ces enfants suivaient un PRT, et l’autre moitié étaient des contrôles qui pouvaient choisir de suivre un PRT après la fin de l’étude. (Ils ont dû retirer un enfant dans le groupe du traitement et quatre contrôles de leur analyse.) La plupart des enfants dans les deux groupes avaient également une moyenne de huit heures par semaine de thérapie standard appelée ABA (applied behavior analysis – analyse comportementale appliquée), et pratiquement tous avaient une thérapie du langage.

Les thérapeutes venaient appliquer le traitement à domicile dix heures par semaine durant les trois premiers mois, et cinq heures chaque semaine ensuite. Ils formaient aussi les parents à utiliser les stratégies du PRT à la maison.

Au début et à la fin de l’étude, les chercheurs ont réalisé des vidéos de 10 mn montrant les parents qui jouaient avec les enfants, en les persuadant de communiquer. Ils pointaient le nombre de fois où chaque enfant parlaient pendant ces séances. Ils évaluaient la gravité des traits autistiques en utilisant une échelle standard et évaluaient leurs habiletés de communication sociale. (Les chercheurs ne savaient pas quels enfants avaient eu le PRT.) Les parents évaluaient également les capacités de langage et de comportement social de leur enfant.

Prendre la parole

Les enfants de chaque groupe prononçaient en moyenne 50 mots au début de l’étude. A la fin, ceux qui avaient eu le traitement PRT atteignaient une moyenne de 71 mots ; ce chiffre ne changeait pas pour les contrôles. Le traitement atténuait la gravité des traits autistiques qui restait liée aux autres traitements.

L’évaluation de gravité réalisée par les chercheurs indique que le traitement réduit les difficultés de communication sociale, et les rapports des parents signalent qu’il renforce le vocabulaire des enfants. Toutefois, le PRT ne semble pas améliorer la sociabilité, la communication, la cognition ou le développement moteur plus que les thérapies conventionnelles ne le font.

“Ils n’ont pas vu en tous cas toutes ces généralisations », déclare Aubyn Stahmer, directrice de la recherche de traitement centrée sur la communauté au MIND Institute de l’Université de Californie, à Davis, qui n’était pas impliquée dans l’étude. Elle ajoute que les améliorations relevées dans les autres gammes de compétences peuvent toutefois survenir après une longue période.

En vue de rechercher des améliorations sur la durée, Grace Gengoux et ses collègues prévoient de ré-évaluer tous les enfants du groupe PRT après six mois. Ils ont également entrepris de scanner les cerveaux d’un groupe d’enfants en cours de traitement PRT pour essayer d’identifier les structures ou les schémas d’activité qui prédisent la réponse au traitement ou qui changent en réponse à celui-ci.

Références :

  1. Gengoux G.W. et al. Pediatrics 144, e20190178 (2019) PubMed
  2. Mohammadzaheri F. et al. J. Autism Dev. Disord. 44, 2769-2777 (2014) PubMed
  3. Hardan A.Y. et al. J. Child Psychol. Psychiatry 56, 884-892 (2015) PubMed

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.