Les jeux vidéo pourraient stimuler les aptitudes sociales chez les personnes autistes

L'entraînement semble réduire l'effort que les gens doivent consacrer aux tâches sociales.

spectrumnews.org Traduction de : "Computer games could boost social skills in people with autism"

Empty Shell © Luna TMG Empty Shell © Luna TMG


par Alla Katsnelson / 21 octobre 2019

Les jeux conçus pour aiguiser la capacité d'intuition des pensées et des sentiments des autres augmentent l'activité dans les régions du cerveau social.

Les résultats inédits, présentés hier à l'assemblée annuelle de la "Society for Neuroscience" de 2019 à Chicago, Illinois, suggèrent que les jeux pourraient aider les personnes autistes.

Il y a des preuves à l'appui de cet espoir : les mêmes jeux améliorent la " théorie de l'esprit " - la capacité de déduire les pensées et les sentiments des autres - chez les personnes atteintes de schizophrénie, selon le travail que l'équipe prévoit de présenter demain. Tout comme les personnes autistes, les personnes atteintes de schizophrénie luttent avec la théorie de l'esprit.

Il existe des programmes de formation informatisés pour améliorer l'apprentissage et la mémoire, bien que leurs avantages pour les personnes autistes ne soient pas clairs. Il s'agit du premier programme conçu pour améliorer de multiples aspects de la cognition sociale, affirme Kristen Haut, professeure adjointe de psychiatrie et de sciences du comportement à l'Université Rush de Chicago, qui a présenté les résultats.

Haut et ses collègues ont examiné le cerveau de 51 adultes typiques en lisant de courts récits décrivant les pensées, les sentiments ou l'apparence d'une personne ainsi que ce qu'elle a fait. Les participants ont ensuite répondu à une question pour savoir si les actions de la personne avaient un sens, ce qui les obligeait à comprendre ses pensées ou ses sentiments.

Tâche qui consiste à activer de façon fiable les zones du cerveau associées à la théorie de l'esprit, notamment le cortex préfrontal médial, le cortex pariétal médial et la jonction temporo-pariétale.

C'est l'heure de jouer

L'équipe a ensuite réparti au hasard les participants dans l'un des deux groupes. Dans un groupe, 24 des participants ont passé jusqu'à 15 heures en deux ou trois semaines à jouer à des jeux destinés à améliorer la cognition sociale. Dans certains jeux, les joueurs tentent de reconnaître les émotions dans les histoires ou sur les visages ; dans d'autres, ils tentent d'interpréter le ton de la voix ou de déceler les sarcasmes et autres indices sociaux similaires dans les scènes d'une vidéo. Les 27 autres participants ont passé du temps à jouer régulièrement à des jeux vidéo.

Lorsque les chercheurs ont testé de nouveau les participants sur la tâche de l'histoire, ils ont tous eu à peu près le même rendement que la première fois.

Mais la tâche semblait exiger moins d'effort mental de la part de ceux qui avaient joué aux jeux d'entraînement : pour eux, l'activité dans les zones clés du cerveau de la cognition sociale était significativement plus faible qu'auparavant. (Les adultes qui jouaient régulièrement à des jeux sur ordinateur, par contre, n'ont montré aucun changement d'activité.)

"Les personnes qui ont suivi la formation ont montré une activation plus efficace dans le réseau socio-cognitif. Essentiellement, ils doivent travailler moins fort pour s'acquitter aussi bien de la tâche ", dit Mme Haut. "Cela suggère que nous activons la partie du cerveau que nous voulons activer quand les gens font ce genre d'entraînement."

Les chercheurs ont l'intention d'examiner si la formation favorise la connectivité entre les zones du cerveau social.

Pour d'autres rapports de la réunion annuelle 2019 de la Society for Neuroscience, veuillez cliquer ici.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.