Jean Vinçot
Association Asperansa
Abonné·e de Mediapart

1418 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 mai 2022

Publication d'un nouvel ensemble de données sur les personnes autistes peu verbales

Classification des sons : Les vocalisations associées à la frustration sont systématiquement plus longues que celles associées aux demandes, qui présentent une plus grande complexité linguistique.

Jean Vinçot
Association Asperansa
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

spectrumnews.org Traduction de "Researchers publish new dataset on minimally verbal autistic people"

Des chercheurs publient un nouvel ensemble de données sur les personnes autistes peu verbales


par Shelby Grebbin / 18 mai 2022

© Victor / Adobe Stock

Parmi les personnes autistes qui sont minimalement verbales, celles qui ont le plus de mots prononcés utilisent des sons qui apparaissent généralement plus tard dans le développement, comme le " l ", selon une analyse non publiée. Cette découverte soutient l'idée que la diversité des sons s'accroît avec le développement des mots.

Les travaux s'appuient sur les données du premier référentiel de ces sons, qui comprend 7 077 vocalisations de huit personnes autistes minimalement verbales, recueillies longitudinalement sur une période de 4 à 64 semaines.

Les chercheurs ont présenté leurs résultats lors de la réunion annuelle 2022 de l'International Society for Autism Research la semaine dernière. (...)

Les consonnes à développement précoce telles que "m" et "h" sont bien représentées dans les échantillons du nouveau dépôt, alors que d'autres sons précoces courants, tels que "b", "p" et "n", ne le sont pas.

"Nous avons encore beaucoup d'échantillons à examiner, mais il pourrait y avoir des changements fondamentaux dans le développement de ce groupe qui diffèrent du développement typique", explique Kristina Johnson, chercheuse affiliée au groupe de recherche sur l'informatique affective du Massachusetts Institute of Technology (MIT) à Cambridge.

Les vocalisations et les voyelles associées aux expressions de frustration sont systématiquement plus longues que celles associées à une demande, ce qui suggère l'existence de différences quantifiables entre les types de vocalisations. Les vocalisations de demande, telles que la demande d'une tablette ou de nourriture, semblent également présenter une plus grande complexité linguistique.

"Les personnes [minimalement verbales] communiquent par de nombreux moyens différents, y compris les gestes, le langage des signes, la communication améliorée, les cartes illustrées et bien d'autres méthodes", explique Johnson. "Cependant, les vocalisations non verbales comme 'mmm', 'uh' ou 'ah ! ah ! ah!' sont l'une des méthodes de communication les plus organiques et universelles."

Les personnes ayant peu ou pas de mots parlés produisent une gamme de phonèmes, ou unités de sons, qui peuvent servir de marqueurs de développement ou de cibles d'intervention, indiquent les chercheurs. Bien qu'il existe de multiples définitions du terme "minimalement verbal", le laboratoire de Johnson utilise ce terme pour décrire les personnes qui parlent moins de 20 mots.

"Notre objectif est de développer ces répertoires de consonnes à terme pour ces personnes", explique Johnson. "Et je pense que le langage est une métrique tellement incroyable pour cette population, car le langage développemental des personnes au développement typique est si bien étudié."

En 2020, Johnson et Jaya Narain, qui était alors assistante de recherche diplômée au MIT, ont créé Commalla, un système permettant de recueillir, d'étiqueter, de classer et de traduire les vocalisations non vocales des personnes peu verbales.

Le système capte les vocalisations à domicile grâce à un microphone porté sur le revers de la veste et invite les soignants à les classer en temps réel comme "ravies", "dysrégulées", "frustrées", "sociales", "demande" ou "auto-paroles", ainsi que des étiquettes personnalisées.

"C'est vraiment passionnant parce que la parole utilisée dans ces analyses n'était pas guidée ou basée sur l'imitation comme le sont les évaluations motrices traditionnelles, mais plutôt recueillie à partir d'une communication naturelle", explique Amanda O'Brien, étudiante diplômée de l'université de Harvard, qui a mené l'étude.

"L'un des plus grands défis à relever pour comprendre les différences motrices potentielles chez les personnes dont le langage expressif est limité est qu'historiquement, la seule façon fiable de quantifier ces différences était de procéder à diverses évaluations basées sur la répétition ou l'imitation, ce qui peut être difficile à réaliser pour cette population", explique Amanda O'Brien.

Une étude de cas pilote distincte - présentée à INSAR par Thomas Quatieri du MIT - a utilisé l'ensemble de données Commalla pour analyser les expressions de dysrégulation, de demande et de plaisir d'un autiste de 19 ans au langage minimal.

L'équipe a pour objectif final de former des modèles d'apprentissage automatique pour reconnaître automatiquement les vocalisations, ce que Mme Johnson a démontré en utilisant un extrait audio de son fils, qui est autiste et peu verbal.

"Ce qui se passe essentiellement, c'est que pendant l'entraînement du modèle, celui-ci recherche des modèles dans les caractéristiques extraites qui sont cohérents avec les étiquettes données", explique Narain. "Et ensuite, nous évaluons le modèle en testant sa capacité à classer des données qu'il n'a pas vues pendant cette phase d'entraînement."

Avec plus de données, les chercheurs disent qu'ils veulent voir si les personnes minimalement verbales partagent des points communs en matière de développement.

"Je pense que nous pourrions commencer à trouver des points communs chez une centaine d'individus seulement", déclare Johnson.

Lire d'autres comptes rendus de la réunion annuelle 2022 de l'International Society for Autism Research.

Citer cet article : https://doi.org/10.53053/MZZI5528

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — Culture-Idées
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof
Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida
Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef