Jean Vinçot
Association Asperansa
Abonné·e de Mediapart

1311 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 nov. 2018

Suivant une étude, le risque d'obésité est en rapport avec la sévérité de l'autisme

Prise de poids : Les enfants autistes âgés de 2 à 5 ans courent environ 60 % plus de risques d'avoir un excès de poids ou d'être obèses que leurs pairs typiques.

Jean Vinçot
Association Asperansa
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Traduction de "Obesity risk tracks with severity of autism traits, study suggests" spectrumnews.org

par Nicholette Zeliadt  /  22 novembre 2018

The happiest snowman on Earth © Luna TMG

Luna TMG, une photographe exceptionnelle

La dernière étude montrant que les enfants autistes ont tendance à avoir une surcharge pondérale suggère que le risque est plus élevé chez ceux qui se situent à l'extrémité sévère du spectre 1.

Les enfants autistes sont environ 1,6 fois plus susceptibles que leurs pairs d'être en surpoids ou obèses, selon l'étude. De plus, les enfants autistes présentant des caractéristiques sévères courent 1,7 fois plus de risques que les enfants autistes présentant des caractéristiques légères.

"Mieux comprendre les facteurs associés au risque d'obésité nous aidera à aider les familles et les fournisseurs de soins à l'éviter ou à le gérer ", affirme Susan Levy, chercheuse principale et directrice médicale du Center for Autism Research du Children's Hospital of Philadelphia.

Les résultats confirment les travaux publiés en septembre qui montrent que le risque d'obésité est lié à la sévérité de l'autisme. Toutefois, cette étude s'appuyait sur l'évaluation de la sévérité par les parents de 750 enfants autistes ; la nouvelle étude est fondée sur l'évaluation des cliniciens et comprend des données pour environ 700 enfants autistes âgés de 2 à 5 ans.

"Il s'agit d'une contribution importante ", affirme Lawrence Scahill, professeur de pédiatrie à l'Université Emory d'Atlanta, qui n'a pas participé à l'étude. "Nous ne savons pas grand-chose sur les enfants si jeunes."

Les résultats, publiés en octobre dans The Journal of Pediatrics, soulignent l'importance de traiter les problèmes de poids tôt dans la vie.

"Tout comme nous intervenons très tôt pour améliorer les compétences sociales, nous devons réfléchir aux problèmes de poids et aux problèmes métaboliques ", explique Deborah Bilder, professeure agrégée de psychiatrie à l'Université de l'Utah, qui n'a pas participé à cette étude.

Une deuxième étude, également publiée en octobre, a analysé l'efficacité des traitements de l'obésité chez les enfants autistes. Sur les 12 études incluses dans l'analyse, 6 rapportent une perte de poids significative chez les enfants recevant les traitements2.

"Une conclusion importante en est que nous pouvons influer sur le poids des enfants autistes ", dit Seán Healy, professeur adjoint en sciences des comportements liés à la santé à l'Université du Delaware à Newark. Healy a dirigé l'étude d'intervention, qui a été publiée dans l'International Journal of Obesity. "Ça devrait motiver les gens sur le terrain à essayer d'agir."

La sévérité compte
Levy et ses collègues ont examiné les données de l'étude Study to Explore Early Development, une analyse longitudinale portant sur plus de 7 000 enfants aux États-Unis. Elles portaient sur 668 enfants autistes, 914 enfants atteints d'autres troubles du développement, comme un retard du développement, et 884 témoins.

Les chercheurs ont utilisé les données sur la taille et le poids recueillies lors des visites à la clinique. Ils ont passé au peigne fin les dossiers médicaux et interrogé les parents pour obtenir des renseignements sur les troubles concomitants, comme le trouble déficitaire de l'attention avec hyperactivité, les difficultés alimentaires et les troubles du sommeil.

Ils ont classé les enfants en surpoids si leur indice de masse corporelle se situait entre le 85e et le 94e percentile pour leur âge, et en obésité si leur poids se situait dans le 95e percentile ou plus. Ils ont également évalué la gravité des traits autistiques des enfants à l'aide d'un outil appelé Ohio State University Autism Rating Scale.

Les chercheurs ont constaté que près de 28 % des enfants autistes et 25 % des enfants atteints d'autres troubles du développement présentaient une surcharge pondérale ou étaient obèses, comparativement à environ 20 % des témoins.

