Jean Vinçot
Association Asperansa
Abonné·e de Mediapart

1503 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 sept. 2019

Jean Vinçot
Association Asperansa
Abonné·e de Mediapart

Former les parents pour assurer la sécurité des enfants autistes

Présentation d'un programme canadien de formation des parents pour entraîner les personnes autistes aux "compétences de sécurité".

Jean Vinçot
Association Asperansa
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

spectrumnews.org   traduction par lulamae de "Training caregivers can help keep autistic children safe"

Par Kendra Thomson, The Conversation / 10 Septembre 2019

Bye Bye Honnor © Luna TMG

Les principales causes de décès chez les Canadiens de moins de 45 ans sont des blessures qui auraient pu être évitées. Malheureusement, les personnes autistes ont deux à trois fois plus de risques d’encourir une blessure évitable que les non autistes.

Les enfants autistes sont particulièrement exposés à l’empoisonnement, l’étouffement et des errances qui peuvent conduire à la noyade ou à être renversés par une voiture.

Il est souvent nécessaire de leur apprendre les compétences de sécurité de manière systématique. Et il faut leur donner des consignes explicites – pour accroître la probabilité qu’ils appliquent réellement ces compétences dans des cadres différents et avec des personnes différentes.

Enseigner les compétences de la sécurité aux enfants autistes dans leur jeune âge est de la plus haute importance. Cependant, une recherche préliminaire indique que les parents des enfants autistes ne sont parfois pas à l’aise pour enseigner eux-mêmes ces compétences de sécurité, en raison de leur manque de connaissances ou d’expérience.

En tant que professeur associé à l’Université de Brock dans l’Ontario, au Canada, avec un diplôme de doctorat d’analyste comportemental, j’ai travaillé avec un clinicien de proximité et des étudiants de troisième cycle pour habiliter les parents à enseigner les compétences de sécurité à leurs enfants.

Un modèle pour enseigner aux enfants autistes

La formation aux compétences comportementales (BST = Behavioral Skills Training) est une stratégie fréquemment utilisée pour enseigner des compétences variées aux personnes handicapées. Elles peuvent comprendre des compétences de sécurité, comme apprendre comment demander de l’aide, ce qu’on doit faire si l’on trouve une arme à feu et comment réduire les risques d’enlèvement.

La recherche indique que le modèle BST permet que la personne qui s’y forme non seulement comprenne la nouvelle compétence, mais soit également capable de la mettre en pratique avec précision.

Le modèle inclut : (1) consignes, (2) modélisation, (3) répétition et (4) retour. Tout d’abord, le formateur donne des consignes verbales ou écrites pour savoir comment maîtriser la compétence, et une brève justification.

Le formateur offre ensuite à l’élève la possibilité de mettre en pratique la compétence et lui apporte un retour sous la forme d’un compliment détaillé si l’élève met correctement en œuvre cette compétence. Si l’élève ne l’a pas réussie correctement, le formateur apporte un retour correctif.

Cet entraînement et les étapes du retour sont répétés jusqu’à ce que l’élève parvienne à exécuter correctement la consigne.

Les instructions doivent être claires et concises

La première étape dans l’enseignement des compétences de sécurité est d’opter pour le comportement que vous voudriez enseigner (par exemple, que faire quand on est perdu). L’étape suivante implique de définir les consignes à utiliser pour effectuer le BST.

Il est important que les consignes soient claires et concises. Nous conseillons de fractionner la compétence en plus ou moins trois étapes. Par exemple, quand nous apprenons aux enfants ce qu’il faut faire si on se perd ou qu’on se trouve séparé de son parent, nous leur apprenons à : (1) appeler le parent, (2) trouver un employé, (3) dire à l’employé qu’ils sont perdus.

Une fois que vous avez défini les consignes, assurez-vous que vous avez tout le matériel nécessaire – les accessoires, par exemple. Vérifiez également que l’environnement facilite suffisamment l’apprentissage pour votre enfant en éliminant toute distraction.

Suivez ces cinq étapes

Les étapes suivantes pour l’entraînement peuvent s’appliquer pour enseigner diverses compétences de sécurité.

Donnez à votre enfant des consignes pertinentes par rapport à la compétence. Par exemple : « Quelquefois, quand nous sommes à l’épicerie, nous pourrions nous retrouver séparés, et cela peut faire peur. Si cela arrive, je veux que tu fasses trois choses. D’abord, tu m’appelles bien fort. Ensuite, si je ne réponds pas, tu vas trouver un employé. Enfin, tu dis à l’employé ‘je suis perdu’.

