Un test courant peut confondre déficience intellectuelle et autisme

Faux négatifs : Le M-CHAT ne parvient pas à identifier l'autisme chez une majorité d'enfants. Ils identifient plus souvent la déficience intellectuelle.

spectrumnews.org Traduction de "Popular screen may mistake intellectual disability for autism | Spectrum | Autism Research News" par Peter Hess / 30 juillet 2020

Miss Upsie © Luna TMG Instagram Miss Upsie © Luna TMG Instagram
Selon une nouvelle étude sur les enfants en Norvège 1, un outil de dépistage de l'autisme très répandu passe à côté de plus de 70 % des enfants autistes, mais signale plus de 80 % des enfants non autistes qui présentent un handicap intellectuel.

Cette étude vient s'ajouter à un ensemble de preuves de plus en plus nombreuses indiquant que l'outil, la liste de contrôle modifiée pour l'autisme chez les tout-petits (M-CHAT), ne suffit pas à lui seul à identifier les signes d'autisme.

Les résultats de l'étude, qui s'ajoutent à ceux de recherches antérieures menées en Norvège, permettent également de déterminer quels enfants le M-CHAT signale et ceux qui lui échappent, explique l'auteur principal, Roald Øien, professeur d'éducation spécialisée à l'UiT - l'université arctique de Norvège à Tromsø.

"Fondamentalement, nous constatons que le dépistage à 18 mois permet d'identifier les enfants présentant des retards assez importants", dit-il, tels qu'un faible quotient intellectuel (QI), de mauvaises capacités de communication et des traits d'autisme importants. À l'inverse, les enfants autistes qui se rapprochent de la gamme typique des capacités ont beaucoup moins de chances d'être identifiés par le M-CHAT à 18 mois.

Bien que le M-CHAT rate une majorité d'enfants autistes à 18 mois, il est utile que le test sélectionne la plupart des enfants présentant une déficience intellectuelle, déclare Catherine Lord, professeur de psychiatrie à l'université de Californie, Los Angeles, qui n'a pas participé à l'étude.

"Ce n'est pas que vous ne devriez pas faire le M-CHAT, c'est juste que vous ne pouvez pas arrêter là", dit-elle.

Problèmes de mesure

L'équipe de M. Øien a analysé les résultats du M-CHAT, les dossiers médicaux et les données de l'enquête auprès des parents de l'étude de cohorte norvégienne sur les mères, les pères et les enfants, qui suit 114 552 enfants nés entre 1999 et 2008 2. Ils se sont concentrés sur un sous-ensemble de 834 enfants qui avaient subi des évaluations cliniques détaillées pour l'autisme et dont les dossiers comprenaient des données complètes pour six questions du M-CHAT dont les recherches précédentes ont montré qu'elles permettaient de prédire avec précision l'autisme 3. L'échantillon comprend 539 enfants qui présentaient des signes d'autisme, selon les enquêtes auprès des parents, et 295 qui n'en présentaient pas et qui ont servi de témoins ; 163 de ces enfants ont finalement reçu un diagnostic d'autisme.

Seuls environ 30 % des enfants autistes avaient été dépistés positifs à l'âge de 18 mois, selon leurs scores aux six questions du M-CHAT. Les enfants autistes dont le test de dépistage est négatif ont tendance à avoir un QI moyen, alors que ceux dont le test de dépistage est positif ont un QI qui indique une déficience intellectuelle, comme le montre l'étude.

En outre, les enfants autistes qui ont obtenu des scores faibles sur les mesures de communication fonctionnelle et élevés sur une échelle de gravité des traits autistiques ont plus de chances d'obtenir un résultat positif au dépistage que ceux qui se situent dans la fourchette habituelle de ces mesures. Ce travail a été publié en mai dans le "Journal of Autism and Developmental Disorders."

Les résultats soulignent l'idée que les instruments de dépistage doivent être utilisés avec prudence et une bonne dose de jugement clinique, explique M. Øien, bien que le dépistage soit utile car il permet aux soignants et aux éducateurs de connaître certaines des premières caractéristiques de l'autisme.

"Même si le dépistage est négatif à 18 mois, cela ne signifie pas nécessairement qu'il n'y a pas de diagnostic [d'autisme] plus tard", dit-il. "Il est important que ceux qui sont dépistés positifs reçoivent souvent d'autres diagnostics".

Améliorer l'identification

Cette étude montre qu'il est difficile d'utiliser cette section de six questions du M-CHAT pour identifier les enfants autistes qui n'ont pas de déficience intellectuelle ou de problèmes de communication, selon les experts.

Mais plutôt que d'écarter complètement le M-CHAT, les chercheurs devraient l'affiner pour maximiser sa validité, estime So Hyun "Sophy" Kim, professeur adjoint de psychologie en psychiatrie clinique à la Weill Cornell Medicine de New York, qui n'a pas participé à l'étude.

Comme les traits de l'autisme peuvent se développer au fil du temps de différentes façons pour différents enfants, le dépistage à plusieurs âges pourrait contribuer à améliorer la précision de l'outil, dit-elle.

Une autre façon d'améliorer la précision du M-CHAT serait de mieux informer les parents et les pédiatres sur les signes précoces de la condition avant qu'ils n'utilisent l'outil, explique Mme Lord.

Pour donner suite à ce travail, l'équipe d'Øien prévoit d'identifier les caractéristiques communes aux bambins qui reçoivent un diagnostic d'autisme, après avoir tenu compte de la déficience intellectuelle et des problèmes de communication.

Références:

  1. Stenberg N. et al. J. Autism Dev. Disord. Epub ahead of print (2020) PubMed
  2. Stoltenberg C. et al. Mol. Psychiatry 15, 676-680 (2010) PubMed
  3. Stenberg N. et al. Paediatr. Perinat. Epidemiol. 28, 255-262 (2014) PubMed

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.