Jean Vinçot
Association Asperansa
Abonné·e de Mediapart

1554 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 août 2022

Jean Vinçot
Association Asperansa
Abonné·e de Mediapart

GB : le MHRA étudie le lien entre un médicament anti-épileptique et l'autisme

Une question d'équilibre : L'exposition prénatale aux médicaments anticonvulsivants doit être mise en balance avec le danger des crises d'épilepsie. Enquête sur le topiramate.

Jean Vinçot
Association Asperansa
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

spectrumnews.org Traduction de "U.K. health authority investigates epilepsy drug’s link to autism"

Une autorité sanitaire britannique enquête sur le lien entre un médicament contre l'épilepsie et l'autisme 


Peter Hess - 30 août 2022

Venus de Kostenki (Russie) © Wikicommons

L'Agence britannique de réglementation des médicaments et des produits de santé (MHRA) enquête sur la sécurité de l'exposition prénatale à un médicament anticonvulsivant appelé topiramate, après qu'une étude publiée en mai a montré qu'il triplait à peu près la probabilité que l'enfant soit autiste ou présente un handicap intellectuel.

Un autre médicament anti-convulsions, appelé valproate, est déjà connu pour contribuer à l'autisme ; en 2018, l'Agence européenne des médicaments a partiellement interdit l'utilisation du valproate pendant la grossesse. Elle recommande également de ne pas prendre le topiramate pour gérer les migraines pendant la grossesse, mais elle ne conseille pas d'arrêter le médicament pendant la grossesse si on l'utilise pour gérer les crises.

Plusieurs organismes de santé, dont la MHRA et la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis, conseillent aux femmes qui prennent ce médicament d'utiliser une méthode de contraception efficace et d'éviter de tomber enceinte, car il augmente le risque de faible poids à la naissance et de fente palatine ou labiale chez leurs enfants. Les femmes enceintes ne doivent prendre du topiramate "que si le bénéfice potentiel l'emporte sur le risque potentiel", selon un avertissement de la FDA.

La MHRA a lancé le mois dernier son nouvel examen des données de sécurité disponibles sur le médicament afin de déterminer si de nouvelles réglementations sont nécessaires. Elle prévoit également d'inviter des groupes de patients, des professionnels de la santé, des organisations à but non lucratif et d'autres parties prenantes à participer à ce processus, qui devrait s'achever en octobre.

"Il est rassurant de savoir que la MHRA procédera à un examen de la sécurité et que le processus a été lancé si rapidement après la publication de notre étude", déclare Marte-Helene Bjørk, professeure associée de médecine clinique à l'Université de Bergen en Norvège, qui a dirigé l'étude basée sur la population mais n'est pas impliquée dans l'enquête. "Le gouvernement devrait veiller à ce que des recherches soient menées pour clarifier quelles options peuvent ou non être utilisées en toute sécurité, et également financer des recherches visant à comprendre les mécanismes à l'origine des effets néfastes afin de trouver des solutions plus sûres."

L'examen est avisé mais pourrait avoir des conséquences inattendues, estime Brian Lee, professeur associé d'épidémiologie et de biostatistique à l'université Drexel de Philadelphie, en Pennsylvanie. Lee n'a pas été impliqué dans l'étude ou l'enquête.

"Le fait d'entendre parler de cet examen de sécurité pourrait inciter les femmes à interrompre leur traitement, alors que l'épilepsie elle-même présente des risques pour la mère et le fœtus", explique M. Lee. Si l'enquête confirme les résultats de l'étude, les recommandations générales de la MHRA ne changeront peut-être pas de manière significative, mais elles donneront aux personnes épileptiques et à leurs cliniciens davantage d'informations pour décider comment équilibrer la gestion des crises et l'exposition prénatale aux médicaments, ajoute-t-il.

La MHRA n'a pas répondu aux questions de Spectrum à l'heure de la mise sous presse.

Les conditions neurologiques, y compris l'épilepsie et les accidents vasculaires cérébraux, étaient la deuxième cause la plus fréquente de décès maternel au Royaume-Uni de 2017 à 2019, touchant 33 femmes enceintes au cours de cette période, selon une étude de 2021.