Modélisez la compétence pour vos enfants, d’abord en retenant leur attention, puis en montrant ces trois étapes dans un faux scénario : « Faisons semblant d’être dans le magasin, et que je sois séparé de toi. »

Demandez à vos enfants de s’exercer à ces trois étapes.

Faites-leur un retour qui s’appuie sur leur prestation. Par exemple, si votre enfant vous appelle, mais d’une voix tranquille, vous pouvez dire : « J’ai bien aimé ta façon de m’appeler, mais rappelle-toi d’élever la voix. »

Continuez à répéter et à faire un retour jusqu’à ce que vous soyez confiant dans la capacité de votre enfant à mettre en œuvre la compétence.

Faites pratiquer à l’enfant dans un environnement naturel

Il est important aussi de finir par mettre en pratique la compétence dans l’environnement où celle-ci est nécessaire, comme des lieux publics.

Par exemple, l’enfant peut-il réaliser la compétence s’il se retrouve seul dans une épicerie ? Une bonne mesure de sécurité consiste à ce qu’une personne cachée regarde l’enfant et voie s’il adopte les étapes appropriées.

Si ce n’est pas le cas, faites-lui un retour et répétez jusqu’à ce que chacun soit en confiance.

Si les parents s’exercent à l’enseignement des compétences de sécurité en se servant des étapes du BST à la maison avec leur enfant, cela peut contribuer à les maintenir en sécurité si des situations dangereuses se présentent.

 Cet article a été initialement publié dans The Conversation. Il a été légèrement modifié pour refléter le style de Spectrum News.

 Source : https://www.spectrumnews.org/opinion/training-caregivers-can-help-keep-autistic-children-safe/

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Affaire Kohler : le secrétaire général de l’Élysée est mis en examen
Le bras droit du chef de l’Etat a été mis en examen pour « prise illégale d’intérêts » et placé sous le statut de témoin assisté pour « trafic d’influence », pour avoir caché ses liens familiaux avec le groupe de transport MSC et être intervenu à de multiples reprises en sa faveur. L’Élysée a mis tout en œuvre pour enterrer le dossier.
par Martine Orange
Journal
Au moins 25 % des chômeurs ne réclament pas leur allocation
Entre 390 000 et 690 000 personnes ne demandent pas d’allocation chômage alors qu’elles y ont droit, soit de 25 % à 42 % de taux de non-recours, essentiellement chez les plus précaires. Des chiffres communiqués au Parlement par le gouvernement.
par Cécile Hautefeuille
Journal — France
« Ruissellement » : la leçon de Londres à Emmanuel Macron
Le gouvernement britannique a dû renoncer ce lundi à une baisse d’impôts sur les plus riches sous la pression des marchés. Une preuve de la vacuité du ruissellement auquel s’accroche pourtant le président français.
par Romaric Godin
Journal — France
Sélection à l’université : « Quand réfléchit-on au droit à la réussite ? »
Des écarts scolaires qui se creusent avant le bac, un financement inégalitaire dans le supérieur et un régime de plus en plus sélectif symbolisé par Parcoursup : la « démocratisation des savoirs » prend l’eau, s’inquiètent les sociologues Cédric Hugrée et Tristan Poullaouec, dans leur livre « L’université qui vient ».
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Dernier message de Téhéran
Depuis des années, mon quotidien intime est fait de fils invisibles tendus entre Paris et Téhéran. Ces fils ont toujours été ténus - du temps de Yahoo et AOL déjà, remplacés depuis par Whatsapp, Signal, etc. Depuis les manifestations qui ont suivi la mort de Mahsa, ces fils se sont, un à un, brisés. Mais juste avant le black out, j'avais reçu ce courrier, écrit pour vous, lecteurs de France.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Iran - Pour tous les « pour »
Les messages s'empilent, les mots se chevauchent, les arrestations et les morts s'accumulent, je ne traduis pas assez vite les messages qui me parviennent. En voici un... Lisez, partagez s'il vous plaît, c'est maintenant que tout se joue.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Appelons un chat un chat !
La révolte qui secoue l'Iran est multi-facettes et englobante. Bourrée de jeunesse et multiethnique, féminine et féministe, libertaire et anti-cléricale. En un mot moderne ! Alors évitons de la réduire à l'une de ces facettes. Soyons aux côtés des iranien.nes. Participons à la marche solidaire, dimanche 2 octobre à 15h - Place de la République.
par moineau persan
Billet de blog
Voix d'Iran - « Poussez ! »
À ce stade, même s'il ne reste plus aucun manifestant en vie d'ici demain soir, même si personne ne lève le poing le lendemain, notre vérité prévaudra, car ce moment est arrivé, où il faut faire le choix, de « prendre ou non les armes contre une mer de tourments ».
par sirine.alkonost