La mélatonine pourrait soulager les troubles du sommeil des enfants autistes

Aider un enfant autiste à mieux dormir peut améliorer la qualité de vie de toute la famille. Selon une nouvelle étude, la mélatonine peut être utilisée à long terme en toute sécurité chez les enfants autistes qui ont des difficultés à dormir. Elle n'a pas d'effets sur la puberté.

spectrumnews.org Traduction de "Melatonin may ease autistic children’s sleep troubles" par Laura Dattaro / 27 février 2020

Old Leo Sleeping © Luna TMG Old Leo Sleeping © Luna TMG
Selon une nouvelle étude 1, la mélatonine peut être utilisée à long terme en toute sécurité chez les enfants autistes qui ont des difficultés à dormir.

L'étude a suivi les effets de l'hormone du sommeil chez les enfants autistes sur une période de deux ans. La mélatonine a déjà été suggérée comme aide au sommeil pour les enfants du spectre, mais la nouvelle étude est la première à évaluer systématiquement sa sécurité à long terme.

Jusqu'à 80 % des enfants autistes ont du mal à s'endormir ou à rester endormis. Ces difficultés peuvent exacerber les problèmes d'apprentissage, de comportement et de qualité de vie en général, explique la chercheuse principale Beth Malow, professeur de neurologie et de pédiatrie à l'université Vanderbilt de Nashville, dans le Tennessee. Aider les enfants à mieux dormir, dit-elle, peut atténuer ces problèmes.

" [Un bon sommeil] peut améliorer et atténuer beaucoup de problèmes, de sorte que les enfants puissent mieux se concentrer et mieux réussir à l'école et en thérapie, et cela peut également avoir un impact sur la qualité de vie de la famille ", selon Beth Malow.

Améliorer l'hygiène du sommeil - en ayant une routine de sommeil calme et en gardant les appareils hors de la chambre de l'enfant pendant la nuit, par exemple - est la première étape pour mieux dormir, dit Malow. Mais lorsque cela ne suffit pas, de nombreux médecins et familles se tournent également vers la mélatonine, une hormone produite par le cerveau et qui favorise le sommeil. La mélatonine est disponible en vente libre aux États-Unis et sur ordonnance dans de nombreux autres pays.

La question de la puberté

Quelques petites études ont montré que la mélatonine peut améliorer la qualité et la durée du sommeil chez les enfants autistes 2. Mais des questions subsistent quant à la sécurité à long terme de cette hormone, notamment en ce qui concerne la puberté.

Les niveaux de mélatonine chutent généralement pendant la puberté, ce qui fait craindre que la prise de cette hormone puisse retarder ou altérer la maturation sexuelle.

"On s'est toujours demandé quelles étaient les conséquences à long terme de la prise de cette hormone, car la mélatonine est une hormone, et nous ne considérons normalement pas les hormones comme des choses que l'on peut prendre sans conséquences", déclare Craig Canapari, directeur du centre de sommeil pédiatrique de l'hôpital Yale New Haven, qui n'a pas participé à l'étude.

Mme Malow et son équipe ont entrepris d'étudier ces préoccupations, en s'appuyant sur une étude antérieure portant sur une préparation de mélatonine à libération lente sur ordonnance, appelée PedPRM. Cette étude a testé le composé chez 119 enfants âgés de 2 à 17 ans, la plupart atteints d'autisme et quelques-uns du syndrome de Smith-Magenis, sur une période d'essai de 13 semaines. Elle a montré que le PedPRM améliore le sommeil de manière significative par rapport à un placebo 3.

Dans la nouvelle étude, 80 de ces mêmes enfants ont pris de la mélatonine pendant 91 semaines supplémentaires - pour un total de deux ans - avec la possibilité d'augmenter périodiquement le dosage en fonction des besoins. Les améliorations du sommeil et de la qualité de vie persistent à long terme, ont constaté les chercheurs. Certains enfants ont ressenti une fatigue et une somnolence diurnes, principalement à des moments où leurs doses ont augmenté.

Cependant, les participants se sont développés comme on pouvait s'y attendre, ce qui indique que la mélatonine n'interfère pas avec la puberté.

"Il était vraiment important pour nous de faire savoir dans la littérature que la puberté n'était pas retardée", déclare Malow.

L'étude n'a pas inclus un groupe d'enfants n'ayant reçu qu'un placebo. Néanmoins, cela ajoute aux preuves croissantes que la mélatonine est sûre et efficace pour les enfants autistes, déclare Jeremy Veenstra-VanderWeele, directeur de la psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent à l'université de Columbia, qui n'a pas participé à l'étude.

"Cela suggère vraiment que c'est le type de traitement auquel nous devrions penser lorsque nous constatons ce problème incroyablement fréquent chez les enfants autistes", dit-il. L'étude a été publiée en janvier dans le "Journal of the American Academy of Child and Adolescent Psychiatry".

Attention à la mélatonine

PedPRM est une petite pilule, de seulement 3 millimètres de diamètre, conçue pour être facile à avaler par les enfants et pour libérer lentement la mélatonine tout au long de la nuit. (L'étude a été financée en partie par la société israélienne Neurim Pharmaceuticals, qui fabrique le PedPRM ; Mme Malow a été une consultante rémunérée pour cette société).

Le PedPRM est approuvé dans plusieurs pays européens, où la mélatonine est un médicament sur ordonnance, mais il n'est pas disponible aux États-Unis. Mme Malow indique qu'il est actuellement examiné par la Food and Drug Administration américaine.

La sécurité et l'efficacité du PedPRM peuvent s'appliquer à d'autres suppléments de mélatonine en vente libre et à libération prolongée, explique M. Canapari, en particulier si on les compare aux risques connus de mauvais sommeil.

"Le fait est que nous savons que la privation chronique de sommeil a des conséquences très graves pour les enfants et les familles", déclare M. Canapari.

Néanmoins, il estime qu'il serait utile de disposer d'une version réglementée de la mélatonine aux États-Unis qui soit étayée par des données. La mélatonine étant considérée comme un complément alimentaire aux États-Unis, elle n'est pas soumise aux mêmes mesures de contrôle de la qualité que les médicaments délivrés sur ordonnance. Une analyse réalisée en 2017 sur 31 compléments de mélatonine au Canada a révélé que leur teneur réelle en mélatonine variait de 83 % de moins à 478 % de plus que la quantité indiquée sur l'étiquette, les quantités de l'ingrédient actif variant jusqu'à 465 % dans les différents lots d'un même produit 4.

Références:

  1. Malow B. et al. J. Am. Acad. Child Adolesc. Psychiatry Epub ahead of print (2020) PubMed
  2. Cuomo B.M. et al Pharmacotherapy 37, 555-578 (2017) PubMed
  3. Gringas P. et al. J. Am. Acad. Child Adolesc. Psychiatry 56, 948-957 (2017) PubMed
  4. Erland L.A.E. and P.K. Saxena J. Clin. Sleep Med. 13, 275-281 (2017) PubMed

Dossier sommeil et autisme

Sur PedPRM : La mélatonine aide les enfants autistes et améliore la qualité de vie des parents

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.