Les comportements répétitifs vont et viennent chez les jeunes autistes

Rituels de réconfort : Les enfants et adolescents autistes utilisent certains comportements restreints et répétitifs pour réguler leurs émotions. Les thérapies ciblant la régulation émotionnelle peuvent donc être plus bénéfiques que les thérapies ciblant des comportements spécifiques.

spectrumnews.org Traduction de "Repetitive behaviors wax and wane among autistic youth" par Peter Hess / 20 septembre 2021

Selon deux nouvelles études, certains types de comportements restreints et répétitifs deviennent plus fréquents chez les enfants et les adolescents autistes avec le temps, en fonction de leur âge et de leurs capacités intellectuelles, tandis que d'autres diminuent.

Les résultats apportent un nouveau soutien à l'argument selon lequel les comportements restreints et répétitifs - un trait diagnostique fondamental qui inclut les mouvements répétitifs, l'insistance sur la similitude, les sensibilités sensorielles et les intérêts restreints - sont trop diversifiés pour être mis dans le même panier.

"Il s'agit d'un domaine comportemental complexe qui comprend plusieurs sous-domaines différents ayant probablement des causes différentes et pouvant répondre à des traitements différents", explique Mirko Uljarević, chercheur principal à l'université de Melbourne dans l'État de Victoria, en Australie, qui a dirigé l'une des études.

Le suivi de l'évolution de ces comportements au fil du temps peut aider les cliniciens à élaborer de meilleures stratégies pour soutenir les enfants et les adolescents autistes, explique Benjamin Yerys, professeur adjoint de psychologie en psychiatrie à l'Université de Pennsylvanie à Philadelphie, qui n'a pas participé aux deux études. Un enfant qui a besoin de soutien pour un type de comportement à l'âge de 3 ans, par exemple, peut ne plus en avoir besoin - ou avoir besoin d'un type de soutien différent - à l'âge de 13 ans, dit-il.

"Peut-être n'est-il pas nécessaire de consacrer des ressources et des efforts à la diminution de ceux qui diminueront de toute façon", déclare Valérie Courchesne, chercheuse postdoctorale au Centre de toxicomanie et de santé mentale de Toronto, au Canada, qui a dirigé la deuxième étude.

Les prévalences des comportements restreints et répétitifs évoluent dans le temps

Ce graphique montre le pourcentage d'enfants autistes qui présentent divers comportements restreints et répétitifs, tels que mesurés par l'Autism Diagnostic Interview-Revised. Chaque enfant a été évalué au moment du diagnostic de l'autisme, à l'âge de 6 ans et à l'âge de 11 ans. Les comportements qui ont changé de manière significative au fil du temps sont mis en évidence. Passez la souris sur une ligne pour voir plus de détails (voir article original). 

 © Chart: Peter Hess & Niko McCarty Source: Courchesne, V. et al. Get the data Created with Datawrapper © Chart: Peter Hess & Niko McCarty Source: Courchesne, V. et al. Get the data Created with Datawrapper

Différence entre les sexes

Uljarević et son équipe ont analysé les données rapportées par les parents sur la gravité des comportements restreints et répétitifs, les capacités linguistiques et le fonctionnement cognitif de 17 581 enfants et adolescents autistes dans un registre génétique appelé SPARK. (SPARK est financé par la Fondation Simons, l'organisation mère de Spectrum). Ils ont classé les différents types de comportements restreints et répétitifs en cinq groupes : comportements moteurs répétitifs, insistance sur la similitude, comportements d'automutilation, compulsions et intérêts restreints.

L'étude montre que les garçons autistes présentent des comportements moteurs répétitifs et des intérêts restreints plus importants que les filles autistes, tandis que l'inverse est vrai pour les compulsions et les comportements d'automutilation. Les comportements moteurs répétitifs plus sévères tendent à correspondre à des niveaux inférieurs de capacités cognitives et linguistiques et à un âge plus jeune. Ces travaux ont été publiés en août dans le Journal of the American Academy of Child & Adolescent Psychiatry.

Les intérêts restreints sont également plus prononcés chez les participants ayant un faible quotient intellectuel (QI), suggère l'étude. Mais le questionnaire rempli par les parents - appelé Repetitive Behavior Scale-Revised - ne permet pas de distinguer les intérêts étroits inhabituels par leur intensité de ceux qui le sont par leur contenu, explique Uljarević. "Il est clair que ces deux types d'intérêts différents ont peut-être des mécanismes différents et pourraient être liés de différentes manières à des facteurs tels que le QI."

L'autre étude a documenté 15 types de comportements restreints et répétitifs chez 205 enfants autistes à trois moments, du diagnostic jusqu'à l'âge de 11 ans, en utilisant l'Autism Diagnostic Interview-Revised, qui repose sur les rapports des parents. Les intérêts restreints et la sensibilité au bruit augmentent avec l'âge, tandis que l'utilisation répétitive d'objets, les intérêts sensoriels inhabituels, les maniérismes complexes et les préoccupations inhabituelles diminuent, montre l'étude.

Certaines des trajectoires semblent se déplacer avec l'âge, en fonction du QI. Par exemple, les difficultés liées aux changements de routine sont devenues plus fréquentes avec l'âge chez les enfants dont le QI est inférieur à 93, mais sont restées stables chez ceux dont le QI est supérieur à 93. Ces travaux ont été publiés en août dans la revue Molecular Autism.

"Le rôle de ces comportements dans le développement est très complexe et encore mal compris", déclare Mme Courchesne.

Un soutien sur mesure

Ensemble, les études soutiennent l'idée que les différents comportements restreints et répétitifs ont des relations dynamiques les uns avec les autres, et que les stratégies visant à améliorer l'un d'entre eux peuvent en amplifier un autre, explique Yerys. Par exemple, un enfant particulièrement sensible aux sons peut s'habituer à utiliser des écouteurs, ce qui l'expose à une plus grande insistance sur l'uniformité lorsqu'il devient dépendant de cette routine.

"Nous ne savons pas comment nos aides aident ou nuisent à certains égards", ajoute-t-il.

Plutôt que de cibler des comportements individuels, les cliniciens pourraient aider davantage les enfants et les adolescents autistes en s'attaquant aux problèmes fondamentaux qui sous-tendent ces comportements. Par exemple, encourager les compétences de fonctionnement exécutif des jeunes autistes peut les aider à être plus flexibles face aux changements, explique Yerys.

S'attaquer à l'anxiété peut également être bénéfique, selon Mme Courchesne. De nombreux jeunes gens autistes affirment que leurs comportements restreints et répétitifs les aident à réguler leurs émotions et à s'apaiser ; se concentrer sur la régulation émotionnelle plutôt que sur des comportements spécifiques permettra probablement d'obtenir des capacités d'adaptation plus efficaces, ajoute-t-elle.

Les résultats soulignent l'importance d'étudier les comportements restreints et répétitifs individuels, dit Courchesne. Cependant, en les divisant trop finement, on court le risque de passer à côté de leurs relations mutuelles, ajoute-t-elle. Un certain regroupement peut être utile pour la recherche de mécanismes communs et de cibles thérapeutiques.

À cette fin, M. Uljarević et ses collègues travaillent à l'élaboration d'un nouvel outil clinique permettant de mieux saisir toute la gamme des comportements restreints et répétitifs individuels et de mieux comprendre leur rôle dans le développement, tout en maintenant les divisions par catégorie, dit-il.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.