Autisme - HP, suicide : sondage Asperansa

Extrait de l'étude d'Amélie Tsaag Varlen sur le sondage d'Asperansa : questions concernant l’hospitalisation en HP, la dépression et les idées suicidaires.

Etude sur le questionnaire d'Asperansa © Amélie Tsaag Varlen Etude sur le questionnaire d'Asperansa © Amélie Tsaag Varlen

Asperansa a organisé une enquête sur les besoins des adultes autistes. Elle a été suivie d'un sondage, dont les résultats provisoires sont sur le site de l'association.

Amélie Tsaag Varlen a étudié les résultats du sondage, pour le compte d'Asperansa. Ci-dessous l'analyse des réponses sur les HP et la dépression.


2.10.5 Avez-vous déjà été hospitalisé(e) en Hôpital Psychiatrique (HP) ?

Avez-vous déjà été hospitalisé(e) en Hôpital Psychiatrique (HP) ? Avez-vous déjà été hospitalisé(e) en Hôpital Psychiatrique (HP) ?

70 (15,6 %) : Pour des séjours

32 (7,1 %) : Pour des soins

359 (80,1 %) : Je n'ai pas été hospitalisé(e) en Hôpital Psychiatrique

448 personnes ont répondu à cette question. La grande majorité des répondants n’ont jamais expérimenté d’hospitalisation en hôpital psychiatrique (80,1%). Ils sont cependant 15,6 % à déclarer y avoir séjourné, et 7,1 % à y avoir été reçus en soins.

2.10.5 Si vous avez été hospitalisé(e) en HP, pensez-vous que c'était :

Si vous avez été hospitalisé(e) en HP, pensez-vous que c'était Si vous avez été hospitalisé(e) en HP, pensez-vous que c'était

25 (26 %) : Nécessaire/utile

17 (17,7%) : Justifié

13 (13,5%) : Inutile

25 (26 %) : Nuisible

16 (16,7%) : Abusif

96 personnes ont répondu à cette question, un peu moins que l’ensemble des répondants « oui » à la question précédente. Les avis sont très partagés, le nombre de répondants estimant que cela leur fut nécéssaire ou utile (26 %) étant égal à celui des répondants décrivant la procédure comme nuisible. En parallèle, presque autant la décrivent comme justifiée (17,7 %) que comme « abusive » (16,7 %). 13,5 % des répondants estiment que cela leur fut inutile.

Il existe de nombreux témoignages de souhaits d’éviter l’HP sur internet, permettant de déduire, sans trop de risques, que l’HP semble plutôt mieux perçu en cas de risque vital immédiat (dépression résistante, tentative de suicide…), et moins bien perçu lorsqu’il ne constitue qu’un « choix par défaut » pour des personnes auxquelles aucune place dans la société n’est proposée. La Cour des comptes a pour sa part décrit l’envoi des adultes autistes en HP comme étant, le plus souvent, « coûteux et inadapté »1.

2.10.6 Avez-vous déjà connu des épisodes dépressifs :

Avez-vous déjà connu des épisodes dépressifs ? Avez-vous déjà connu des épisodes dépressifs ?

98 (21,8 %) : Avec fortes envies suicidaires

54 (12 %) : Avec tentatives de suicide

151 (33,6 %) : Avec idées suicidaires

94 (20,9 %) : Sans idées suicidaires

52 (11,6 %) : Aucun épisode dépressif à ma connaissance

449 personnes ont répondu à cette question. La réponse la plus fréquente concerne des épisodes dépressifs avec idées suicidaires (33,6 %), suivie des épisodes dépressifs « avec fortes envies suicidaires » (21,8 %) . Cela, additionné aux épisodes dépressifs avec tentatives de suicide, fait que 67,4 % des répondants, plus des deux tiers, ont connu des épisodes dépressifs avec idées suicidaires.

Ce n’est hélas pas étonnant : les données collectées par l’étude de Sarah Cassidy et Simon Baron-Cohen, parue en 2014 dans The Lancet et portant sur 374 adultes autistes, montre que 66 % d'entre eux ont éprouvé des pensées suicidaires, et qu'un tiers ont prévu ou fait une tentative2. Plus récemment, la recension de Hedley et Uljarević, parue en 2018 et portant sur 13 études consacrées au lien entre autisme et suicide, détermine qu'entre 1 et 35 % des personnes autistes ont fait au moins une tentative de suicide, et que 11 à 66 % ont éprouvé des pensées suicidaires3. De plus, 0,31 % des décès précoces de personnes autistes y sont attribués à un suicide, ce qui est significativement plus élevé que dans la population générale. Le suicide est aussi la seule cause de mortalité qui soit plus fréquente chez les personnes autistes dites « à haut niveau de fonctionnement » que chez les personnes considérées comme ayant un « handicap mental ». En France, cela se traduit plus concrètement par des disparitions, aussi subites que discrètes, d’adultes autistes considérés comme « bien insérés », que leur diagnostic soit public ou non.

Les taux de dépression ont largement été analysés comme élevés chez les adultes autistes : la recension de Hedley et Uljarević a déterminé qu’environ 49 % des personnes autistes répondent ou ont répondu au tableau clinique de la dépression à un moment de leur vie, les femmes étant davantage concernées que les hommes. Le taux trouvé dans le présent sondage est plus élevé (67,4 %), et pourrait s’expliquer par de moins bonnes qualités de vie en France par comparaison aux pays dans lesquels ont été menées les études à l’origine de la recension de Hedley et Uljarević, ou encore par une sur-représentation de répondantes, si les statistiques de la recension Hedley et Uljarević sont correctes.

1 http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2018/01/25/01016-20180125ARTFIG00088-autisme-un-rapport-accablant-de-la-cour-des-comptes.php

2 Sarah Cassidy, Paul Bradley, Janine Robinson, Carrie Allison, Meghan McHughet Simon Baron-Cohen, « Suicidal ideation and suicide plans or attempts in adults with Asperger's syndrome attending a specialist diagnostic clinic: a clinical cohort study », The Lancet Psychiatry, vol. 1,‎ 2014

3 Darren Hedley et Mirko Uljarević, « Systematic Review of Suicide in Autism Spectrum Disorder: Current Trends and Implications », Current Developmental Disorders Reports, vol. 5, no 1,‎ 1er mars 2018, p. 65–76. Il est à noter que cette recension prend aussi en compte des personnes autistes institutionnalisées.


Voir aussi : Mortalité précoce des personnes autistes

  • 27 oct. 2017

Cet article d'Amélie Tsaag Varlen fait le point sur cette question, notamment du fait du suicide et de l'épilepsie, ce qui se traduit par une réduction de l'espérance de vie. Dans son article, elle formule des propositions pour une société plus inclusive.

Risques de suicide chez les personnes autistes

  • 6 nov. 2017

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.