Jean Vinçot
Association Asperansa
Abonné·e de Mediapart

1554 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 mai 2022

Jean Vinçot
Association Asperansa
Abonné·e de Mediapart

Modifications structurelles du cerveau présageant du langage chez les bébés autistes

Selon 2 nouvelles études d'imagerie présentées à l'INSAR 2022, les enfants autistes de moins de deux ans présentent des différences de structure cérébrale qui permettent de prévoir un développement atypique du langage.

Jean Vinçot
Association Asperansa
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

spectrumnews.org Traduction de "Structural brain changes foretell language skills in autistic infants"

Des modifications structurelles du cerveau laissent présager des compétences linguistiques chez les nourrissons autistes 


par Angie Voyles Askham, Peter Hess / 19 mai 2022

Trajets de fibres : La maturation précoce de la matière blanche dans certaines parties du cerveau est plus fortement liée au développement du langage chez les enfants autistes que chez les enfants non autistes.

Selon deux nouvelles études d'imagerie, les enfants autistes de moins de deux ans présentent des différences de structure cérébrale qui permettent de prévoir un développement atypique du langage.

Les chercheurs ont présenté ces résultats le 14 mai lors de la réunion annuelle 2022 de l'International Society for Autism Research. (...)

Les deux études ont suivi le développement du cerveau et du langage de "bébés frères et sœurs", c'est-à-dire de jeunes frères et sœurs d'enfants autistes, qui ont une probabilité accrue d'être eux-mêmes diagnostiqués autistes.

Les recherches antérieures ont montré que les frères et sœurs autistes montrent souvent des signes de retard de langage vers leur premier anniversaire. Et de nombreux enfants autistes présentent également des marqueurs de développement cérébral atypique, tels qu'une substance blanche immature, c'est-à-dire les faisceaux de fibres qui relaient les signaux neuronaux.

"Mais nous n'avions pas encore établi de lien entre les deux", a déclaré Jessica Girault, professeure adjointe de psychiatrie à l'université de Caroline du Nord à Chapel Hill, qui a présenté une série de résultats.

Les résultats s'appuient sur les données de l'étude IBIS (Infant Brain Imaging Study), une étude longitudinale qui a recueilli les scanners cérébraux de centaines de bébés de la même fratrie à l'âge de 6, 18 et 24 mois. Aux mêmes moments, les chercheurs testent la capacité des enfants à comprendre le langage et à communiquer. Ils évaluent également l'autisme des enfants à 24 mois.

Girault et ses collègues ont suivi la maturation de la matière blanche chez 321 bébés de la même famille, dont 70 étaient autistes, et 140 bébés sans antécédents familiaux d'autisme. Au fur et à mesure que le cerveau d'un enfant se développe, sa matière blanche gagne en myéline, l'isolant gras qui entoure les axones et qui facilite la transmission des signaux entre les neurones. Une technique appelée imagerie du tenseur de diffusion [ITD] permet de saisir ce changement grâce à la mesure de l'anisotropie fractionnelle (FA) : une myélinisation plus importante se traduit par une mesure FA plus élevée.

L'équipe a constaté que, pour les enfants non autistes de chaque âge étudié, les compétences linguistiques sont en corrélation avec les niveaux d'anisotropie fractionnelle dans le fascicule arqué droit, un tractus de matière blanche qui relie les régions du cerveau responsables de la production et du traitement du langage. Mais cette corrélation était nettement plus forte chez les bébés autistes de la fratrie, une différence qui est devenue évidente dès l'âge de 12 mois.

"Cela nous suggère que les mécanismes qui sous-tendent le développement de la matière blanche au cours de cette période - donc la myélinisation et l'organisation des fibres - pourraient jouer un rôle vraiment important en contribuant à l'hétérogénéité des profils de langage dans l'autisme", explique Girault.

L'équipe prévoit de continuer à étudier cette relation, dit-elle. "Il s'agit de la première étude de ce type. Et nous voulons nous assurer que ce que nous trouvons est généralisable."

Dans l'autre nouvelle étude, les chercheurs ont suivi l'évolution de la surface et de l'épaisseur corticale de 78 régions du cerveau au cours des deux premières années de la vie.

Ils ont examiné les scanners IRM de 239 enfants - 128 frères et sœurs non autistes, 31 frères et sœurs autistes et 80 enfants non autistes sans antécédents familiaux d'autisme.

