Le taux de suicide est trois fois plus élevé chez les personnes autistes

Une nouvelle étude a révélé que les personnes autistes présentent des facteurs de risque de suicide différents et sont trois fois plus à risque que la population générale. Particulièrement les femmes ou en cas de comorbidités psychiatriques. Lacunes dans les soins.

healthline.com  Traduction de "Rate of Suicide 3 Times Higher for Autistic People" 19 janvier 2021 - Ashley Welch

  • Une nouvelle étude indique que les personnes autistes ont un taux de suicide et de tentatives de suicide plus de trois fois supérieur à celui de la population générale.
  • Les femmes autistes ainsi que les personnes souffrant de conditions psychiatriques supplémentaires sont touchées de manière disproportionnée.
  • L'étude souligne les lacunes dans les soins aux personnes autistes, notamment en ce qui concerne le diagnostic et les ressources pour les adultes autistes.

The Crow © Luna TMG The Crow © Luna TMG
Selon une nouvelle étude, les personnes autistes ont des taux de suicide et de tentatives de suicide plus de trois fois supérieurs à ceux de la population générale.

L'étude a également révélé que les jeunes filles et les femmes autistes courent un risque nettement plus élevé, tout comme les personnes souffrant de conditions psychiatriques supplémentaires.

"Cette étude menée au Danemark est une avancée importante dans la compréhension du risque de suicide chez les personnes autistes", selon Donna Murray, PhD, vice-présidente des programmes cliniques et responsable du réseau de traitement de l'autisme (ATN) chez Autism Speaks.

La plupart des recherches sur le suicide se sont concentrées sur de petites populations plutôt que sur un ensemble de données nationales.

"Cela nous permet de comprendre de manière beaucoup plus réaliste à quel point ce problème est fréquent chez les personnes autistes par rapport à la population générale et, en examinant la corrélation avec différents facteurs de risque, cela nous aide à déterminer ce que nous pourrions faire pour réduire le risque de suicide", a déclaré Murray.

La Dr Sarah Mohiuddin, psychiatre pour enfants et adolescents au Michigan Medicine C.S. Mott Children's Hospital, spécialisée dans le traitement des enfants atteints de troubles du spectre autistique (TSA), a déclaré que la recherche met en lumière un risque méconnu et reflète ce qu'elle voit dans sa pratique.

"Pendant longtemps, on a cru que les personnes autistes ne pouvaient pas souffrir d'une maladie aussi grave", a-t-elle déclaré. "Il est donc agréable de voir une étude reproduire et décrire de manière systématique ce que beaucoup d'entre nous qui traitons cette population voient depuis des décennies en clinique".

Selon les Centers for Disease Control and Prevention (CDC), source fiable, environ 1 enfant sur 54 souffre de TSA.

La prévalence des TSA a augmenté régulièrement ces dernières années, bien que les experts affirment que cela est davantage dû à un meilleur suivi et à un meilleur diagnostic qu'à une augmentation réelle du nombre d'enfants autistes.

Pour cette étude, les chercheurs ont utilisé une base de données nationale pour analyser les données de plus de 6 millions de personnes âgées de 10 ans et plus vivant au Danemark entre 1995 et 2016.

Plus de 35 000 de ces personnes ont reçu un diagnostic de TSA. Les résultats ont été publiés dans le JAMA Network Open

Les personnes autistes présentent différents facteurs de risque de suicide

En plus des taux de suicide et de tentatives de suicide, les chercheurs ont examiné le risque dans différentes populations au sein de la communauté de l'autisme.

"L'importance de notre étude réside non seulement dans l'identification du lien entre le TSA et le comportement suicidaire, mais aussi dans l'identification des facteurs de risque, car cela aidera les cliniciens dans le traitement des personnes avec TSA", a déclaré à Healthline l'auteur de l'étude, Kairi Kõlves, PhD, de l'Université Griffith de Brisbane, en Australie.

Les filles et les femmes autistes étaient touchées de manière disproportionnée, avec un risque de tentative de suicide quatre fois plus élevé que chez les hommes.

Les femmes ont également un taux de suicide nettement plus élevé que les hommes autistes. "Un risque plus élevé de tentative de suicide chez les femmes n'est pas inhabituel, cependant, l'ampleur de ce phénomène était plutôt surprenante", a déclaré Kõlves.

L'une des raisons possibles de ce risque plus élevé pourrait être que les femmes autistes sont généralement diagnostiquées et traitées plus tard dans leur vie que les hommes.

"Il y a beaucoup de travail en cours pour comprendre pourquoi cela est le cas", a déclaré Mohiuddin. "Il se peut que leurs symptômes se présentent différemment à un âge plus jeune. Elles sont plus sociables, ont plus de compétences en communication non verbale, ce qui peut rendre leur identification par les cliniciens confuse".

En outre, les femmes sont plus susceptibles de souffrir d'anxiété et de troubles affectifs, comme la dépression, qui, comme l'a démontré l'étude, sont de forts facteurs de risque de suicide chez les personnes autistes.

