Technique de détection précoce avec le balayage des visages par les enfants autistes

Comment diagnostiquer l'autisme chez les tout petits enfants ? Une technique de détection est proposée à partir de l'exploration visuelle et du balayage du regard.

spectrumnews.org    Traduction par lulamae "Early-detection technique analyzes how children with autism scan faces"

Une technique de détection précoce analyse le balayage des visages par les enfants autistes

par Anita Layton, Mehrshad Sadria, The Conversation / 6 Août 2019

Tiger © Luna TMG Tiger © Luna TMG

Imaginez que votre fils, Tommy, soit sur le point d’avoir 2 ans. C’est un gentil petit garçon timide et doux, mais qui peut avoir des comportements imprévisibles. Il fait des crises de colère terribles, se mettant parfois à crier et à hurler, inconsolable pendant une heure. Le plus petit changement dans ses routines peut le déstabiliser.

Est-ce que cela n’est qu’une forme sévère de ce qu’on appelle la « fameuse crise des deux ans » ? Tommy a-t-il besoin qu’on lui laisse le temps de grandir et de sortir de cette période ? Ou ces signes sont-ils imputables à l’autisme – le trouble neuro-développemental qui affecte deux pour cent de la population, ce qui revient à un ou deux enfants dans un bus scolaire plein ? Et comment le saurez-vous ?

Notre groupe de recherche dans le département de mathématiques appliquées à l’Université de Waterloo dans l’Ontario, au Canada, a mis au point une nouvelle technique de détection de l’autisme qui fait la distinction entre les différents modèles de fixation du regard, afin d’aider les médecins à détecter plus rapidement et plus précisément l’autisme chez les enfants.

Nous avons conçu cela parce qu’un diagnostic et une intervention précoce de l’autisme présentent de nombreux avantages. Des études ont prouvé que les interventions mises en œuvre avant l’âge de 4 ans sont accompagnées de progrès significatifs dans la cognition, le langage et les comportements d’adaptation. De la même façon, les chercheurs ont placé en corrélation la mise en œuvre d’interventions précoces avec des améliorations des habiletés quotidiennes et du comportement social. Au contraire, un diagnostic tardif s’accompagne d’un stress parental accru et retarde l’intervention précoce, ce qui a un effet négatif sur des résultats positifs avec le temps.

Les traits autistiques apparaissent généralement durant les deux premières années et altèrent la capacité à fonctionner dans un contexte social. Quoique les traitements actuels varient, la plupart des interventions ciblent la gestion du comportement et l’amélioration des capacités sociales et de communication. Dans la mesure où plus l’enfant est jeune, plus la capacité à changer est grande, on peut attendre les meilleurs résultats si le diagnostic et l’intervention sont réalisés dès le plus jeune âge.

L’évaluation de l’autisme comprend un examen médical et neurologique, et un questionnaire approfondi sur l’histoire familiale, le comportement et le développement, ou une évaluation par un psychologue.

Malheureusement, ces approches diagnostiques ne sont pas vraiment adaptées aux les tout-petits, et peuvent être coûteuses. On peut comprendre qu’il soit bien plus facile pour un enfant de simplement regarder quelque chose, comme le visage animé d’un chien, plutôt que de répondre aux questions dans un questionnaire ou d’être évalué par un psychologue.

Microscope des maths :

Vous vous demandez peut-être : mais qu’est-ce que les mathématiciens ont à voir avec la détection de l’autisme ?

Il s’agit en effet d’un exemple de recherche interdisciplinaire dans laquelle notre groupe est investi. Nous utilisons les mathématiques comme un microscope pour comprendre la biologie et la médecine. Nous construisons des modèles informatiques pour simuler les effets de différents médicaments, et nous appliquons des techniques mathématiques pour analyser des données cliniques.

Nous sommes convaincus du fait que les mathématiques peuvent objectivement opérer la distinction entre les comportements d’enfants autistes et leurs pairs neurotypiques.

Nous savons que les personnes autistes explorent visuellement et balaient le visage d’une personne d’une manière différente des personnes neurotypiques. En mettant sur pied cette nouvelle technique pour détecter les modèles de fixation oculaire, nous avons testé 40 enfants, dans l’ensemble âgés de 4 ou 5 ans. La moitié environ de ces enfants sont neurotypiques, et les autres sont autistes. On montrait à chaque participant 44 photographies de visages sur un écran, intégré à un système d’oculomètre.

Ce dispositif à infrarouge interprétait et identifiait les endroits des stimuli que chaque enfant regardait, via l’émission et la réflexion de l’onde sur l’iris.

Les images étaient divisées en sept zones clé – que nous nommons des éléments – sur lesquelles les participants fixaient leur regard : sous l’œil droit, œil droit, sous l’œil gauche, œil gauche, nez, bouche et autres parties de l’écran. Nous avons utilisé quatre concepts différents empruntés à l’analyse de réseau pour évaluer les degrés variables d’importance accordée par les enfants à ces éléments.

Non seulement nous voulions savoir pendant combien de temps les participants regardaient chaque image, mais nous voulions aussi savoir comment ils bougeaient leurs yeux et balayaient les visages.

Ainsi, les chercheurs ont appris qu’un enfant neurotypique qui regarde une personne se fixe davantage sur les yeux, alors qu’un enfant autiste se fixe sur la bouche. Un enfant autiste balaie également les visages de manière différente. En déplaçant son regard des yeux d’une personne à son menton, par exemple, un enfant neurotypique aura tendance à bouger ses yeux plus vite, et en suivant un chemin différent, que ne le fera un enfant autiste.

Supprimer les obstacles :

Même s’il n’est pas possible à l’heure actuelle d’entrer dans le cabinet d’un médecin pour demander ce test, nous espérons néanmoins que cette recherche rendra le processus du diagnostic moins stressant pour les enfants.

Pour utiliser cette technologie, il est nécessaire de disposer d’un oculomètre à infrarouge, que l’on peut trouver dans le commerce, ainsi que notre technique d’analyse de réseau. Nous avons détaillé les algorithmes de sorte que n’importe quel développeur qui le souhaiterait serait capable, en théorie, de les mettre en service.

En supprimant certains des obstacles à un diagnostic précoce, nous espérons qu’un plus grand nombre d’enfants autistes recevront une intervention précoce, avec pour résultat une meilleure qualité de vie et une plus grande indépendance sur le long terme.

Cet article a été originellement publié sur The Conversation. Il a été légèrement modifié pour refléter le style de Spectrum.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.