Jean Vinçot
Association Asperansa
Abonné·e de Mediapart

1354 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 nov. 2020

L'absence de gluten n'aidera probablement pas la plupart des personnes autistes

Les régimes sans gluten, bien que populaires, n'ont pas démontré leur efficacité, sauf exceptions. Une analyse des problèmes d'alimentation et du rôle éventuel du microbiome intestinal dans l'autisme.

Jean Vinçot
Association Asperansa
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

spectrumnews.org Traduction de "Going gluten-free unlikely to help most people with autism" par Peter H.R. Green, Rory Jones / 26 juillet 2016

Il existe une idée fausse selon laquelle le gluten exacerbe ou provoque les caractéristiques de l'autisme. C'est pourquoi certains parents mettent immédiatement leurs enfants au régime sans gluten ou sans caséine dans l'espoir que cela les "guérisse".

Le rôle du gluten dans le développement, la progression et le traitement de l'autisme est complexe et fait l'objet d'un examen approfondi. Il est possible que la présence d'anticorps antigliadine de l'immunoglobuline G (IgG), des protéines immunitaires fabriquées contre une protéine du blé, désigne un sous-ensemble d'enfants qui pourraient bénéficier d'un régime sans gluten.

Des études ont montré qu'il y a une augmentation des anticorps alimentaires (anticorps antigliadine IgG et anticaséine) dans un sous-ensemble d'enfants autistes qui ont des problèmes gastro-intestinaux. Bien que cela suggère une interaction entre l'intestin et le cerveau, nous ne connaissons pas la direction de cette interaction : le cerveau affecte-t-il la perméabilité intestinale ou l'inverse ?

Il faut démontrer que la présence d'anticorps a un effet direct sur le fonctionnement ou le dysfonctionnement du cerveau pour qu'elle ait une signification scientifique en tant que facteur causal. Néanmoins, cette réponse immunitaire peut aider à identifier de nouveaux biomarqueurs de l'autisme et offrir de nouvelles perspectives sur les causes de certaines formes d'autisme.

Plusieurs raisons peuvent expliquer la présence d'anticorps au gluten et à la caséine chez certaines personnes autistes.

  • Selon la théorie de l'"intestin qui fuit", une perméabilité intestinale altérée permet aux peptides nocifs, dont le gluten et la caséine, de se diffuser dans l'organisme, où ils créent une réponse immunitaire sous forme d'anticorps.
  • Le gluten peut déclencher une réaction inflammatoire dans l'intestin de certains enfants qui affecte le système nerveux central. Une étude a révélé une réponse des anticorps IgG à la caséine et au gluten significativement plus élevée chez les patients autistes que chez les individus neurotypiques, ce qui pourrait être le signe d'une inflammation systémique qui pourrait inclure l'intestin.
  • L'altération de la perméabilité intestinale peut être un effet secondaire de la perturbation des fonctions cérébrales, ne causant ni ne contribuant au dysfonctionnement du cerveau.

Puzzle complexe

La signification exacte de la présence d'anticorps antigliadine IgG dans ce sous-ensemble de personnes autistes n'est pas claire. Néanmoins, ces personnes semblent avoir davantage de problèmes gastro-intestinaux.

La plupart des études qui ont suivi l'efficacité des régimes sans gluten ou sans caséine dans l'autisme se sont révélées soit imparfaites, soit trop faibles pour être statistiquement valables. Nombre d'entre elles se fondent sur les rapports d'un parent ou d'un aidant et peuvent être influencées par le désir de l'aidant d'obtenir un résultat positif.

Pour le 1 % d'enfants autistes qui souffrent également de la maladie cœliaque, un régime sans gluten peut avoir un effet spectaculaire sur le résultat. Pour ceux qui ont des anticorps IgG non spécifiques au gluten, il peut être utile pour soulager les symptômes, bien que cela n'ait pas été démontré.

