Corrélation entre le sexe et l'âge du diagnostic et les comorbidités de l'autisme

Sex Ratio : L'association entre l'autisme et diverses conditions concomitantes, comme l'anxiété ou le TDAH, est plus forte chez les femmes, suggère une nouvelle étude.

spectrumnews.org Traduction de "Sex, age of diagnosis correlate with autism comorbidities" par Niko McCarty / 30 juillet 2021

La probabilité qu'une personne autiste présente un autre trouble est fortement corrélée à l'âge auquel elle a reçu son diagnostic d'autisme. En outre, les filles autistes sont plus susceptibles que les filles non autistes de souffrir d'autres troubles, à un degré qui n'est pas observé chez les garçons autistes.

L'étude a permis de déterminer si l'âge d'une personne autiste, l'âge auquel le diagnostic a été posé ou le sexe à la naissance modifiaient ses chances de développer l'un des 11 troubles concomitants les plus courants, notamment l'épilepsie, l'anxiété et le trouble déficitaire de l'attention avec hyperactivité (TDAH). L'étude s'est appuyée sur les données d'environ 16 000 personnes autistes et de plus de 650 000 personnes non autistes âgées de 16 ans au maximum, inscrites dans le registre national danois des patients, un vaste ensemble de données qui enregistre la date de naissance et le sexe des personnes inscrites dans le système hospitalier danois, ainsi que tous les diagnostics qu'elles reçoivent.

Selon l'étude, parmi les personnes diagnostiquées tardivement, entre 11 et 15 ans, 26 % des filles et 13 % des garçons souffraient également d'un trouble affectif. Une tendance inverse s'est manifestée pour la déficience intellectuelle : 40 % des personnes ayant reçu un diagnostic précoce d'autisme présentaient une déficience intellectuelle, contre seulement 10 % des personnes ayant reçu un diagnostic tardif d'autisme.

 L'âge du diagnostic d'autisme est associé au taux de troubles concomitants

Plus un garçon est diagnostiqué tardivement comme autiste, plus il est probable qu'il souffre également d'un trouble affectif ou anxieux. Cliquez sur les boutons ci-dessous pour voir les données pour chaque sexe de naissance :

Un graphique à colonnes groupées. Le graphique montre le pourcentage de garçons autistes qui ont un TDAH, des troubles affectifs, des troubles de l'anxiété, un trouble des conduites, des troubles de l'alimentation, une épilepsie, une déficience intellectuelle, un trouble obsessionnel compulsif, des troubles psychotiques, des troubles du sommeil ou des troubles tiques, regroupés en fonction de leur âge au moment du diagnostic d'autisme.

Filles

screenshot-2021-08-24-at-23-04-22-sex-age-of-diagnosis-correlate-with-autism-comorbidities-spectrum-autism-research-news

Garçons

screenshot-2021-08-24-at-23-04-47-sex-age-of-diagnosis-correlate-with-autism-comorbidities-spectrum-autism-research-news

Les données proviennent du registre national danois des patients et concernent 2 383 enfants autistes nés en 1997 ou 1998. Chaque enfant a été suivi pendant 16 ans, et les diagnostics de troubles concomitants, tels que le TDAH ou l'anxiété, ont fait l'objet d'un suivi. Chaque couleur représente une tranche d'âge à laquelle l'autisme a été diagnostiqué pour la première fois, et la longueur de chaque barre représente le pourcentage de jeunes garçons présentant une comorbidité donnée.
Graphique : Niko McCarty Source : Rødgaard E., et al. Obtenir les données Créé avec Datawrapper

Selon les chercheurs, ces résultats pourraient suggérer que les jeunes hommes et femmes ne sont pas diagnostiqués autistes à moins qu'ils ne présentent également une autre affection. Ils invitent toutefois à la prudence dans l'interprétation de ces résultats.

"Nous envisageons plusieurs explications possibles pour ce résultat, mais avec nos données actuelles, nous ne pouvons pas dire avec certitude lesquelles sont vraies", explique Eya-Mist Rødgaard, assistant de recherche à l'université de Copenhague, qui a collaboré avec Laurent Mottron, professeur de psychiatrie à l'université de Montréal au Canada.

La diversité de l'autisme s'explique peut-être en partie par l'âge, de sorte que différents "types" d'autisme apparaissent à différents stades de la vie, explique Rødgaard. Ou encore, "les symptômes d'affections psychiatriques, telles que l'anxiété ou le TDAH, font qu'il est plus probable qu'un enfant fasse également l'objet d'une évaluation de l'autisme, ce qui pourrait faire que l'autisme soit couramment diagnostiqué pendant la période d'âge où une affection comorbide donnée serait plus susceptible de se développer."

Les données peuvent également refléter l'incertitude quant à la manière de diagnostiquer l'autisme. Comme l'autisme et les troubles concomitants, tels que l'anxiété, sont souvent diagnostiqués à un moment rapproché, cela peut suggérer qu'il n'y a pas de frontière claire délimitant la fin de l'autisme et le début de ces autres troubles, explique Mottron. "L'autisme est-il une catégorie naturelle ou non ? Cette question n'est pas résolue."

Pour l'ensemble des 11 troubles concomitants étudiés dans l'article, l'âge du diagnostic d'autisme était le facteur prédictif le plus important pour savoir si un participant était atteint de ce trouble. Mais le sexe était un autre facteur important pour bon nombre de ces troubles.

Selon l'étude, parmi les autistes, les filles étaient 2,2 fois plus susceptibles de souffrir d'anxiété que les garçons. En revanche, l'anxiété est environ 1,4 fois plus élevée chez les filles non autistes que chez les garçons non autistes. Et alors que les garçons non autistes sont 2,6 fois plus susceptibles de souffrir de TDAH que les filles non autistes, ce ratio chute au sein de la population autiste. Les garçons autistes sont seulement 1,6 fois plus susceptibles de souffrir de TDAH que les filles autistes. Ces résultats ont été publiés dans Acta Psychiatrica Scandinavica en juillet.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.