Ils ont trouvé un certain nombre de régions du cerveau dont la taille était fortement associée aux compétences linguistiques, mais les relations entre les volumes des régions du cerveau et l'épaisseur corticale étaient différentes pour chacun des trois groupes d'enfants.

Malgré ces relations incohérentes, les résultats constituent un point de départ pour des recherches plus approfondies, déclare Luke Moraglia, un étudiant diplômé travaillant avec Meghan Swanson à l'Université du Texas à Dallas, qui a présenté les résultats. C'est dans le groupe autiste que l'on trouve le plus de régions associées au langage, ainsi que les tailles d'effet les plus importantes.

Ils ont également trouvé des associations dans tous les lobes du cerveau et dans de nombreuses régions qui ne sont pas généralement associées au langage, comme le gyrus fusiforme, qui est habituellement impliqué dans le traitement visuel. Cet éventail souligne le fait que le cerveau du nourrisson n'est pas encore spécialisé, dit Swanson, et suggère que le chemin vers la spécialisation est différent chez les enfants autistes.

"Vous ne pouvez pas vous contenter de regarder ce modèle de langage classique sur l'hémisphère gauche et penser que vous obtenez l'image complète", dit-elle. "C'est comme si vous faisiez tomber vos clés, et que vous ne regardiez que sous le réverbère - elles pourraient être à l'extérieur de l'endroit où le réverbère montre la lumière."

Lisez d'autres comptes rendus de la réunion annuelle 2022 de la Société internationale pour la recherche sur l'autisme.

Citer cet article : https://doi.org/10.53053/FUJX4771

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Europe
Ukraine : le soupçon de la collaboration plane sur les villages libérés
Dans la région de Kherson, certains villages ont vécu pendant des mois à huis clos, sous occupation russe. Des voisins ont été tués ou sont portés disparus. La difficulté à mener des enquêtes rapides dans un pays mis sens dessus dessous par la guerre permet à la rumeur de prospérer.
par Mathilde Goanec
Journal
À Bruxelles, la France protège la finance contre le devoir de vigilance
Dans une note confidentielle, la France supprime toute référence au secteur financier dans la définition de la « chaîne d’activités » couverte par le devoir de vigilance dans la directive européenne en préparation. Bercy dément vouloir exonérer les banques. Les États se réunissent jeudi 1er décembre à ce sujet. 
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
L’animal est-il un humain comme les autres ?
Je voudrais ici mettre en lumière un paradoxe inaperçu, et pour commencer le plus simple est de partir de cette célèbre citation de Deleuze tirée de son abécédaire : « J’aime pas tellement les chasseurs, mais il y a quelque chose que j’aime bien chez les chasseurs : ils ont un rapport animal avec l’animal. Le pire étant d’avoir un rapport humain avec l’animal ».
par Jean Galaad Poupon
Billet de blog
Canicule : transformer nos modes d’élevage pour un plus grand respect des animaux
L’association Welfarm a mené cet été la campagne « Chaud Dedans ! » pour alerter sur les risques que font peser les vagues de chaleur sur la santé et le bien-être des animaux d’élevage. Après des enquêtes sur le terrain, des échanges avec les professionnels de l’élevage, des discussions avec le gouvernement, des députés et des eurodéputés, Welfarm tire le bilan de cet été caniculaire.
par Welfarm
Billet de blog
Abattage des animaux à la ferme. Nous demandons un réel soutien de l’Etat
Solidarité avec Quand l’Abattoir Vient A la Ferme : Depuis 2019, la loi autorise les éleveurs, à titre expérimental, à abattre leurs animaux à la ferme. Ils n’ont toutefois bénéficié d’aucuns moyens dédiés et doivent tout à la fois assurer les études technique, financière, économique, sanitaire. Respecter les animaux de ferme est une exigence collective. Nous demandons un réel soutien de l’État.
par Gaignard Lise
Billet de blog
Noémie Calais, éleveuse : ne pas trahir l’animal
Noémie Calais et Clément Osé publient « Plutôt nourrir » qui aborde sans tabou et avec clarté tous les aspects de l’élevage paysan, y compris la bientraitance et la mort de l’animal. Entretien exclusif avec Noémie.
par YVES FAUCOUP