Pour beaucoup d'autres, isoler d'autres causes de symptômes gastro-intestinaux peut être le moyen le plus utile de les résoudre. Malheureusement, les parents reçoivent souvent des conseils contradictoires sur les interventions diététiques. Bien que la nourriture et les troubles gastro-intestinaux soient des problèmes évidents pour de nombreuses personnes autistes, la science du puzzle complexe cerveau-intestin n'en est pas une.

Pièges sans gluten

Il existe de nombreux problèmes d'alimentation chez les enfants autistes. Ils sont souvent "difficiles" à manger, ce qui peut être la manifestation de comportements restreints et répétitifs qui sont la marque de la condition. Un régime sans gluten est souvent pauvre en fibres et en nutriments essentiels, ce qui ne fait qu'aggraver le problème. Des études récentes sur la présence de métaux lourds chez les personnes suivant un régime sans gluten mettent en évidence d'éventuelles complications neurologiques qui doivent être étudiées plus avant.

Un régime alimentaire restrictif est également difficile à appliquer - les enfants autistes voient souvent de nombreux thérapeutes et cliniciens différents au cours d'une journée scolaire typique (thérapie de la parole, de l'art, du mouvement). Souvent, chaque groupe utilise la nourriture comme récompense pour renforcer les comportements souhaités. Si cette récompense consiste en un biscuit ou un cracker avec du gluten, elle peut l'emporter sur les efforts visant à maintenir un régime sans gluten. Ainsi, les parents peuvent constater des résultats qui relèvent davantage de la thérapie que du régime alimentaire.

Pour certains enfants autistes, l'alimentation prend une vie à part entière. Une préférence pour des aliments spécifiques - jaunes ou rouges, pâteux ou croquants, épicés ou fades - et une sensibilité sensorielle peuvent limiter les régimes et créer des problèmes de comportement ainsi que de la malnutrition.

Un régime sans gluten est une considération populaire pour cette population, mais il n'a pas été démontré qu'il pouvait modifier la condition. Il peut également être extrêmement difficile à appliquer, ce qui ajoute un stress supplémentaire aux repas familiaux.

Connexion des microbes

On a émis l'hypothèse que les modifications du microbiome intestinal jouent un rôle dans l'autisme. Ces études sont compliquées par le fait que les personnes autistes reçoivent fréquemment des antibiotiques, suivent souvent des régimes alimentaires spéciaux, sont très sélectives sur le plan alimentaire et ont souvent des comportements alimentaires répétitifs, ce qui peut modifier leur microbiote.

Il est donc difficile d'établir si les changements sont une cause ou une conséquence de l'autisme ou de son traitement.

Comme il est difficile d'étudier l'intestin humain au niveau moléculaire, certains chercheurs ont étudié l'influence du microbiote sur le développement et le fonctionnement du cerveau dans l'autisme sur des souris spécialement élevées. Ces études ont permis d'établir un lien entre le microbiote et les comportements de type autiste, mais pas les mécanismes sous-jacents. En d'autres termes, il n'est pas clair si les altérations du microbiote intestinal sont à l'origine des caractéristiques de l'autisme.

Certaines études indiquent que le système sérotoninergique est impliqué dans le développement des symptômes gastro-intestinaux de l'autisme. Ces études portent sur des souris présentant une mutation génétique observée chez les personnes autistes qui affecte la fonction gastro-intestinale et sérotoninergique. Ces souris présentent des caractéristiques similaires à celles de certaines personnes autistes.

Bien que les liens ne soient pas encore clairs, il est possible que les traitements révolutionnaires de l'autisme commencent dans le tractus gastro-intestinal. Les chercheurs étudient si les symptômes gastro-intestinaux sont une manifestation de la condition neurodéveloppementale qui pourrait être un indice de son développement physique et biochimique.