Le risque d'augmentation du poids corporel chez les enfants autistes demeurait même lorsque les chercheurs tenaient compte des conditions concomitantes. Il n'en était pas de même pour les enfants atteints de troubles du développement.

"Il semble que c'est l'autisme qui cause cette augmentation des risques d'embonpoint et d'obésité, et non les conditions concomitantes ", dit Scahill.

La cause de l'excès de poids chez les enfants autistes est incertaine, mais Levy et d'autres suggèrent qu'il est lié à une alimentation difficile ou à l'inactivité physique, qui accompagnent souvent l'autisme.

Lutter contre le poids

L'étude de Healy fait allusion à des stratégies de gestion du poids chez les enfants autistes. Lui et ses collègues ont parcouru la littérature scientifique pour trouver des études sur les traitements médicamenteux et comportementaux chez les personnes atteintes d'autisme. Ils se sont concentrés sur 12 études publiées entre 2007 et 2017 qui mesuraient le gain ou la perte de poids.

Six études ont mis à l'essai des stratégies complètes, ce qui signifie qu'elles comprenaient des modifications à l'alimentation, à l'activité physique et à la motivation. De ce nombre, trois ont entraîné une perte de poids chez les personnes autistes.

Quatre études portaient uniquement sur l'activité physique ; un seul de ces traitements a entraîné une perte de poids chez les participants autistes. Les deux autres études ont testé la metformine, un médicament contre le diabète ; les deux études ont montré que le médicament arrête la prise de poids déclenchée par les médicaments antipsychotiques.

Les chercheurs ont jugé qu'une seule étude - un essai clinique sur la metformine - était de grande qualité, d'après sa conception et d'autres caractéristiques. Ils ont jugé que trois autres étaient de qualité moyenne et les autres de qualité médiocre.

Une autre étude de l'équipe de Healy, publiée le 16 novembre, a montré que les enfants autistes font moins d'exercice et passent plus de temps à regarder la télévision ou à jouer à des jeux vidéo que leurs pairs. Les résultats sont fondés sur un sondage auquel ont répondu les parents de 1 380 enfants autistes et de 1 411 témoins3.

Les résultats suggèrent que le fait d'avoir un téléviseur dans la chambre à coucher et l'absence de limitation du temps sur écran nuit à l'exercice chez tous les enfants. Mais pour les enfants typiques, le fait de ne pas avoir de télévision dans la chambre à coucher et de vivre dans une communauté très unie est associé à une activité physique plus fréquente. Toutefois, aucun des deux facteurs n'a fait l'objet d'un suivi avec l'exercice chez les enfants autistes.

Les résultats suggèrent qu'il est difficile d'aider les enfants autistes à faire de l'exercice simplement en modifiant leur environnement. Ces enfants peuvent avoir besoin d'un soutien plus important, comme des programmes sportifs modifiés et des entraîneurs formés.

Références:

  1. Levy S.E. et al. J. Pediatr. Epub ahead of print (2018) PubMed
  2. Healy S. et al. Int. J. Obes. (Lond.) Epub ahead of print (2018) PubMed
  3. Healy S. et al. J. Autism Dev. Disord. Epub ahead of print (2018) PubMed

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait
Journal — Asie
« Une grande purge est en cours »
Le militant hongkongais Au Loong-Yu réside temporairement à Londres, alors que sa ville, région semi-autonome de la Chine, subit une vaste répression. Auteur de « Hong Kong en révolte », un ouvrage sur les mobilisations démocratiques de 2019, cet auteur marxiste est sévère avec ceux qui célèbrent le régime totalitaire de Pékin. 
par François Bougon
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
Face à Mediapart : Fabien Roussel, candidat du PCF à la présidentielle
Ce soir, un invité face à la rédaction de Mediapart : Fabien Roussel, candidat du Parti communiste français à la présidentielle. Et le reportage de Sarah Brethes et Nassim Gomri auprès de proches des personnes disparues lors du naufrage au large de Calais.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B
Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky
Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa
Billet de blog
Lettre ouverte à Sébastien Lecornu, Ministre des Outre mer
La Nouvelle-Calédonie connaît depuis le 6 septembre une dissémination très rapide du virus qui a provoqué, à ce jour, plus de 270 décès dont une majorité océanienne et en particulier kanak. Dans ce contexte le FLNKS demande le report de la consultation référendaire sur l'accession à la pleine souveraineté, fixée par le gouvernement au 12 décembre 2021.
par ISABELLE MERLE