Un composé de cannabis améliore la sociabilité dans un modèle de souris autiste

Une feuille puissante : le Cannabidiol semble soulager les traits de plusieurs troubles liés à l'autisme. Compte-rendu d'essais sur les souris.

spectrumnews.org Traduction de "Cannabis compound improves sociability in autism mouse model"
par Bahar Gholipour / 22 octobre 2019

Sepia Despair VIII © Luna TMG Sepia Despair VIII © Luna TMG
Une dose unique de cannabidiol, un composant de la marijuana, soulage les convulsions et améliore l'apprentissage et la sociabilité chez les souris présentant des mutations dans un gène autistique appelé CDKL5.

Les résultats s'ajoutent aux preuves croissantes que le cannabidiol, ou CBD, peut traiter l'épilepsie et l'autisme. Les chercheurs ont présenté les travaux hier à la réunion annuelle de 2019 de la Society for Neuroscience à Chicago, Illinois.

"Il s'agit d'un point de départ ", déclare Rachel White, chercheuse scientifique associée au laboratoire de Frances Jensen à l'Université de Pennsylvanie qui a présenté les travaux. "Le CDB a eu des effets positifs chez les animaux, et aucun effet négatif," dit-elle.

Les nourrissons présentant des mutations du CDKL5 développent une foule de symptômes, connus collectivement sous le nom de trouble déficitaire CDKL5, connu auparavant sous le nom de syndrome de Rett atypique. Les enfants atteints de ces mutations reçoivent généralement un diagnostic d'épilepsie grave au cours des premiers mois de leur vie, suivi d'une déficience intellectuelle et de comportements de type autiste.

Le CBD est le principal composé non psychoactif de la marijuana. L'an dernier, la Food and Drug Administration des États-Unis a approuvé la CBD pour traiter les crises d'épilepsie dans deux états liés à l'autisme : Syndrome de Lennox-Gastaut et syndrome de Dravet.

Une étude menée l'an dernier a révélé que ce composé supprime également les crises chez les enfants présentant des mutations CDKL51. Les nouvelles découvertes suggèrent que le composé pourrait aussi améliorer leurs problèmes comportementaux.

Les chercheurs ont utilisé un modèle murin [souris] qui reflète la gravité des crises ainsi que les problèmes sociaux et cognitifs observés dans le trouble CDKL52.

Ils ont injecté du sérum physiologique ou du CBD à des souris adultes une heure avant de les tester. Comparativement aux témoins, les animaux qui ont reçu du CBD étaient moins sujets aux crises épileptiques, ont passé plus de temps avec d'autres animaux et ont obtenu de meilleurs résultats aux tests de mémoire et d'apprentissage.

Les chercheurs prévoient étudier les effets d'un traitement à long terme par le CBD.

"Ces animaux ont grandi sans aucun traitement, et un seul traitement à un âge avancé a permis d'obtenir ces changements ", explique M. White. Traiter les souris plus tôt dans la vie peut donner des résultats encore meilleurs, dit-elle. "Ça nous dirait aussi s'il y a un effet néfaste à grandir avec le CBD."

Les chercheurs cherchent à déterminer si les récepteurs cibles du CBD dans le cerveau sont exprimés différemment au cours du développement chez les souris porteuses de mutations CDKL5 que chez les souris témoins.

Pour d'autres rapports de la réunion annuelle 2019 de la Society for Neuroscience, veuillez cliquer ici.

Références:

  1. Devinsky O. et al. Epilepsy Behav. 86, 131-137 (2018) PubMed
  2. Yennawar et al. J. Neurosci. 39, 4814-4828 (2019) PubMed

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.