Ce qui est clair, c'est l'importance de tester, diagnostiquer et traiter correctement les troubles gastro-intestinaux dans cette population. Toute personne souffrant de douleurs ou de troubles gastro-intestinaux aura du mal à se concentrer sur les tâches mentales. Cela peut avoir des répercussions distinctes sur les nombreuses interventions utilisées pour traiter l'autisme.


PS : Que penser de l’analyse des IgG anti-aliments ?

Association Française Des Intolérants Au Gluten

Les dosages d’IgG anti-aliments ne devraient plus être prescrits en routine. Leur utilisation devrait être réservée à des fins de recherche, dans l’état actuel des connaissances médicales.

Dr Habib Chabane, Allergologue, Paris, président du Club d’Immuno-Allergologie Biologique
Texte approuvé par le Pr Christophe Cellier, CHEG Pompidou – Paris
The Myth of IgG Food Panel Testing

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Agriculture
« Le recul démographique du monde agricole n’est pas une fatalité »
Moins 100 000 fermes en dix ans : c’est le résultat du recensement rendu public le mois dernier par le ministère de l’agriculture. Face à l’hémorragie, le retour à un pilotage par l’État et à des politiques publiques volontaristes est nécessaire, selon la sociologue Véronique Lucas.
par Amélie Poinssot
Journal — Europe
Dans leur bastion de l’Alentejo, les communistes résistent au déclin
Lors des législatives anticipées qui se déroulent dimanche, le Parti communiste, tout juste centenaire, espère limiter la casse, malgré la poussée socialiste dans certains de ses bastions, dont l’Alentejo. En embuscade, l’extrême droite de Chega lorgne vers d’anciens électeurs du PCP.
par Ludovic Lamant
Journal
En Syrie, la plus grande prison au monde de djihadistes tombe aux mains… des djihadistes
L’État islamique s’est emparé pendant une semaine d’un centre de détention à Hassaké, obligeant l’armée américaine à intervenir. Des dizaines de prisonniers sont en fuite. Pour les Forces démocratiques syriennes, le retour du phénix djihadiste est une très mauvaise nouvelle.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Ehpad privés: un business sur la vieillesse à changer
Des Ehpad privés financés pour près de 50% par le contribuable génèrent un business juteux pour les actionnaires alors que nos aînés finissent leur vie en étant soignés par un personnel insuffisant et mal payé. De multiples rapports parlementaires, enquêtes, documentaires, livres, montrent la réalité d'une situation inacceptable alors que le vieillissement de la population s'accroît.
par serge_escale
Billet de blog
La maltraitance dans les Ehpad : fatalité ou surdité profonde des autorités ?
Puisse le combat de nombreuses familles de résidents en Ehpad[1], relayé par la Presse, soit enfin suivi d’effet … Aujourd’hui, nous apprenons l’audition du Directeur Général d’un Groupe gérant une chaîne de maisons de retraite et attendons avec intérêt le résultat des investigations. Pour illustrer cette actualité, voici un témoignage parmi tant d’autres…
par Claudia CANINI
Billet de blog
Entre maltraitances et dividendes, Orpea n'a pas hésité
La sortie du livre de Victor Castanet « Les fossoyeurs » publié chez Fayard, rouvre le débat de la façon dont nos sociétés traitent les plus vulnérables, ici les personnes âgées. A travers cette question, c'est aussi celle des financements publics au sein de structures privées qui cherchent prioritairement la profitabilité.
par Muriel Dugas-Andriocci
Billet de blog
Orpea ou les chasseurs d’or de la silver-économie
Le livre de Victor Castanet va peut-être contribuer à ce que cesse la prise en charge lucrative des personnes âgées dépendantes. Pourtant, les critiques et enquêtes, ces dernières années, n’ont pas manqué. Autres chroniques : quelque chose de pourri au Royaume du Danemark, la violence inouïe des discours Zemmour/Le Pen sur la suppression des allocations familiales aux familles immigrées.
par YVES FAUCOUP