En fait, l'étude a révélé que plus de 90 % des personnes autistes qui ont tenté de se suicider ou qui sont mortes par suicide présentaient une condition psychiatrique concomitante.

Une autre conclusion importante est que, contrairement à la population générale, le risque de suicide ne diminue pas avec l'âge chez les personnes autistes.

Selon les experts, cette constatation est logique si l'on tient compte du manque de soutien dont bénéficient les personnes autistes une fois qu'elles ont terminé leurs études et entamé leur vie adulte.

"Franchir des étapes sociales peut être plus difficile dans la population autiste", a déclaré Mohiuddin. "Je vois beaucoup de patients qui décrivent beaucoup de détresse en voyant leurs pairs et leurs frères et sœurs avoir un partenaire sentimental ou obtenir leur premier emploi alors que cela peut être très difficile pour eux".

Mme Mohiuddin a souligné que certaines personnes autistes sont capables de réussir dans un environnement de la maternelle à la 12ème année [bac] avec le soutien de l'école et de leurs parents.

Cependant, les choses peuvent devenir plus difficiles pour eux une fois qu'ils sont seuls et doivent commencer à se débrouiller dans des scénarios qui impliquent plus de situations sociales subtiles avec plus de règles sociales non dites.

Cela peut également entraîner des sentiments de tristesse et de perte du fait qu'ils passent à côté de ces expériences.

"Et vous pouvez voir comment cela peut être un moteur pour quelque chose comme le suicide", a déclaré Mohiuddin.

Les chercheurs ont également constaté que les personnes autistes à haut niveau de fonctionnement sont plus exposées au risque de suicide, car elles sont plus susceptibles de recevoir moins de soutien.

Les lacunes en matière de soins qui doivent être comblées

Les experts ont déclaré que les résultats de l'étude soulignent la nécessité de combler les lacunes dans les soins aux personnes autistes, notamment en ce qui concerne le diagnostic et les ressources pour les adultes autistes.

"Les taux élevés de femmes avec TSA suggèrent qu'il est nécessaire d'améliorer les outils de diagnostic pour éviter les retards dans les traitements nécessaires", a déclaré Kõlves. "Il est nécessaire d'améliorer les compétences sociales chez les enfants TSA, où une intervention précoce peut réduire les risques de comportement suicidaire plus tard dans la vie".

Kõlves a déclaré qu'il est également essentiel de développer le soutien et les services pour les adultes autistes, en particulier ceux qui présentent une comorbidité psychiatrique, compte tenu du risque élevé de tentative de suicide tout au long de leur vie.

Mme Mohiuddin appelle également à davantage de formation pour les travailleurs de première ligne.

"Étant donné l'augmentation des taux de TSA dans la population en général, les médecins, les prestataires de soins de santé, les écoles et les collèges doivent avoir une formation plus formelle en matière d'évaluation et de traitement des TSA", a-t-elle déclaré. "Pour l'instant, ce n'est pas une partie obligatoire de la formation de nombreuses personnes et il semble que cela devrait l'être".

Soyez attentifs aux signaux d'alerte

Les parents et les proches peuvent également jouer un rôle important dans la reconnaissance des signes avant-coureurs de suicide chez les personnes autistes.

"Les signes et les symptômes de dépression et d'anxiété peuvent être différents pour les personnes autistes en raison des difficultés de communication, et en particulier pour celles qui ont un langage limité", a déclaré Murray.

"Souvent, les parents et les proches devront chercher des indices comme le manque d'appétit, le manque d'énergie, et les changements dans les habitudes de sommeil ou les interactions sociales qui sont typiques pour eux", a-t-elle dit.

Mme Mohiuddin a déclaré qu'il faut tenir compte des déclarations de désespoir comme "je n'arriverai jamais à rien" ou "rien ne va jamais bien pour moi", du retrait social et du fait de ne pas faire les choses qu'ils aimaient autrefois.

"Les signes les plus urgents sont des déclarations telles que "ma vie ne vaut pas la peine d'être vécue" ou "j'aimerais être mort", et toute action préparatoire comme donner des choses qui ont un sens pour eux ou avoir l'air de leur dire au revoir", a-t-elle déclaré.

Il est également important que les proches sachent qu'ils ne doivent pas avoir peur de poser des questions sur le suicide.

"Les gens ont ce malentendu que s'ils posent des questions à ce sujet, celles-ci vont devenir réelles ou faire en sorte que quelqu'un fasse quelque chose", a déclaré Mme Mohiuddin. "Mais bien souvent, les gens diront qu'ils se sentent soulagés qu'un membre de leur famille ou un proche ait reconnu la profondeur de ce qu'ils ressentaient et ait pu poser des questions à ce sujet".

Si vous vous inquiétez de la santé mentale d'un proche, demandez-lui de consulter un prestataire de soins de santé mentale ou son médecin traitant.

Si vous pensez qu'une personne est en danger immédiat d'automutilation ou de suicide, appelez (...) les urgences locales.


Articles sur suicide et autisme

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.