Et la perte d'oxygène - ou le traumatisme physique dû à un accident - pendant une crise peut nuire au fœtus en développement, explique Bjørk. "Autant je suis préoccupée par la portée de nos résultats, autant je suis préoccupée par le manque d'options pour les femmes qui ont besoin d'une prévention efficace des crises."

L'étude de Bjørk, publiée dans JAMA Neurology, a utilisé des données provenant de registres de santé publique au Danemark, en Finlande, en Islande, en Norvège et en Suède pour suivre les résultats d'environ 4,5 millions de personnes nées entre 1996 et 2017.

Parmi les enfants dont les mères ont pris du topiramate pour gérer leur épilepsie pendant la grossesse, 4,3 % ont reçu un diagnostic d'autisme et 3,1 % un diagnostic de handicap intellectuel à l'âge de 8 ans, selon l'étude. En comparaison, chez les femmes épileptiques qui n'ont pas pris de médicaments anti-convulsions pendant la grossesse, 1,5 % et 0,8 % ont reçu un diagnostic d'autisme ou de handicap intellectuel, respectivement.

À des doses normales, d'autres médicaments anticonvulsivants, tels que la lamotrigine et le levetiracetam, ne sont pas connus pour avoir des effets significatifs sur le développement du fœtus, déclare Kimford Meador, professeur de neurologie et de sciences neurologiques à l'université Stanford en Californie, qui n'a pas participé à l'étude ni à l'enquête de la MHRA.

Mais lorsqu'un médecin fait passer un patient d'un médicament à un autre ou ajuste la posologie pour mieux gérer les crises, il peut "voler en aveugle" en ce qui concerne les effets du médicament sur un fœtus en développement, dit-il. "C'est un exercice d'équilibre difficile".


Topiramate : risque de troubles neurodéveloppementaux chez les enfants exposés in utero et rappel des règles d’utilisation chez les femmes

Avertissement - 8 juillet 2022 - de l'Agence Nationale de Sécurité des médicaments et des produits de santé (ANSM)

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Europe
Ukraine : le soupçon de la collaboration plane sur les villages libérés
Dans la région de Kherson, certains villages ont vécu pendant des mois à huis clos, sous occupation russe. Des voisins ont été tués ou sont portés disparus. La difficulté à mener des enquêtes rapides dans un pays mis sens dessus dessous par la guerre permet à la rumeur de prospérer.
par Mathilde Goanec
Journal
À Bruxelles, la France protège la finance contre le devoir de vigilance
Dans une note confidentielle, la France supprime toute référence au secteur financier dans la définition de la « chaîne d’activités » couverte par le devoir de vigilance dans la directive européenne en préparation. Bercy dément vouloir exonérer les banques. Les États se réunissent jeudi 1er décembre à ce sujet. 
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
L’animal est-il un humain comme les autres ?
Je voudrais ici mettre en lumière un paradoxe inaperçu, et pour commencer le plus simple est de partir de cette célèbre citation de Deleuze tirée de son abécédaire : « J’aime pas tellement les chasseurs, mais il y a quelque chose que j’aime bien chez les chasseurs : ils ont un rapport animal avec l’animal. Le pire étant d’avoir un rapport humain avec l’animal ».
par Jean Galaad Poupon
Billet de blog
Abattage des animaux à la ferme. Nous demandons un réel soutien de l’Etat
Solidarité avec Quand l’Abattoir Vient A la Ferme : Depuis 2019, la loi autorise les éleveurs, à titre expérimental, à abattre leurs animaux à la ferme. Ils n’ont toutefois bénéficié d’aucuns moyens dédiés et doivent tout à la fois assurer les études technique, financière, économique, sanitaire. Respecter les animaux de ferme est une exigence collective. Nous demandons un réel soutien de l’État.
par Gaignard Lise
Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Canicule : transformer nos modes d’élevage pour un plus grand respect des animaux
L’association Welfarm a mené cet été la campagne « Chaud Dedans ! » pour alerter sur les risques que font peser les vagues de chaleur sur la santé et le bien-être des animaux d’élevage. Après des enquêtes sur le terrain, des échanges avec les professionnels de l’élevage, des discussions avec le gouvernement, des députés et des eurodéputés, Welfarm tire le bilan de cet été caniculaire.
par Welfarm